Déclaration de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur la solidarité des agents publics et du secteur privé après les ouragans des 26 et 27 décembre et sur les conseils pour la circulation routière et les transports collectifs à la veille du week-end du 31 décembre 1999. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur la solidarité des agents publics et du secteur privé après les ouragans des 26 et 27 décembre et sur les conseils pour la circulation routière et les transports collectifs à la veille du week-end du 31 décembre 1999.

Personnalité, fonction : GAYSSOT Jean-claude.

FRANCE. Ministre de l'équipement, des transports et du logement

ti : Je n'ai pas besoin de m'étendre largement sur l'ampleur des désastres liés aux catastrophes qui viennent de frapper le pays. On ne dira jamais assez le drame et la souffrance que vivent les familles endeuillées, victimes des deux ouragans successifs. On ne peut pas aujourd'hui établir sérieusement le bilan global matériel. Il est considérable ! Et puis, il y a cette marée noire qui poursuit son travail de souillure des côtes Atlantiques, affectant la nature, la mer, le rivage, les côtes, les ports et l'activité économique.

On ne dira jamais assez, non plus, combien dans ces heures noires notre peuple prouve sa démarche solidaire. Vous comprendrez que je souligne le formidable dévouement des personnels des services publics et de la fonction publique, des civils et des militaires, de sécurité civile et des bénévoles. Ce dévouement est extraordinaire, ce qui m'oblige d'ailleurs à en appeler à la prudence, la fatigue extrême et l'extrême précarité des conditions d'intervention pouvant entraîner de nouveaux drames humains.

Bien sûr, les agents d'EDF, de la SNCF, de l'Equipement sont en première ligne pour rétablir les conditions minimum d'approvisionnement en énergie et en communication. Ils ne sont pas les seuls. Permettez-moi de dire, à ce propos, combien paraissent absurdes et non fondés les propos de ceux qui, en temps normal critiquent sans arrêt le secteur public, les fonctionnaires, la réglementation, la régulation et reprochent sans la moindre pudeur l'insuffisance de l'Etat, des règles et des personnels lorsque des drames comme ceux que nous vivons se produisent.

Personnellement, je n'ai pas deux discours, un pour la pluie, un pour le beau temps, je crois en la capacité et en la nécessité d'un secteur public de qualité au côté d'un secteur privé dynamique. Je crois en la souplesse et aux règles, je crois en la capacité pour un pays comme le nôtre de mieux conjuguer l'intérêt particulier et l'intérêt général et je crois à l'efficacité de la décentralisation, c'est-à-dire des décisions de proximité et à la coordination nationale.

Avant d'en venir à des propositions plus concrètes pour les jours qui viennent, je voudrais vous dire deux choses, concernant les secteurs d'activités couverts par mon ministère.

Premièrement, hors logement et hors tourisme pour lesquels la mesure des dégâts ne peut encore être faite, en matière de transports et d'infrastructures routières, ferroviaires, aériennes, portuaires, du littoral jusqu'aux voies navigables, on peut parler d'un préjudice d'environ de 3 milliards de francs. Sans compter les concessions diverses et les subventions qu'il faudra apporter aux collectivités locales, les entreprises publiques, les établissements publics, et l'Etat directement, devront engager 1,5 milliards de francs environ. Cela participe, c'est normal, de la solidarité nationale.

Deuxièmement, en deux jours depuis lundi, le travail est considérable. Dans certains cas, il ne s'agit que des réparations provisoires qui nécessiteront d'autres interventions ultérieures, mais même si tout est loin d'être rétabli l'évolution est sensible.

Tous les présidents, directeurs, responsables qui vont intervenir après mon allocution :

Jean-Pierre BEYSSON Président de Météo France

Patrick GANDIL Directeur des Routes

Isabelle MASSIN Directrice de la DSCR

Louis GALLOIS Président de la SNCF

Henri SCHWEBEL Directeur de la RATP

Alain LECOMTE Directeur-adjoint à la DTT

Pierre GRAFF Directeur de la DGAC

Directeur-adjoint d'ADP

Christian SERRADJI Directeur de l'Administration

Maritime

Claude GRESSIER Directeur des Ports Maritimes et du

Littoral

vous diront ces évolutions et vous donneront tous les éléments à la veille de ce week-end exceptionnel où nous aurons par ailleurs à faire face aux conséquences éventuelles du bogue.

En terminant, je vais insister sur trois points :

1 - Ne se déplacer que si des contraintes fortes existent.

(rappeler que la SNCF est sursaturée). Eviter la voiture pour les grandes distances et vigilance absolue pour les déplacements de proximité s'ils sont nécessaires.

2 - Sécurité, sécurité, sécurité

La météo est une météo d'hiver, la signalisation est parfois manquante, des perturbations graves sur le réseau secondaire existent, encore des risques d'inondations ponctuelles.

Attention à l'alcool.

3 - Pour les retours de vacances, étalement recommandé


(source http://www.equipement.gouv.fr, le 3 janvier 1999)

Rechercher