Interview de M. Christian Poncelet, président du Sénat, dans "Valeurs actuelles" du 8 juin 2001, sur la mobilisation du Sénat et des élèves de l'ESSEC au service des entrepreneurs en quête de financements. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Christian Poncelet, président du Sénat, dans "Valeurs actuelles" du 8 juin 2001, sur la mobilisation du Sénat et des élèves de l'ESSEC au service des entrepreneurs en quête de financements.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian, MOLHO François, PAYA Frédéric.

FRANCE. Sénat, président;FRANCE. RPR

Circonstances : Rencontres "Tremplin Entreprises" les 11 et 12 juin 2001

ti : Est-ce bien le rôle d'une assemblée parlementaire de prendre l'initiative d'un événement de capital-risque de nature commerciale ?

C'est vrai, notre mission constitutionnelle est de voter la loi, de contrôler l'action du gouvernement et, c'est un bonus constitutionnel, de représenter les collectivités territoriales.

Mais il faut être sourd et aveugle pour ne pas comprendre que nos concitoyens attendent aussi des décideurs publics, plus particulièrement en matière économique, qu'ils simplifient leur vie quotidienne, et qu'ils mouillent leur chemise. Et c'est ce que le Sénat fait concrètement au travers de Tremplin Entreprises, en se mobilisant avec l'Essec au service des entrepreneurs en quête de financements.

Nous touchons d'ailleurs là du doigt la difficulté sur laquelle butent les créateurs et chefs d'entreprise en France, où il reste plus facile de contracter un prêt à la consommation, et parfois de se laisser emporter par la spirale si rapide du surendettement personnel, que de convaincre un banquier d'accompagner votre projet entrepreneurial...

Quels enseignements tirez-vous des deux premiers rendez-vous de Tremplin Entreprises intervenus en juin 1999 et 2000 ?

Sans aucun doute que Tremplin Entreprises répondait à un besoin, si j'en juge par les centaines de candidatures d'entrepreneurs venues chaque année de tout le pays.

Tremplin Entreprises est même devenu en 2001, avec trois cent sept dossiers d'entreprises innovantes, le premier événement de capital-risque en France, tant par le nombre de projets en compétition que par sa capacité de maillage du territoire national.

Ce dernier aspect était pour moi essentiel lorsque j'ai créé Tremplin Entreprises, mon souci ayant alors été d'éviter un énième événement parisien. Les idées, les créatifs et les énergies sont partout en France, et pas seulement concentrés dans deux arrondissements à la mode, quelque part entre le palais Brongniart et la place de la République.

Cela est conforme à la spécificité du Sénat, qui a pour rôle constitutionnel d'assurer la représentation des collectivités territoriales dans toute leur diversité, leur richesse et leur formidable potentiel d'impulsion de croissance économique.

En distinguant pour la première fois les lauréats porteurs de dossiers de développement de leur entreprise des lauréats présentant un projet de création pure, ne prenez-vous pas le risque d'une discrimination au détriment de ceux qui démarrent, et qui ont le plus besoin d'être aidés ?

C'est tout le contraire, car nous nous assurons ainsi que chacun joue bien, avec le maximum de chances, dans sa catégorie, et nous adressons de la sorte un double message aux investisseurs.

D'abord que nous leur sommes gré d'avoir témoigné massivement leur confiance en Tremplin Entreprises, en permettant aux lauréats de juin 2000 de mobiliser plus de 120 millions de francs. Et qu'ensuite, renforcés par cette confiance, nous avons à coeur de sélectionner pour eux, dans la période tourmentée qu'ils traversent après la remise à l'heure de la pendule devenue folle de la nouvelle économie, les meilleurs projets entrepreneuriaux.

Le comité de sélection de Tremplin Entreprises vient d'ailleurs d'arrêter le palmarès des vingt lauréats présents lors des journées des 11 et 12 juin.

Que les investisseurs feuillettent le document de présentation des projets défendus par les lauréats, publié cette semaine par Valeurs Actuelles, et ils seront avec moi convaincus que cette cuvée 2001 est exceptionnelle. C'est pourquoi je n'hésite pas un seul instant à les inviter à donner un signe fort de leur foi dans l'avenir, en continuant à s'inscrire -ce qu'ils pourront aussi faire sur place les deux jours de l'événement- via l'adresse internet www.entreprises.senat.fr


(source http://www.senat.fr, le 13 juin 2001)

Rechercher