Déclaration de Mme Catherine Tasca, ministre de la culture et de la communication, sur la décentralisation culturelle et la place de la culture dans le paysage breton, Brest le 12 janvier 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Catherine Tasca, ministre de la culture et de la communication, sur la décentralisation culturelle et la place de la culture dans le paysage breton, Brest le 12 janvier 2001.

Personnalité, fonction : TASCA Catherine.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Signature d'un contrat d'objectifs avec le Quartz à Brest le 12 janvier 2001

ti : Monsieur le Maire (Pierre Maille) et Président du Conseil Général,
Monsieur le Préfet,
Monsieur le Directeur Régional des Affaires Culturelles,
Monsieur le Directeur Jacques Blanc

Je voudrais tout d'abord vous dire mon plaisir d'être aujourd'hui parmi vous, à Brest et en particulier au Quartz.

A Brest parce que je souhaitais depuis longtemps venir vous témoigner l'attachement que je porte au travail de fond que vous menez en matière de politique culturelle et au Quartz parce qu'il en est probablement l'exemple le plus visible.

La démarche que vous avez entreprise est courageuse et illustre bien le chemin important qui a été accompli par les collectivités territoriales depuis la création du Ministère de la Culture.

Vous avez ainsi décidé de mettre en place une structure qui saurait, dans l'intérêt de tous les publics, devenir à la fois un établissement artistique d'envergure nationale, mais aussi un outil de développement des potentialités culturelles locales.

Vous avez décidé de le faire parce que vous étiez convaincus de la nécessité vitale de la création dans votre projet de ville , j'ai envie de dire dans votre projet de vie et vous avez fait de cette idée, du Quartz, l'une des structures les plus justes et les plus appréciées des créateurs, mais aussi, si j'en juge par l'importance de votre fréquentation par l'ensemble du public.

42% des Brestois, m'a t-on dit ont assisté au moins à un spectacle du Quartz que fréquentent chaque année 200 000 personnes.

C'est un chiffre considérable.

Plus remarquable, encore ce succès s'est bâti sans concession, en prenant le pari de la jeune création et vous avez choisi pour le mener à bien un grand professionnel en la personne de Jacques Blanc. Je veux saluer la qualité du travail accompli par lui et toute l'équipe du Quartz.
Ensemble vous avez ainsi permis au plus grand nombre de vos concitoyens d'avoir accès aux oeuvres du répertoire tout en veillant à ce que de jeunes équipes puissent créer dans des conditions qui ont fait école depuis.

Ainsi au fil des années vous avez contribué, dans le domaine de la danse et du théâtre à dessiner un nouveau paysage. Mathilde Monnier, Catherine Diverres, Angelin Preljocaj, Stanislas Nordey, Eric Vigner ou Herve Robbe pour n'en citer que quelques uns furent ici des artistes résidents avant d'être nommés à la tête d'institutions ou de devenir des artistes reconnus.
Ce travail de repérage et d'accompagnement s'est doublé d'un partenariat au long cours avec des musiciens traditionnels bretons (je pense à Annie Ebrel ou Erik Marchand) qui se sont engagés dans des démarches de création là aussi exemplaires et qui sont dans nombre de festivals et de salle de concerts, les ambassadeurs d'une autre idée de la tradition, assumée dans la modernité, loin d'une image étroite et dépassée dans laquelle certains aimeraient cantonner les cultures régionales.

Ces nouvelles aventures artistiques qui procèdent beaucoup par rencontre et métissage sont à mes yeux un vecteur considérable d'intégration et d'émancipation des publics qui expliquent pour une part importante la place singulière de la culture dans le paysage breton. Je n'oublie pas que de cette région sont parties les belles aventures de Miossec, Louise Attaque ou Etienne Daho.

Je me réjouis que les scènes nationales de votre région aient su saisir l'enjeu artistique et humain qu'elles représentent.

Il m'apparaît par ailleurs important de souligner, Jacques Blanc, l'attachement que vous avez su porter au partage de cet outil dont vous avez la charge.

Frederic Fisbach et Bernardo Montet sont aujourd'hui compagnies associées à votre projet mais au delà six ensembles permanents ont leurs bureaux et leurs sièges au Quartz.
Vous avez su inscrire votre établissement dans le paysage local en étant un partenaire ouvert aux initiatives nouvelles.
Vous assumez ainsi un vaste champ des missions de service public telles que le Ministère de la Culture et de la Communication les a définies et nous nous devions de réfléchir ensemble aux moyens de conforter l'ensemble de vos activités pour les quatre années à venir.

C'est la raison d'être de ce contrat d'objectif que nous allons signer et qui nous engagent, Etat, Ville de Brest et Conseil Général du Finistère à vos côtés, mon cher Jacques, pour que ce beau projet puisse continuer à se développer dans l'intérêt des populations qu'il entend servir.

Commençant mon périple breton avec vous ce matin, j'ai le plaisir de constater que dans cette région les politiques culturelles s'inscrivent pleinement dans les priorités que j'assigne à ma politique du spectacle vivant : Soutien au réseau de structures, force de la création et émergence d'équipes nouvelles, redécouverte des expressions régionales ,partage des outils et lien avec les pratiques amateurs.

Je souhaite qu'à travers cet acte de signature d'un contrat d'objectif nous soyons encore mieux en mesure, les uns et les autres, d'accompagner le travail quotidien de l'ensemble des équipes impliquées au Quartz. C'est en tout cas le voeu que je forme, et je suis heureuse, Monsieur le Maire, mon cher Pierre Maille, que nous soyons ensemble dans cette ¿uvre commune.

Je vous remercie.

(source http://www.culture.gouv.fr, le 22 janvier 2001)

Rechercher