Communiqué du ministère de l'emploi et de la solidarité en date du 7 décembre 2000 sur la politique de l'emploi, notamment l'amélioration de la situation des chômeurs. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué du ministère de l'emploi et de la solidarité en date du 7 décembre 2000 sur la politique de l'emploi, notamment l'amélioration de la situation des chômeurs.

ti : Depuis son arrivée, le Gouvernement a fixé comme première priorité l'amélioration de la situation des chômeurs, en favorisant en particulier leur retour à l'emploi. Le chômage a baissé de 12.6 % en juin 1997 à 9.4 % aujourd'hui. La baisse du chômage a profité tous, y compris par exemple à ceux qui étaient au chômage depuis plus de 3 ans, avec une baisse de 20 % au cours des 12 derniers mois. Pour la première fois depuis la création du RMI, le nombre de bénéficiaires a baissé cette année de 4 %. La priorité de la politique de l'emploi sera de faire diminuer significativement le nombre de personnes en situation d'exclusion en permettant leur retour à l'emploi.

Elisabeth GUIGOU, Ministre de l'Emploi et de la Solidarité, rend aujourd'hui public des mesures destinées à la fois à améliorer le pouvoir d'achat des chômeurs et à favoriser leur retour à l'emploi.

Le Gouvernement s'est préoccupé depuis 1997 de la situation matérielle des chômeurs qui n'ont pas pu retrouver un emploi, en veillant à la revalorisation des allocations du régime de solidarité et du RMI.
Les revalorisations des minima sociaux décidées

Des revalorisations exceptionnelles ont été faites ces dernières années pour les allocations qui n'avaient pas été augmentées depuis plusieurs années. Depuis juin 1997, le revenu minimum d'insertion (RMI) a été revalorisé de plus de 6 %, l'allocation spécifique de solidarité (ASS) de plus de 13 % et l'allocation d'insertion (AI) de 35 %.

Pour le RMI, l'ASS et l'AI, la revalorisation sera de 2.2 % à compter du 1er janvier 2001. La loi de finances pour 2001 prévoit un taux d'inflation de 1.2 % pour l'année prochaine, le surcoût lié au point de revalorisation supplémentaire est de 515 MF. Le montant du RMI au 1er janvier 2001 pour une personne seule sera donc porté à 2 608.50F et celui de l'allocation spécifique de solidarité à 2 613F. Elisabeth GUIGOU avait déjà par ailleurs annoncé la revalorisation à 2.2 % à compter du 1er janvier 2001 du minimum vieillesse et de l'allocation adulte handicapé.

Les mesures spécifiques aux fêtes de fin d'année

Le gouvernement a toujours été attentif aux conditions d'existence des chômeurs et au fait que chacun en ces périodes devait pouvoir profiter des fêtes de fin d'année. L'année dernière déjà une prime exceptionnelle avait été versée aux bénéficiaires du RMI, de l'ASS et de l'AI. En effet, l'amélioration de la qualité de la vie, personnelle, familiale et sociale, fait partie de la lutte contre les exclusions.

Cette année, le dispositif est reconduit, avec des primes de 1 000F minimum pouvant aller jusqu'à 3 000F et au-delà : soit une prime exceptionnelle de 1 000F pour une personne seule au RMI, 1 500F pour un couple ou une personne isolée avec enfant, 2 500F pour un couple avec trois enfants, ou encore 3 000F pour une personne seule avec 5 enfants. Au-delà la prime est encore majorée de 400 FF par personne supplémentaire. La prime sera par ailleurs de 1 000F tant pour les bénéficiaires de l'ASS que pour ceux de l'AI. Dans le dispositif arrêté, tous les bénéficiaires percevront donc au moins 1 000F. Le coût de cette prime exceptionnelle sera de 2 Mds F.

Elisabeth GUIGOU fixe comme priorité de la politique de l'emploi le recul du chômage des plus exclus.
Dans le prochain programme de lutte contre les exclusions qui sera présenté au printemps 2001, l'emploi sera un axe central. Le retour à l'emploi des plus en difficultés nécessitera, en effet, d'améliorer encore les incitations à la reprise d'emploi en renforçant la possibilité de cumul entre un emploi et une allocation. Il impliquera un renforcement des moyens d'accompagnement. La volonté est d'intégrer ce public dans le dispositif d'accompagnement par le service public de l'emploi qui sera mis en place l'année prochaine, parallèlement à l'application de la nouvelle convention d'assurance chômage.

(Source http://www.travail.gouv.fr, le 8 décembre 2000)

Rechercher