Déclaration de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur la première charte nationale pour le développement des chemins de fer touristiques et historiques, Paris, le 15 février 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur la première charte nationale pour le développement des chemins de fer touristiques et historiques, Paris, le 15 février 2001.

Personnalité, fonction : GAYSSOT Jean-claude.

FRANCE. Ministre de l'équipement, des transports et du logement

Circonstances : Signature de la première charte nationale pour le développement des chemins de fer touristiques et historiques à Paris, le 15 février 2001

ti : Mesdames, Messieurs les Ministres,
Messieurs les Présidents,
Mesdames, messieurs

Après tout ce qui vient d'être dit, je n'insisterais pas sur les points qui ont été développés précédemment :

*l'intérêt de ces trains en terme de tourisme ou de patrimoine,
*la clarification des relations entre les différents partenaires que l'on peut attendre de la mise en ¿uvre de la Charte,
*les capacités de promotion des services qu'elle peut offrir y compris à l'adresse des touristes étrangers. Chacune et chacun d'entre vous a bien mis en évidence toutes ces avancées.

Pour ma part, je trouve tout à fait instructif ce qui s'est passé dans le travail préparatoire à l'élaboration de cette Charte. Au point où il me semble que cela devrait nous inspirer dans la façon d'aborder d'autres dossiers en cours où à venir.

Nous partions d'une situation jugée insatisfaisante depuis de très nombreuses années où malgré l'énergie, souvent bénévole, des associations, les chemins de fer touristiques ou historiques souffraient d'un déficit de promotion, d'un manque de notoriété, d'une insuffisante considération en matière de préservation patrimoniale et de relations d'incompréhension ou en tout cas compliqués avec la SNCF.

Je n'oserais pas dire qu'avec cette charte tout est réglé. Mais je trouve que, sur tous ces points, des avancées déterminantes ont été rendues possible grâce au travail préparatoire lui-même, qui a permis l'échange entre les différents partenaires, l'appropriation collective des contraintes et ambitions de chacun et au bout de l'exercice une formalisation du partenariat. Personnellement, j'en suis très heureux.

Je ne vois pas dans la Charte que nous allons signer un point de départ, mais déjà un point d'étape dans un processus permettant d'assurer le développement de ces chemins de fer touristiques et historiques dans l'intérêt de tous les partenaires.

Si ce travail n'avait pas été fait jusqu'à maintenant, c'est bien sûr parce qu'il n'était pas facile. La représentation ministérielle d'aujourd'hui illustre clairement la difficulté. Les trains touristiques sont, en quelques sorte, coincés au croisement de trois problématiques : le transport, le tourisme et le patrimoine.

Au sein de mon propre département ministériel, j'ai souvent l'occasion de mesurer la difficulté d'articuler une politique au croisement de plusieurs problématiques. On peut citer l'articulation entre l'urbanisme et le logement, l'intermodalité pour le fret ou les voyageurs. J'ai donc conscience de la gageure que représentait la mise au point de cette Charte. Cet exercice difficile a été accompli et je tenais à en féliciter les acteurs. Je retiendrais qu'avec de la volonté, il est possible d'avancer sur les dossiers aux interfaces de plusieurs compétences.

Je ne doute pas que nous puissions y parvenir dans d'autres domaines.

Je terminerai en rendant hommage à toutes celles et tous ceux qui n'ont jamais cessé de croire aux possibilités du rail. Celles et ceux qui se sont mobilisés pour empêcher des fermetures de lignes et le démantèlement de voies secondaires se faufilant en des espaces magnifiques ont eu raison. Comme ont eux raison les cheminots qui ne voulaient sacrifier aucun train, aucune voie, aucun emploi, aucune gare.

A l'heure où la France comme l'Europe ont tant besoin du ferroviaire, vous me permettrez d'associer dans mes remerciements, tous ces passionnés du rail de toutes générations, à qui nous devons d'être resté l'une des toutes premières nations ferroviaires du monde.



(source http://www.equipement.gouv.fr, le 20 février 2001)

Rechercher