Communiqué du ministère de la défense, en date du 23 novembre 2000, sur la contribution française à la Force de réaction rapide. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué du ministère de la défense, en date du 23 novembre 2000, sur la contribution française à la Force de réaction rapide.

ti : A l'occasion de la séance de questions orales avec débat, qui s'est déroulée le 21 novembre 2000 au Sénat, le ministre de la Défense a annoncé que " la France apportera une contribution très significative au réservoir de forces ". Le volume global de son engagement s'élève à environ 20 % de la force de réaction rapide, soit une contribution terrestre maximale de 12000 hommes avec des moyens aériens et navals appropriés, soit environ 75 avions de combat et 12 bâtiments, dont le porte-avions Charles-de-Gaulle.

C'est dans le domaine des capacités clés que la France fournit proportionnellement sa plus forte contribution. Dans le domaine du commandement, elle tient à la disposition de l'Union ses états-majors de niveau stratégique et opératif, ainsi que des états-majors tactiques et des moyens projetables de communication, notamment par satellite. Dans le domaine du renseignement, elle offre des capacités d'imagerie satellitaire grâce à des stations de théâtre Hélios. Elle tient aussi à la disposition de l'Union des moyens de reconnaissance et de surveillance du champ de bataille tels que les Mirage IV P et le système héliporté Horizon. Enfin, dans le domaine de la mobilité, elle participe " de manière substantielle " à l'effort collectif avec 29 avions à long et moyen rayons d'action et deux grands bâtiments amphibies.

La totalité des moyens français pourra être déployée dans le délai de soixante jours imparti. Ces capacités pourront être maintenues sur le théâtre d'opérations pour au moins une année, seul le groupe aéronaval fera exception en étant déployé qu'au maximum six mois.

" Toutefois, nos efforts ne s'arrêtent pas là. " De nombreuses mesures d'adaptation et d'investissement sont engagées ou envisagées. Ces projets, nationaux et multinationaux, renforceront les capacités de l'Union. Nos premiers efforts se feront à titre national. Tout d'abord, en matière de moyens d'imagerie satellitaire, " nous disposerons en 2004 " de stations de théâtre améliorées d'exploitation d'images dotées de capacités de très haute définition et de cadences de renouvellement accrues. La France souhaite également offrir une capacité de drones tactiques plus performants, y compris un système moyenne altitude et longue endurance, ainsi que des nacelles de reconnaissance de nouvelle génération pour améliorer ses moyens de reconnaissance aéroportés. Pour les communications satellitaires, des capacités accrues en matière de débit et de protection sont prévues sur le programme Syracuse III. La France désire s'équiper de nouveaux armements de précision et de missiles de croisière, y compris sur porte-avions. Le renforcement des capacités de projection de force à partir de la mer bénéficiera, dès 2006, de la mise en service du Rafale au standard F2. Un programme d'amélioration de nos moyens amphibies est, par ailleurs, en cours. Enfin, l'acquisition de moyens de détection des agents biologiques est prévue.

Soutenir les projets de coopération bi ou multinationaux existants est également l'une des préoccupations de la France. Elle désire poursuivre, avec le concours des autres membres, le renforcement du Corps européen, de l'EUROFOR et de l'EUROMARFOR et, sous l'impulsion du Groupe aérien européen, la mise sur pied d'un état-major européen projetable de composante aérienne. La France et l'Allemagne étudient également la réalisation d'une messagerie sécurisée, aux normes de l'OTAN, permettant l'intercommunication des systèmes d'information et de commandement des deux pays et, à terme, l'intercommunication des autres Etats membres permettant le développement d'un système unique au sein du Corps européen. En coopération avec le Grande-Bretagne et tous les pays membres intéressés, une réflexion est en cours sur l'élaboration d'un outil de simulation d'aide à la décision stratégique, à la planification et à la conduite des opérations. Dans le domaine du renseignement, la France propose, avec l'Allemagne et l'Italie, d'acquérir une capacité d'observation satellitaire tout temps en partenariat multinational ouvert à d'autres nations. Elle " multilatéralise " avec ses partenaires du Groupe aérien européen les accords existants et étudie la mise sur pied d'une structure conjointe de coordination de plans de transports, pour l'optimisation de l'emploi des moyens de transport stratégique. Par ailleurs, avec les autres membres du programme du futur avion de transport, les européens vont acquérir 185 A400M. Dans le même esprit, la France a proposé avec les Pays Bas que se constitue un groupe de travail sur le transport maritime qui étudiera les différentes solutions d'accroissement des moyens militaires.

" Une étape nouvelle et marquante a été accomplie dans le processus de construction de l'Europe de la Défense ", a souligné en conclusion le ministre.


(source http://www.defense.gouv.fr, le 17 janvier 2001)

Rechercher