Déclaration de M. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, sur la signature du protocole d'accord mettant fin au conflit des convoyeurs de fonds, Paris le 24 mai 2000. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, sur la signature du protocole d'accord mettant fin au conflit des convoyeurs de fonds, Paris le 24 mai 2000.

Personnalité, fonction : THIBAULT Bernard.

FRANCE. CGT, secrétaire général

ti : Hier, Alain RENAULT, Secrétaire général de la Fédération des Transports CGT a apposé sa signature à côté de celles des autres organisations en bas du protocole scellant les acquis du conflit engagé par les convoyeurs de fonds depuis plus de 15 jours.

Jusqu'au bout les salariés de cette profession auront su conduire leur mouvement et maintenir leur détermination dans l'unité, en dépit des atermoiements coupables ou du chantage à l'emploi d'un patronat recherchant le pourrissement du conflit.

Ils ont gagné sur 3 fronts : celui du salaire avec une augmentation de 15%, substantielle même si la rémunération reste malgré tout modeste pour un métier présentant un risque réel et de fortes astreintes ; sur celui de l'âge de la retraite par la reconnaissance de leur spécificité professionnelle ; sur celui des conditions de travail avec l'interdiction du travail de nuit et le renforcement des mesures de sécurité.

Leur lutte a aussi permis de mettre en évidence la responsabilité des grands donneurs d'ordre de la banque et de la distribution qui, par l'effet de la mise en concurrence de la sous-traitance, concentrent l'insécurité, la précarité et les bas salaires sur le bout de la chaîne : il paraît à la fois urgent, moral et efficace qu'ils passent à la caisse !

Les convoyeurs ont ainsi fait la démonstration qu'il est possible de se placer dans une perspective de conquête sociale, dès lors que les salariés parviennent à établir un rapport de forces qui leur est favorable, tant dans les entreprises que dans l'opinion publique. Bien sûr toutes leurs revendications ne sont pas satisfaites, et d'autres " rendez-vous " seront nécessaires : mais ils peuvent être légitimement fiers du résultat obtenu et sont certainement très conscients du caractère exemplaire et lourd de sens que revêt le succès de leur lutte dans la conjoncture sociale actuelle.

Il s'agit d'une véritable leçon de choses pour tous ceux qui s'interrogent sur les voies et les moyens pour sortir des ornières dans lesquelles le patronat est en train d'embourber la négociation sociale qu'il a pourtant lui même lancée à grands renforts de publicité et d'effets de scène. Elle rappelle utilement à tous les protagonistes quelques " fondamentaux " nécessaires à une négociation fructueuse : sans la mobilisation et l'action comme leviers, le mouvement syndical ne peut jamais jouer que " petit bras ".

La CGT y trouve un précieux encouragement pour amplifier et faire converger une dynamique revendicative qui ne se dément pas depuis des mois et que sa semaine de mobilisation a contribué à étoffer. Elle invite les convoyeurs de fond à célébrer et faire partager leur succès en participant nombreux et dans l'unité aux manifestations dont elle a pris l'initiative dans tout le pays le samedi 27 mai.

(Source http://www cgt.fr. le 24 mai 2000).

Rechercher