Déclarations de Mme Michelle Demessine, secrétaire d'Etat au tourisme, sur l'essor de la Bourse Solidarité Vacances et sur la parution du livre "Les vacances on y a droit", ouvrage de photographies sur les familles parties en vacances grâce à ces bourses, Paris, les 5 et 11 juillet 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclarations de Mme Michelle Demessine, secrétaire d'Etat au tourisme, sur l'essor de la Bourse Solidarité Vacances et sur la parution du livre "Les vacances on y a droit", ouvrage de photographies sur les familles parties en vacances grâce à ces bourses, Paris, les 5 et 11 juillet 2001.

Personnalité, fonction : DEMESSINE Michelle.

FRANCE. SE au tourisme

Circonstances : Assemblée générale de la Bourse Solidarité Vacances, au Parc Astérix, le 5 juillet 2001 et lancement du livre "Les vacances on y a droit" à Paris le 11 juillet

ti : Intervention de Madame Michelle DEMESSINE

Secrétaire d'État au Tourisme

Jeudi 5 juillet 2001

Assemblée générale de la

Bourse Solidarité Vacances


Monsieur le président

Mesdames et messieurs

C'est avec grand plaisir que je me trouve ici parmi vous pour la tenue de l'Assemblée générale de la Bourse Solidarité Vacances.

Après nos réunions dans les locaux de la SNCF, au FIAP Jean Monet et au siège de la CCAS, le fait qu'elle se tienne aujourd'hui au c¿ur de ce célèbre Parc Astérix témoigne, à la fois, de la diversité et de l'intérêt de ses partenaires pour la vie de la BSV.

C'est pourquoi, vous me permettrez de remercier tout d'abord Monsieur de BOSREDON, le PDG du Parc Astérix, ainsi que Madame FAUJANET, la présidente du Syndicat national des parcs de loisirs et d'attractions, membre éminent du Conseil d'Administration.

J'en profite pour la remercier aussi de son engagement à nos côtés qui a permis à la Bourse Solidarité Vacances de proposer une offre de loisirs tout à fait diversifiée.

Je suis, vous le savez très attachée à ces Assemblées générales. Elles constituent pour moi des moments privilégiés de connaissance et d'échange avec vous.

Elles sont aussi, par nature, des moments important de bilan de notre activité.

A cet égard, nous pouvons dire que l'an 2000 a été celui de l'essor de la Bourse Solidarité Vacances. 10 000 personnes ont ainsi pu bénéficier de séjours dans plus de 300 installations de vacances réparties sur l'ensemble du territoire. C'est considérable.

Lors de notre dernière Assemblée générale nous nous sommes fixé, pour 2001, l'objectif ambitieux d'ouvrir cette possibilité à 20 000 personnes.

Je suis heureuse de vous annoncer que cet objectif, nous le tiendrons.

D'ores et déjà, nous savons que plus de 12 000 personnes sont inscrites. 8 000 d'entre elles partent ou vont partir cet été.

Cette réussite, je le souligne une fois encore, est bien sûr à mettre au compte de l'engagement de l'équipe de la BSV. Elle est aussi, et surtout, le résultat de la mobilisation forte et croissante des partenaires de la Bourse Solidarité Vacances.

Les nouvelles adhésions que vous aurez à ratifier tout à l'heure sont d'ailleurs une des illustrations concrètes de ce mouvement.

Tout comme l'est également le souhait de grandes collectivités locales, telles que la Ville de Paris, d'être parties prenantes de son développement

Ainsi, la BSV s'inscrit-elle durablement comme un outil reconnu et efficace de la solidarité au service du départ en vacances.

Est-ce à dire que nous devons nous satisfaire des résultats obtenus ?

Je ne le pense pas, tant le nombre de nos concitoyens qui ne peuvent accéder aux vacances est encore trop important.

Cette problématique n'est d'ailleurs pas spécifique à notre pays. Et l'accès aux vacances pour tous a été au centre des débats de la réunion que nous avons eu, il y a quelques jours à Bruges, avec mes homologues de l'Union Européenne.

J'y ai bien sûr exposé les résultats de la BSV et je dois souligner tout l'intérêt qu'ils ont porté à cette initiative tout à fait originale en Europe.

Cela nous donne, je crois, de nouvelles responsabilités.

- La première d'entre elles est peut être d'élargir encore le champ d'activité de la BSV à de nouveaux publics, exclus eux aussi, pour des raisons diverses, du droit fondamental aux vacances.

Je pense en particulier aux jeunes disposant de faibles ressources, aux personnes âgées ou handicapées.

- Dans le même temps, je crois qu'il est aujourd'hui nécessaire que la Bourse Solidarité Vacances s'attache, au delà de la collecte et de la répartition de l'offre, à apporter un véritable soutien à la construction même des projets vacances.

Nous savons tous ici combien la possibilité de vivre ces séjours a pu être une étape importante de la ré-intégration sociale de nombre de familles parties avec la BSV.

C'est pourquoi je souhaite qu'elle s'intéresse également aux bénéfices de son activité en matière d'insertion à long terme de ces familles bénéficiaires notamment en matière de réponse d'activité professionnelle.

- Je pense, enfin, que la Bourse Solidarité Vacances devrait réfléchir à la mise en ¿uvre de partenariat avec d'autres organisations similaires dans un cadre européen.

Mesdames, messieurs,

Vous le voyez, les chantiers ne manquent pas. Ils s'ouvrent à nous comme autant de nouveaux défis.

Je n'ignore pas, bien sûr, que ces défis nouveaux nécessiteront un renforcement des moyens humains et matériels de la BSV.

C'est pourquoi je ferai en sorte que ces derniers soient sensiblement augmentés. C'est d'ailleurs dans cet esprit que je prépare, avec ma collègue Florence PARLY, le budget 2002.

Avec cette assemblée générale, je souhaite que les objectifs que je viens d'énumérer soient dès maintenant intégrés dans notre programme d'action 2002, et que ceux que nous nous étions fixés lors de notre dernière assemblée trouvent un rapide débouché.

Je me réjouis à cet égard de constater que des échanges aient déjà eu lieu avec le ministère de la Jeunesse et des Sports sur le départ en vacances des jeunes.

Je sais votre mobilisation sur ce thème comme sur tout ce qui fait la raison d'être de la Bourse Solidarité Vacances.

Aussi, je ne doute pas qu'une fois encore, nous saurons gagner ensemble les paris que nous faisons.

Je ne saurai terminer sans dire combien je suis ravie que ces familles en vacances, leurs instantanés de bonheur, leurs sourires et leurs joies aient trouvé un nouveau support.

J'avais, au mois de novembre 2000, annoncé l'édition d'un livre de photographies et de textes qui donnerait une suite à la très belle exposition consacrées aux familles parties avec la BSV.

Ce livre vient d'être réalisé et j'aurai le plaisir de le présenter à la presse le 11 juillet prochain.

Il illustre, je crois, de la plus belle manière le sens de notre engagement commun et de notre présence ici.

Je vous remercie.

(source http://www.tourisme.gouv.fr, le 06 août 2001)

Intervention de Madame Michelle DEMESSINE

Secrétaire d'État au Tourisme

Mercredi 11 juillet 2001

Lancement du livre

"LES VACANCES ON Y A DROIT"

Monsieur le président

Mesdames et messieurs

Je vous remercie toutes et tous d'avoir répondu à mon invitation et à celle de Jean Lavielle, Président de la Bourse Solidarité Vacances. Je suis très heureuse de vous accueillir dans ce magnifique Hôtel de Sully. Aussi, je veux d'emblée remercier nos hôtes de nous permettre de profiter de ce superbe lieu et de ses jardins.

Le bel ouvrage que j'ai le plaisir de vous présenter ce soir raconte, à travers des photographies et des récits, les vacances d'une dizaine de familles, parmi les centaines parties durant l'été 2000, grâce à la Bourse Solidarité Vacances.

Elles ont rejoint Noirmoutier en l'île, Val Thorens ou d'autres lieux dont le nom évoque si bien les vacances. Elles étaient en camping ou à l'hôtel. Bref, elles ont passé un séjour en famille, apparemment bien ordinaire.

Le livre semble ainsi fonctionner comme un album de souvenirs d'été, avec ces clichés qu'on aime revoir d'année en année: les enfants à la plage, la grande ballade en montagne, la partie de carte à l'apéritif...

Pourtant, rien n'est banal dans cet ouvrage. Car la plupart de ces familles goûtent aux petits bonheurs des vacances pour la toute première fois.

Et vous le verrez, les visages photographiés dégagent cette grande émotion. La joie qu'on y décèle se mêle tantôt au vertige de l'aventure, tantôt à la fierté d'offrir des vacances à ses enfants, tantôt à des rires ou à des gestes de tendresse. Ce sont des moments précieux.

Le livre s'intitule "les Vacances on y a droit". Son titre sonne comme une exigence sociale. Et son contenu vaut je crois tous les discours.

A le feuilleter, on comprend que les vacances offrent bien plus que du repos.

Elles ouvrent à d'autres horizons, d'autres paysages et d'autres cultures. Elles élargissent le champs de la connaissance et permettent souvent d'envisager autrement sa propre vie.

Mais surtout, au delà de toutes les valeurs ajoutées que procure un séjour hors de chez soi, les vacances donnent tout simplement du temps. Des moments de liberté, à consacrer à soi-même et aux siens. Elles constituent parfois une respiration indispensable à son propre équilibre et à celui de sa famille. Elles regonflent les batteries pour mieux repartir.

A l'heure de la réduction du temps de travail et du développement de la société des loisirs, alors que 75,5 millions de touristes étrangers sont venus visiter la France l'an dernier, 5 à 6 millions de nos concitoyens sont privés de vacances. Et ce pour des raisons financières. Cette situation n'est pas tolérable. Il n'est pas acceptable qu'une partie de la population reste ainsi en marge.

C'est pourquoi j'ai fait du droit aux vacances pour tous l'une des actions prioritaires de mon ministère. Il figure aujourd'hui dans la loi de prévention et de lutte contre les exclusions, comme un droit fondamental, au même titre que le logement et l'emploi.

La Bourse Solidarité Vacances, créée en 1999, est une traduction concrète de cette volonté politique. Elle a permis à 10 000 personnes en difficulté sociale de partir en vacances l'an dernier. Elles seront 20 000 à en bénéficier cette année. Et elles seront encore plus nombreuses l'année prochaine.

Je tiens à souligner ce soir le formidable travail que sous-tendent ces 20 000 départs. La Bourse Solidarité Vacances a mis en place une véritable chaîne de solidarité dans laquelle s'inscrivent les professionnels du tourisme, les sociétés publiques de transports, les collectivités locales et territoriales et les associations d'entraide proches des familles.

Je salue ici l'ensemble des acteurs et partenaires de cette magnifique entreprise. L'une de celle dont je suis la plus fière.

Je tiens à remercier aussi toutes celles et ceux qui ont donné vie à cet ouvrage et particulièrement les photographes du Bar Floréal. Ils ont tissé des liens chaleureux avec les familles rencontrées et ont su restituer toute la joie et le plaisir partagés. Je leur avais d'abord demandé de monter une exposition. Les photos étaient si belles que l'on a souhaité les publier dans un livre.

Je dis également un grand merci aux écrivains Marie Despléchin et Éric Holder. J'ai aimé leurs récits à fleur de peau. Les éditions du Cercle d'Art, Philippe Monsel qui a coordonné la réalisation du livre, ont mis également beaucoup de c¿ur et de talent dans ces pages.

Bien sûr, je remercie aussi les familles présentées au fil des pages qui ont bien voulu nous faire partager leurs vacances et quelques uns de leurs souvenirs. Si vous le permettez, c'est à elles que je veux, ce soir, dédier ce livre.

(source http://www.tourisme.gouv.fr, le 06 août 2001)

Rechercher