Communiqué du ministère de la défense sur l'accord franco-italien pour un système d'observation de la Terre, Paris le 29 janvier 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué du ministère de la défense sur l'accord franco-italien pour un système d'observation de la Terre, Paris le 29 janvier 2001.

Circonstances : Sommet franco-italien de Turin le 29 janvier 2001

ti : A l'occasion du sommet de Turin le 29 janvier 2001, la France et l'Italie ont conclu un accord sur une coopération qui vise à mettre en place un système à vocation civile et militaire de satellites multi-capteurs (radar et optique) d'observation de la Terre.


Cet accord résulte des discussions engagées entre les ministères de la Défense et de la Recherche des deux pays en étroite liaison avec le Centre national d'études spatiales et l'Agence spatiale italienne pour faire converger le projet Pléiades du CNES, et le projet Cosmo-Skymed italien.


Alain RICHARD, ministre de la Défense soutient activement cet accord qui " permet en complément des initiatives en cours avec l'Allemagne, de concrétiser les décisions des sommets d'Helsinki et de Nice concernant l'Europe de la défense et donne une nouvelle impulsion à la coopération entre les deux pays sur le système Hélios I ".


Roger-Gérard SCHWARTZENBERG, ministre de la Recherche s'est félicité de cet accord " qui permettra à l'Europe de disposer d'une capacité autonome de suivi et de gestion des ressources naturelles et de prévention des risques en réponse aux besoins exprimés notamment dans le cadre de l'initiative communautaire GMES ".


Il est prévu la mise en place de 2003 à 2006 d'une constellation de satellites comprenant quatre satellites radar submétriques et deux satellites optiques à haute résolution. La composante optique sera réalisée sous maîtrise française et prendra la suite de la filière SPOT à l'horizon 2005/2006. SPOT 5 sera mis en service en 2002. La composante radar sera réalisée sous maîtrise italienne. Elle comprendra des modes Spotlight à haute résolution et des modes offrant une fauchée plus large. Le segment sol destiné à la planification et au contrôle des missions, à l'acquisition et au traitement des données sera développé en commun.


Les principales utilisations civiles visées par ce système sont : la cartographie, incluant l'aménagement et l'urbanisme, les risques sismiques et la géologie dynamique, l'agriculture et l'occupation des sols, les forêts, l'hydrologie.

Les deux ministres ont confirmé " l'ouverture du système à l'ensemble des pays européens, notamment l'Espagne, qui est partenaire de la France et de l'Italie sur le programme Hélios, et la Belgique et la Suède qui coopèrent sur la filière SPOT ".


Les deux ministres ont souligné que " l'utilisation des technologies les plus avancées sur cette nouvelle génération de satellite permet, à performances comparables, un gain d'un facteur quatre sur la masse du satellite et les coûts par rapport à celles utilisées dans le cadre SPOT ou Hélios. Ce programme est le signe de l'excellence technologique et de la capacité de l'industrie spatiale européenne. "

(source http://www.defense.gouv.fr, le 7 février 2001)

Rechercher