Déclaration de M. Alain Richard, ministre de la défense, sur l'avenir des industries de défense, l'aide de l'Etat à la restructuration des entreprises notamment aux PME et son soutien aux initiatives locales, en particulier dans la région Centre, Avord le 6 octobre 1999. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Alain Richard, ministre de la défense, sur l'avenir des industries de défense, l'aide de l'Etat à la restructuration des entreprises notamment aux PME et son soutien aux initiatives locales, en particulier dans la région Centre, Avord le 6 octobre 1999.

Personnalité, fonction : RICHARD Alain.

FRANCE. Ministre de la défense

Circonstances : Inauguration du Salon DECIDE 99, à Avord (Cher) le 6 octobre 1999

ti : Messieurs les élus,
Messieurs les officiers,
Mesdames, Messieurs,

Ma présence ici parmi vous, à l'occasion de l'inauguration de la 7e édition de la Convention internationale de diversification des industries de défense, se veut le signe de l'intérêt que porte le gouvernement pour l'avenir des industries de défense.

La nécessaire adaptation de notre industrie de défense à la nouvelle donne mondiale

Notre politique de défense a été affectée en profondeur par les évolutions géostratégiques intervenues depuis la fin de la guerre froide. Notre système de sécurité a été largement bouleversé suite à la disparition de la principale menace qui en imposait les contours.

La refonte de notre outil de défense s'articule autour de trois axes :
- la professionnalisation de nos forces.
- la restructuration de notre industrie de défense et l'émergence d'une industrie européenne de défense compétitive.
- le développement d'une coopération extérieure en matière de défense qui ouvre la voie à une Europe indépendante et influente.

Le nouveau contexte stratégique conduit à une réduction globale des marchés d'armement et à une modification des besoins militaires d'équipement. Pour le secteur industriel de l'armement, c'est un mouvement de restructuration sans précédent qui est aujourd'hui engagé.

Le gouvernement mène depuis deux ans une politique ambitieuse qui vise à instituer une base industrielle nationale forte et compétitive. Nos efforts ont abouti, en particulier, à la constitution d'un pôle électronique professionnel et de défense autour de THOMSON-CSF et par le regroupement d'AEROSPATIALE et de MATRA Hautes Technologies.

L'industrie de défense française sort rénovée et renforcée de ces évolutions. Cette réforme de notre outil industriel de défense laisse maintenant les acteurs de premier plan de ce secteur prêts à s'ouvrir à des partenariats équilibrés, en priorité à l'échelle de l'Europe et, lorsque les occasions se présentent, à l'échelle mondiale.

Cette nouvelle donne en matière de défense ne doit pas se limiter à une réorganisation des plus grands groupes de notre industrie nationale. C'est l'ensemble des entreprises du secteur de la défense, et en particulier les petites et moyennes entreprises, qui doivent également s'adapter au nouveau contexte mondial.

La nécessaire restructuration des PME du secteur de la défense passe par la recherche de nouvelles opportunités de marchés civils et militaires et l'ouverture à de nouveaux partenariats en France et au-delà de nos frontières.

L'adaptation de notre tissu industriel national rend aujourd'hui impératif l'approfondissement des liens avec des partenaires en dehors du monde de la Défense. La recherche d'applications civiles pour les technologies développées dans les entreprises du secteur de la défense doit être aujourd'hui une priorité.


L'action conjointe de l'Etat et des partenaires locaux pour accompagner
les restructurations industrielles de défense dans la région Centre

L'Etat joue aujourd'hui tout son rôle aux côtés de l'industrie de défense pour accompagner ces évolutions. Des dispositifs spécifiques d'aide à la reconversion ont été mis en place dans les bassins d'emploi les plus touchés. La région CENTRE est pleinement concernée par ces mesures, alors que les industries de défense y emploient directement environ 10 000 personnes.

Le Fonds pour les restructurations de la défense (FRED), soutient les efforts de diversification des entreprises de défense, notamment par le biais d'aides à l'amélioration du management, d'aides individuelles à l'investissement productif, au conseil, à la formation et à la création d'emplois.

Par ailleurs, des mesures significatives de redynamisation du bassin d'emploi de BOURGES ont été annoncées à l'occasion du Comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire (CIADT) du 15 décembre 1998. Elles visent à développer, par une action structurante, un environnement favorable aux entreprises par la promotion du potentiel de recherche et d'enseignement supérieur dans le bassin d'emploi. Elles prévoient des mesures destinées à favoriser l'implantation de nouvelles activités économiques autour des nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Je tiens à souligner que ces orientations ont d'ores et déjà été suivies de mesures concrètes. Ainsi, l'engagement des fonds correspondants, à hauteur de 80 MF, sera réalisé avant la fin de l'année, à hauteur de 80 % environ.

Les mutations auxquelles l'industrie de défense doit faire face appellent une mobilisation de toutes les énergies. L'implication importante de l'Etat ne peut suffire et doit être accompagnée par les efforts de l'ensemble des acteurs économiques locaux.

Je me réjouis de la participation du Conseil régional de la région Centre à l'accompagnement des restructurations de défense. La région a été pionnière dans ce domaine puisque le protocole entre l'Etat, la région et les grands industriels de l'armement date de février 1994, et une convention Etat-région a été conclue en juin 1996, à la veille des annonces de la première phase des restructurations militaires.

Je salue l'action du comité d'orientation régional qui rassemble tous les partenaires locaux sous la présidence conjointe du Préfet de région et du président du Conseil régional.

Conformément aux engagements que j'avais pris lors du vote du budget 1998 de mon ministère, un comité de site a été mis en place à Bourges afin d'assurer l'information et la participation des acteurs locaux, services de l'Etat, collectivités territoriales, industriels de l'armement, partenaires sociaux et organismes de développement économique.

L'accompagnement des restructurations de défense fera l'objet d'un volet spécifique du futur contrat de plan Etat-région. Il devra permettre de poursuivre les efforts entrepris en communs pour dynamiser le tissu industriel. Comme vous le savez, la part de l'Etat dans ces mesures sera de 40 MF au titre du FRED.

Le salon DECIDE, fruit des efforts des partenaires économiques locaux

Je me félicite de l'organisation du salon DECIDE 99 à l'initiative de la Chambre de commerce et d'industrie du CHER et en partenariat avec l'ensemble des acteurs économiques régionaux. Je salue la mobilisation du Conseil régional, celle de son président Michel SAPIN et celle des Conseils généraux et des maires qui unissent leurs efforts pour organiser ce salon.

Cette manifestation, dont l'objectif est d'aider les entreprises de défense de différents pays à échanger des expériences et à nouer des coopérations techniques et commerciales, vient pleinement soutenir les efforts des pouvoirs publics pour la reconversion des industries de défense.

Je souhaite encourager toutes les initiatives propres à développer les partenariats entre PME du secteur de la défense en France et en Europe. Alors que progresse le chantier de l'Europe de la défense, l'ensemble des acteurs industriels, et non uniquement les plus grands groupes, doivent savoir s'ouvrir à une perspective européenne.

Sachez que l'Etat est à vos côtés dans vos efforts pour dynamiser le tissu industriel de votre région et soutiendra toutes les initiatives propres à mobiliser les énergies au service du développement économique local et de l'emploi.

Je vous remercie.

(Source http://www.defense.gouv.fr, le 03 janvier 2000).

Rechercher