Message de M. Michel Sapin, ministre de la fonction publique et de la réforme de l'Etat, sur l'entrée des collectivités territoriales dans la société de l'information et sur les objectifs des nouvelles technologies de l'information pour simplifier les rapports des usagers avec l'administration, Nice le 19 avril 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Message de M. Michel Sapin, ministre de la fonction publique et de la réforme de l'Etat, sur l'entrée des collectivités territoriales dans la société de l'information et sur les objectifs des nouvelles technologies de l'information pour simplifier les rapports des usagers avec l'administration, Nice le 19 avril 2001.

Personnalité, fonction : SAPIN Michel.

FRANCE. Ministre de la fonction publique et de la réforme de l'Etat

Circonstances : Premières assises nationales de l'internet et des technologies de l'information pour les collectivités, à Nice (Alpes-maritimes) les 19 et 20 avril 2001

ti : Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Je ne peux être présent parmi vous aujourd'hui et je vous prie de bien vouloir excuser mon absence. Je confie à M. Paul GIROD, vice-président du Sénat et président du réseau IDEAL, le soin de vous transmettre ce message.


Le réseau IDEAL, en partenariat ou avec le soutien de très nombreux acteurs de la vie publique locale, organise, sur deux jours, les premières assises nationales de l'internet et des technologies de l'information pour les collectivités. Je crois sincèrement que ce type de rencontres, cette mise en commun des efforts, est absolument nécessaire pour progresser dans la mise des outils de la société de l'information au service des citoyens et des agents publics.

Avec 3500 sites publics, l'administration électronique est une réalité en France. Les téléservices publics rassemblent aujourd'hui plus d'utilisateurs que les secteurs emblématiques de la recherche d'emploi en ligne ou des sites de vente aux enchères.


Si l'on mesure le chemin parcouru depuis 1998 et le lancement de ce chantier au sein du programme d'action gouvernemental pour l'entrée de la France dans la société de l'information, c'est un succès remarquable. Je voudrais rendre un hommage particulier à l'action des acteurs publics locaux. Ce sont eux, bien souvent, qui " tirent " la croissance du web public.


Pour autant nous ne devons pas nous contenter de " mettre l'administration sur Internet ". Cet objectif n'est pas à la mesure des changements qui sont rendus possibles par ces nouveaux outils ; surtout, il n'est pas à la mesure de notre ambition de progrès social, de notre objectif de transformation de la société, de notre volonté
de réformer l'Etat.

L'Etat doit être le garant de l'accès de chacun de ce qu'on pourrait appeler la citoyenneté électronique. Pour cela, notre action vise à mettre les TIC au service de quatre objectifs fondamentaux :


? rendre le citoyen plus autonome ;

? permettre la déconcentration de l'action publique tout en préservant l'égalité entre les territoires et entre
les personnes ;

? accroître la transparence des décisions et de l'action publique pour les citoyens, les observateurs, les agents publics eux-mêmes
;

? faciliter la concertation et renforcer la solidarité entre les acteurs d'un même projet.


Sur ces bases, et pour éclairer les choix que fera le gouvernement dans les mois qui viennent, c'est à un élu local que le Premier ministre a fait appel, sur ma proposition. Le rapport parlementaire Pour une administration électronique citoyenne, remis aujourd'hui par le président du conseil général du Tarn et député Thierry CARCENAC, constitue une contribution essentielle à ce chantier.


Je n'oublie pas, dans cette perspective, que près d'un Français sur deux n'a jamais " manipulé " Internet. Pour eux, nous devons poursuivre notre action pour l'accès de tous à Internet, dans laquelle les acteurs locaux jouent un rôle essentiel. Mais de nombreux usagers continueront à s'adresser aux guichetiers, par goût ou par nécessité. Les TIC doivent donc également faciliter le travail des médiateurs entre les administrations et les publics sensibles.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Les collectivités territoriales et les services déconcentrés de l'Etat, réunis de plus en plus souvent au sein des systèmes d'information territoriaux ouverts dans chaque département depuis le début de cette année, sont des acteurs essentiels de cette
transformation profonde de l'action publique.


Cette évolution est certes autorisée par les technologies, mais elle est avant tout voulue, ardemment défendue, par les hommes et les femmes qui innovent au sein des administrations. Je sais que ces deux journées réunissent nombre d'entre eux. C'est pourquoi j'ai voulu vous adresser ce message d'encouragement.


Michel SAPIN

(source http://www.fonction-publique.gouv.fr, le 20 avril 2001)

Rechercher