Conseil des ministres du 8 mars 2000. Enseignement professionnel intégré. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 8 mars 2000. Enseignement professionnel intégré.

Personnalité, fonction : ALLEGRE Claude.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie

ti : Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie a présenté une communication sur l'enseignement professionnel intégré.

L'enseignement professionnel représente une formation d'excellence. Il accueille des jeunes qui souvent n'ont pas été jugés aptes à poursuivre des études générales et en conduit le plus grand nombre vers la réussite et l'emploi. Il délivre chaque année 280000 diplômes dont 50000 relevant du ministère de l'agriculture et de la pêche. Les excellents taux d'insertion professionnelle apportent la preuve de l'adaptation de ces diplômes aux besoins de qualification des entreprises.

L'enseignement professionnel s'est engagé dans une modernisation marquée qui s'est concrétisée, après plus de deux ans de concertation avec les organisations professionnelles d'employeurs et de salariés, et avec les représentants des parents, des élèves et des enseignants, par la Charte de l'enseignement professionnel intégré.

L'enseignement professionnel intégré est fondé sur une véritable continuité pédagogique entre le lycée et l'entreprise. Celle-ci est présente à toutes les étapes des processus de formation qu'il s'agisse de l'élaboration des diplômes, des périodes en entreprise ou des jurys d'examen.


I.- Une nouvelle organisation pédagogique du lycée professionnel à partir de la rentrée 2000

Les élèves y trouveront un enseignement rénové ; leur horaire hebdomadaire est allégé grâce à une meilleure organisation de l'année scolaire qui préserve l'équilibre entre enseignement général et enseignement professionnel. Encadrés par des professeurs issus aussi bien de l'enseignement professionnel que de l'enseignement général, les élèves y réaliseront des projets à caractère professionnel qui compléteront les périodes en entreprise.

De nouveaux contrats de stage en entreprise, dont les lycées seront parties prenantes, seront mis en place à la rentrée 2000. Les modalités d'attribution des gratifications dont peuvent bénéficier les lycéens y seront précisées.

Les professeurs bénéficieront à cette occasion d'un statut rénové, abolissant la distinction - qui n'avait plus de sens - entre enseignement théorique et enseignement pratique et qui entraînait des discriminations dans les obligations de service. Ils auront tous désormais des obligations de service identiques à celles des autres professeurs de lycées et collèges. Ils assureront le suivi de leurs élèves durant les stages en entreprise, les encadreront pendant les périodes où ceux-ci réaliseront un projet et ils mettront en oeuvre un suivi individualisé pour ceux des élèves qui le nécessitent.

La formation des enseignants de lycées professionnels tiendra compte de la nécessaire connaissance de l'entreprise que leur spécificité exige.


II.- Une meilleure insertion des lycées professionnel dans le monde économique

Le développement de l'enseignement professionnel intégré repose sur un partenariat fort avec les professions et sur une offre de formation en adéquation avec les évolutions de l'emploi.

Les lycées professionnels pourront constituer des plates-formes technologiques pour les entreprises en raison des compétences humaines et des équipements dont ils disposent.

Un Haut comité Education Economie Emploi sera chargé d'établir une concertation permanente entre l'éducation nationale et ses partenaires économiques en vue d'assurer une élaboration continue des liens entre le système éducatif, l'économie et l'emploi.


III.- Une rénovation importante des diplômes pour permettre l'accès à la qualification pour tous

Les diplômes de niveau V doivent être rénovés en priorité dans le cadre d'une modernisation et d'une simplification des diplômes de l'enseignement professionnel. Une révision des diplômes de ce niveau de qualification (CAP et BEP) est devenue indispensable pour tenir compte du développement des emplois et pour clarifier les rôles respectifs du CAP, axé sur l'emploi, et du BEP, qui a le plus souvent pour objectif la préparation d'un baccalauréat professionnel.

Une refonte complète du CAP (modalités de certification, horaires et contenus de formation) est en cours. Elle doit aboutir pour la rentrée 2001. Le programme " Nouvelles chances " destiné aux 50000 jeunes sortant chaque année du système éducatif sans diplôme tirera bénéfice de cette refonte.

Un Conseil pédagogique de l'enseignement professionnel intégré sera créé parallèlement au Conseil national des programmes qui s'intéresse essentiellement aux voies générales.

Ces innovations vont bénéficier directement aux élèves et améliorer leur formation ; leurs enseignants y trouveront les conditions de travail adaptées à leur mission ; l'économie française bénéficiera de futurs professionnels encore mieux préparés.

Rechercher