Communiqué des services du Premier ministre, en date du 24 mai 2000, sur la nomination de M. Jacques Delors comme président du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué des services du Premier ministre, en date du 24 mai 2000, sur la nomination de M. Jacques Delors comme président du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale.

ti : Le Premier ministre a reçu mercredi 24 mai M. Jacques Delors, ancien président de la Commission des Communautés européennes, qu'il a nommé Président du CERC, ainsi que les membres de ce conseil.

Outre son président, M. Jacques Delors, le Conseil est composé de :

- mesdames Marie-Thérèse Join Lambert, Présidente de l'Observatoire National de la pauvreté et de l'exclusion sociale, Jeanne-Marie Parly, Professeur des Universités, Présidente de la revue économique, messieurs Paul Champsaur, Directeur général de l'INSEE, Xavier Emmanuelli, ancien Secrétaire d'Etat à l'action humanitaire (1995-97), cofondateur de Médecins sans frontières, fondateur et président du Samu social de Paris, Pierre Faurre, Président Directeur Général de la SAGEM, Jean Lapeyre, Secrétaire général adjoint de la Confédération européenne des syndicats.

Le décret portant création du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale a été publié au Journal officiel du 8 avril 2000.

Ce conseil aura pour mission de contribuer à la connaissance des revenus, des inégalités sociales et des liens entre l'emploi, les revenus et la cohésion sociale. Il lui appartiendra d'évaluer l'efficacité des mécanismes redistributifs sur la réduction des inégalités et d'attirer l'attention du Gouvernement ainsi que de l'opinion publique sur les évolutions souhaitables. A l'heure où le Gouvernement s'efforce de promouvoir une Europe de l'emploi et de la protection sociale, le conseil s'attachera à développer une analyse élargie à la dimension européenne.

La volonté du gouvernement est de redonner au CERC son rôle d'institution indépendante d'étude de la répartition des revenus et des inégalités, en créant un cadre qui garantisse à la fois le pluralisme et l'ouverture à la société civile. Le CERC s'attachera, en conséquence, à entretenir un dialogue approfondi avec tous les partenaires de la vie économique et sociale, les administrations, les milieux de l'enseignement et de la recherche ainsi que les Assemblées parlementaires. Les rapports du CERC seront transmis au Premier ministre ainsi qu'aux présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique et social. Ils seront rendus publics par le Conseil.

(Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 05 juin 2000).

Rechercher