Déclaration de M. Claude Bartolone, ministre délégué à la ville, sur le plan de mobilisation pour développer l'internet dans les quartiers et la présentation d'un guide pour valoriser les actions locales réalisées dans le cadre du label "Ville Internet", Paris le 10 juillet 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Claude Bartolone, ministre délégué à la ville, sur le plan de mobilisation pour développer l'internet dans les quartiers et la présentation d'un guide pour valoriser les actions locales réalisées dans le cadre du label "Ville Internet", Paris le 10 juillet 2001.

Personnalité, fonction : BARTOLONE Claude.

FRANCE. Ministre délégué à la ville

Circonstances : Publication du guide "L'internet dans les quartiers" réalisé par l'Observatoire des technologies dans la ville, à Paris le 10 juillet 2001

ti : Plan de mobilisation pour développer l'internet dans les quartiers


J'ai fait de l'accès à l'internet et aux nouvelles technologies pour les habitants des quartiers populaires, un axe important de la politique que je conduis. Elle est évidemment en pleine cohérence avec le Programme d'Action Gouvernementale en faveur de la Société de l'Information, lancée par le Premier ministre dès 1997.

En préparation de la troisième édition du label "Ville Internet", il m'a semblé utile de réaliser un guide recensant des exemples diversifiés de la façon dont les nouvelles technologies sont présentes dans les territoires prioritaires.

C'est la raison pour laquelle j'ai confié à l'Observatoire des technologies dans la ville , la réalisation de ce guide intitulé "l'internet dans les quartiers" et que j'ai le plaisir de rendre public aujourd'hui.

1 - Présentation du guide

Ce guide répond d'abord à un premier objectif : valoriser des actions locales diversifiées et pertinentes. Des choses se font ; j'ai voulu qu'on en parle !

Le second objectif - essentiel - est de proposer aux partenaires locaux une aide au montage de projet, dans la perspective de nombreuses actions nouvelles qui seront notamment financées par mon ministère à partir de cette année.

Au-delà, en parcourant ces pages, vous allez découvrir ce dont sont capables les acteurs quotidiens des quartiers. Vous allez découvrir que l'outil n'est rien sans l'envie ; et que l'envie d'accéder à Internet, contrairement à ce que certains pensent, est fortement répandue par nos concitoyens, notamment ceux qui vivent dans les quartiers populaires.

2 - Valorisation des actions locales

Les points d'accès à l'internet sont déjà nombreux dans les quartiers :

- à Brest, 35 points d'accès public à l'internet ont été créés dans toute la ville, offrant à tous les habitants la possibilité, non seulement de découvrir l'usage de l'internet, mais d'en devenir de véritables utilisateurs réguliers.

- A Carcassonne, c'est fort pertinemment dans un café musique, qu'ont été installés les ordinateurs au service des habitants.

- A Strasbourg, c'est tout les quartiers de la ville qui se sont mis en réseau, en partant de quatre cybercentres situés dans les quartiers prioritaires, pour irriguer tous le réseaux des centres sociaux.

- A Paris, c'est en plein c¿ur de Belleville que le centre social a développé un projet d'accès aux technologies de l'information¿

Je ne veux pas citer tous les exemples qui sont dans le guide. Mais nous avons aujourd'hui, sous les yeux, les exemples précis des actions qui marchent et que je veux développer sur tout le territoire.

Toutes ces réalisations sont orientées autour de projets :

- tel lieu public privilégiera l'outil informatique au service de la création musicale assistée par ordinateur,

- tel autre favorisera le recours à l'ordinateur en faveur de public très défavorisé, alphabétisation par exemple,

- tel autre enfin, se définira comme un lieu d' initiation grand public¿

- Parfois - souvent même - ces projets multiples sont présents dans un même site, et offre des usages diversifiés en fonction de publics cibles ;

- Tous ces lieux publics préexistaient à l'usage des nouvelles technologies et en ont fait un plus au service des habitants.

- Mais la découverte la plus intéressante de cette étude fait apparaître que tous les lieux que nous avons étudiés, sont confrontés à un problème d'affluence et de gestion de l'accès aux ordinateurs, démontrant largement la nécessité d'une politique de développement de l'accès pour tous au multimédia.

- Enfin, on constate que les médiateurs multimédia présents sur les lieux d'accès sont la clé de voûte du dispositif, mais souffrent parfois d'une formation trop souvent opérée sur le tas,

Je veux tirer les enseignements de cette étude :

- En diffusant ce guide à tous les partenaires locaux pour leur montrer ce qui marche, et ce que l'Etat propose d'accompagner,

- En les mobilisant et les appelant à rejoindre la volonté du Gouvernement de démultiplier la création d'espaces publics numériques, mis en réseau à l'échelle de la ville et de l'agglomération ; à cet égard je mobilise 50 MF sur les crédits déconcentrés de la politique de la ville au soutien de ces initiatives en 2001. Cet effort sera poursuivi et - j'aurais l'occasion de l'annoncer plus tard, dans le cadre du prochain CIV - même renforcé.

- En déployant un effort particulier en termes de formation des médiateurs multimédia, et d'accompagnement de ceux-ci vers les métiers de l'Internet et du multimédia.

En définitive, et c'est tout le sens de l'action qui m'anime, la lutte contre la fracture numérique demeure une priorité. Je ne veux pas, qu'ayant subi de plein fouet la crise économique et sociale - dont les conséquences sont encore hélas trop visibles - les habitants des quartiers populaires soient exclus de fait de l'accès aux nouvelles technologies.

J'ai déjà eu l'occasion de le dire : nous avons fait rentrer le livre partout dans nos villes et dans nos quartiers, avec un certain succès. Nous devons faire de même pour permettre l'accès de tous, sans discrimination d'âge, de sexe, de territoire¿ aux technologies dont nous savons qu'elle seront le moteur de la création, de la richesse, de la culture du siècle qui vient de s'ouvrir.

Cette lutte en faveur de la démocratie électronique, les maires en seront les premiers ambassadeurs ! C'est avec eux que la force d'impulsion des projets TIC pourront émerger. Sans une mobilisation réelle, exigeante et ambitieuse de leur part, le fossé numérique ne pourra que se creuser encore. C'est tout le sens de la troisième édition de "Ville Internet".

3 - Lancement de l'édition 2001 du label Villes Internet

C'est dans cette perspective que j'ai souhaité, cette année encore, associer mon ministère à l'opération Villes Internet. Et je dirais même, l'associer plus fortement encore.

Ce formidable moment de prise de conscience des élus, mais aussi d'échanges d'expériences et de valorisation des actions, participe pleinement à l'ambition de mon ministère : celle de mettre les acteurs de la ville au c¿ur du dispositif ; l'ambition de rendre visible et de favoriser toute la créativité que recèlent nos quartiers ; l'ambition de mettre tous les partenaires locaux face à leurs responsabilités.

Nous avons cette année, avec VECAM, l'association à l'origine de cette initiative, souhaité mettre l'accent dans la journée que nous organisons le 11 octobre prochain, sur les quartiers.

Les débats que nous organiserons en prélude à la remise des prix, seront l'occasion de confronter les expériences de terrain et de donner des conseils pour faire.

Près de 300 villes ont déjà répondu à cet appel. Je souhaite aux candidates de cette édition 2001 toutes les arobases du monde ! Fort du succès des années précédentes, je ne doute pas de la réussite de ce label. Je vous donne tous rendez-vous le jeudi 11 octobre, à Paris, pour consacrer les nouvelles "villes Internet".

Je vais donner maintenant la parole à Florence Durand, de VECAM, pour vous présenter brièvement, cette troisième édition par le détail. Nous répondrons ensuite à vos questions. Je vous indique que j'ai invité aujourd'hui quelques uns des responsables des lieux présentés dans le guide, et qui seront également à votre disposition, pour vous détailler leurs actions.

(Source http://www.ville.gouv.fr, le 25 juillet 2001)

Rechercher