Déclaration de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur l'avancée des négociations dans le conflit des convoyeurs de fonds et de valeurs, Paris, le 22 mai 2000. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur l'avancée des négociations dans le conflit des convoyeurs de fonds et de valeurs, Paris, le 22 mai 2000.

Personnalité, fonction : GAYSSOT Jean-claude.

FRANCE. Ministre de l'équipement, des transports et du logement

Circonstances : Annonce de propositions dans le conflit des convoyeurs de fonds et de valeurs à Paris, le 22 mai 2000

ti : J'ai été informé dès dimanche matin, par Christian PROVILLE, conciliateur que j'avais nommé dans le cadre du conflit des convoyeurs de fonds et de valeurs, du résultat des négociations qui se sont tenues samedi et la nuit de samedi à dimanche.

J'ai eu l'occasion de faire part de mon appréciation dès dimanche matin. J'ai rappelé d'une part les mesures spécifiques prises par le Gouvernement en matière de sécurité (décret du 28 avril 2000, projet de loi présenté par M. Jean-Pierre CHEVENEMENT). J'ai noté, d'autre part, que si des avancées par rapport aux premières propositions étaient indiscutables, il était aussi nécessaire que soient prises en considération les réalités de ce métier difficile et la dignité de ceux qui l'exercent.

Ce lundi matin, j'ai à nouveau reçu Christian PROVILLE et lui ai demandé de reprendre contact sans délai avec l'ensemble des partenaires sociaux et d'essayer de trouver les modalités concrètes d'un accord le plus rapidement possible.

J'ai été continuellement informé des échanges qui ont eu lieu toute cette journée.

De nouvelles propositions s'ajoutant à celles qui avaient déjà été actées, ont été formulées. Je les rappelle :

1 000 F net/mois soit 1 280 F brut/mois
avec application rétroactive au 1er mai.
Il s'agit là d'une avancée réelle par rapport aux dernières négociations. Elles vont être soumises aux salariés. Je souhaite qu'elles permettent une reprise rapide du travail.

Je rappelle enfin, comme je m'y suis engagé, qu'une table ronde est programmée si l'accord est conclu, le 25 mai avec les donneurs d'ordre, les entreprises, et les salariés pour traiter des problèmes de formation et de qualification ainsi que des conséquences résultant de ces nouvelles mesures entre les partenaires économiques.


(Source http://www.equipement.gouv.fr, le 25 mai 2000)

Rechercher