Déclaration de M. Lionel Jospin, Premier ministre, en réponse à une question au sujet de l'application du principe de non-cumul des mandats, à l'Assemblée nationale le 27 mars 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Lionel Jospin, Premier ministre, en réponse à une question au sujet de l'application du principe de non-cumul des mandats, à l'Assemblée nationale le 27 mars 2001.

Personnalité, fonction : JOSPIN Lionel.

FRANCE. Premier ministre

ti : Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les députés,
Monsieur le député,


Je dois dire que votre question le dispute à l'audace ou au paradoxe, parce que reprocher au Gouvernement, qui a appliqué ce principe pour la première fois de façon exemplaire, des supposés manquements à une règle dont vous allez constater l'application me paraît quand même assez singulier. Il me semble que du côté de cette majorité, on a vu deux fois un Premier ministre être à la fois maire de la capitale pour l'un, maire de la grande ville de Bordeaux pour l'autre, en y ajoutant la communauté urbaine et la présidence d'un parti politique.

Alors, si dans les textes comme dans l'application gouvernementale, il y a une majorité, un gouvernement et un Premier ministre, qui a fait avancer le thème du non-cumul des mandats, c'est bien celui-ci et nous aurions été plus loin si l'opposition nous avait accompagnés notamment au Sénat. Changement profond d'attitude que nos concitoyens approuvent. C'est ce même Gouvernement qui a fait qu'à l'occasion de ces élections se soit produite une sorte de révolution douce qui est le fait que 47,8 % de femmes - c'est-à-dire quasiment la parité - aient été élues sur les listes aux élections municipales.

Naturellement, j'ai laissé les ministres libres d'être candidats, et ils l'ont été. 13 d'entre eux sur 18 ont été élus. 4 qui ont été battus, l'ont été dans des villes qui étaient dirigées par la droite ; ils sont partis à la conquête, entourés par des militants et par des citoyens. Ils n'ont pas été élus, eh bien ils ne sont pas élus.

Quant au Gouvernement tel qu'il est devant vous, la règle du non-cumul des mandats, comme précédemment, y sera appliquée et peut-être même appliquée avec davantage encore d'ampleur. Donc je pense messieurs, que vous avez la réponse à vos questions, et que vous feriez bien de vous appliquer à vous-mêmes les règles que vous nous réclamez."

(Source http://www.premier ministre.gouv.fr, le 28 mars 2001)

Rechercher