Déclaration de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur la coopération entre la France et le Vietnam dans les domaines du transport aérien, routier et ferroviaire, Hanoï le 4 septembre 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement, sur la coopération entre la France et le Vietnam dans les domaines du transport aérien, routier et ferroviaire, Hanoï le 4 septembre 2001.

Personnalité, fonction : GAYSSOT Jean-claude.

FRANCE. Ministre de l'équipement, des transports et du logement

Circonstances : Voyage de M. Jean-Claude Gayssot, ministre de l'équipement, des transports et du logement au Vietnam du 2 au 4 septembre 2001

ti : Je tiens tout d'abord à remercier les autorités vietnamiennes de l'hospitalité dont elles ont fait preuve à mon égard et envers notre délégation depuis notre arrivée il y a deux jours. C'est la première fois que je me déplace en Asie du Sud-Est à titre personnel ou dans le cadre de mes fonctions ministérielles.

Je suis donc très heureux aujourd'hui d'avoir pu découvrir quelques unes des richesses de votre pays et non la moindre, sa population. Ce déplacement est donc incontestablement placé sous le signe de l'amitié et de la solidarité qui règnent entre nos deux pays. Avant de rentrer dans le vif du sujet, le domaine des transports, je tiens à souligner que j'ai eu la chance hier de visiter l'un des plus beaux paysages au monde, je veux bien entendu parler de la Baie d'Along.

Depuis de nombreuses années, la France soutient la politique de rénovation du Vietnam et je suis aujourd'hui très honoré de pouvoir y apporter la contribution de mon ministère.

Les domaines d'activités couverts par ce ministère sont en effet très vastes et passent par l'Équipement, bien sûr, les Transports, qu'il s'agisse de routes, de fer, d'aviation civile, de sécurité routière, de navigation fluviale ou maritime, par le Logement, l'Urbanisme ou le Tourisme.

Les occasions de rapprochement entre nos deux pays et plus précisément les possibilités pour l'administration et les entreprises françaises de s'engager aux côtés du gouvernement et de l'administration vietnamiens sont nombreuses.

Ici, comme en Europe, le transport aérien est au c¿ur du développement commercial, industriel et touristique vers l'international. La volonté du gouvernement de se doter d'une aviation moderne, rentable, sûre constitue l'un des piliers de l'essor économique du pays. Nos administrations, Direction Générale de l'Aviation Civile en France, CAAV au Vietnam se connaissent bien et la France est fière d'apporter au Vietnam sa contribution, son expertise dans le domaine de l'aéronautique civile.

Les intérêts de nos pays se rejoignent en effet quand il s'agit de permettre au Vietnam de se doter de matériel et d'infrastructure moderne et de qualité, en prévision de la croissance du trafic à venir, tel que j'ai pu m'en rendre compte en visitant le terminal de Noi Bai.

Nos préoccupations se rejoignent également quand il s'agit de sécurité aérienne et de permettre aux passagers et aux personnels de naviguer dans les conditions optimales de sécurité. Sécurité assurée par le contrôle aérien et par la qualité des avions et de la maintenance.

Depuis 1998, nos deux pays coopèrent et de nombreuses actions se développent de manière satisfaisante notamment en ce qui concerne la formation de techniciens, d'ingénieurs ou de pilotes ainsi que la mise à disposition d'experts.

C'est avec satisfaction que j'accueille la décision du Vietnam de se doter d'un nouveau centre de Contrôle en Route à Ho Chi Minh Ville. Là encore, les équipes françaises seront partie prenante dans la mise en place de ce projet.

Mais c'est également sur le plan commercial que nos pays se rapprochent. La lettre d'intention que Vietnam Airlines vient de signer et qui porte sur une commande de 5 Airbus A320 consolide le partenariat développé entre la compagnie nationale et l'industrie aéronautique européenne. Elle confirme également la stratégie ambitieuse de renouvellement et de modernisation de la flotte de Vietnam Airlines. Elle témoigne du désir d'expansion et de déploiement de son réseau. C'est dans ce contexte que j'ai pu m'entretenir avec M. Nguyen TienSam, Directeur Général de l'Aviation Civile, ainsi qu'avec M. Nguyen Xuan Hien, président de Vitenam Airlines.

Si l'aéronautique occupe une large place dans mon déplacement au Vietnam, nous avons également à c¿ur de coopérer dans les domaines routier et ferroviaire.

Patrimoine national, le Pont Long Bien a été au coeur des discussions que j'ai pu avoir avec M. Le Kha Phieu, lors de sa venue en France en mai 2000. Ce pont construit par des établissements français il y a presque un siècle nécessite une rénovation compatible avec la nouvelle utilisation qu'envisagent les autorités vietnamiennes.

Comme je m'y étais engagé, une mission d'experts et d'ingénieurs français a réalisé une étude sur ce pont. Je viens de remettre les conclusions de cette étude aux autorités vietnamiennes. Sans entrer dans le détail technique de ce dossier, il s'avère qu'un examen plus approfondi du pont, est indispensable avant d'entamer le processus de sa réhabilitation. Le gouvernement français s'est engagé de manière significative pour financer la réussite de cette étude auprès de M. Nguyen Tan Dung que la réhabilitation devait impérativement associer les bailleurs internationaux afin de mettre en oeuvre les travaux de sécurisation du trafic sur ce pont.

Plus largement, même si cet ouvrage revêt un caractère particulièrement symbolique, je tiens à mentionner l'excellence des relations entre nos administrations dans le domaine routier depuis notamment 1992.

Séminaires, appui technique pour des études, traduction de documents sont régulièrement mis en ¿uvre dans deux directions : le génie civil et principalement la conception et l'entretien des ponts ainsi que les politiques de transport dans le centre du pays notamment. Cette collaboration s'est formalisée avec la signature d'un arrangement administratif dans le domaine routier.

Le Vietnam a une longue tradition ferroviaire. Vous le savez peut-être mais avant d'être ministre des Transports, je suis avant tout cheminot et j'ai toujours une "tendresse" particulière pour ce mode de transport que nous avons décidé, en France, de valoriser. Nous sommes nous-mêmes engagés dans un programme de rénovation et de réhabilitation de voies et de tunnels. Il y a aujourd'hui plus que jamais place pour des chemins de fer de proximité modernes, sûrs et efficaces, au service des usagers au c¿ur des régions, en France comme ici au Vietnam pour le transport des voyageurs bien sûr mais aussi pour les marchandises. Avec près de 80 millions d'habitants sur plus de 1700 km et deux principaux pôles d'activités, les infrastructures ferroviaires de qualité apparaissent incontournables dans le cadre d'un développement économique durable du Vietnam équilibré et respectueux de l'environnement.

Je suis donc particulièrement heureux d'avoir pu assister à la signature du contrat entre VSL Bouygues et le gouvernement vietnamien pour le chantier de la rénovation des tunnels du Col des Nuages. En présence de M. Dao Dinh Binh, directeur général des chemins de fer, cette signature prévoit également un transfert de compétences au profit de nos partenaires vietnamiens.

Autre vaste chantier qui doit se concrétiser rapidement : celui de la modernisation de la signalisation et des télécommunications entre Hanoi et Vinh. C'est d'ailleurs sur ce même tronçon que pourra être installé un chantier école : à terme, il permettra de multiplier par 2 la vitesse de circulation, passant de 50 à 100 km/h. Pour améliorer la formation des équipes vietnamiennes, la SNCF mettra à disposition des "apprentis" plusieurs formateurs qui transmettront leur savoir-faire et leur expertise.

Toujours dans le domaine de la formation, et c'est là que doivent s'intensifier nos efforts, vers la jeunesse et l'échange de compétences et de savoir faire, je tiens ainsi à saluer le travail accompli par le programme de formation d'ingénieur d'excellence au Vietnam. Ce dernier constitue l'une des actions majeures de la coopération entre nos 2 pays. Il a été initié lors du sommet de la francophonie en 1997 par le Président Jacques Chirac. En tout, 6 établissements français performants et prestigieux dont l'École Nationale des Ponts et Chaussées, sont associés à 4 écoles réparties sur tout le territoire vietnamien. J'ai rencontré les élèves ingénieurs et le Vietnam aura besoin d'eux, de leurs compétences acquises dans le cadre de ce programme pour répondre aux importants besoins en infrastructures du pays.

Il s'agit là d'un très bel exemple de coopération.

Juste avant de vous retrouver, je me suis entretenu avec M. Nguyen Tan Dung,

vice Premier ministre et avec M. Nong Duc Manh Secrétaire général du PCV.

J'ai rappelé l'attachement de la France au dialogue noué avec le Vietnam. Dans le cadre de la coopération culturelle, scientifique et technique, notre effort à l'égard du Vietnam est constant, qu'il s'agisse de former des doctorants en France qui seront à terme professeurs d'université au Vietnam ou de la promotion de la francophonie. En ce qui concerne les droits de l'homme et la situation intérieure du pays, la France apporte son soutien à la politique de réformes et d'ouverture menée par le Viêt-nam depuis 1986. C'est avec beaucoup d'intérêt que nous avons noté la volonté exprimée par le IXème congrès du PCV en avril d'approfondir cette politique de réformes.
Nous saluons les efforts accomplis par les autorités vietnamiennes afin de construire un état de droit et nous apportons notre soutien sans réserve à cet objectif.

Ce voyage en Asie me conduit demain au Cambodge et en fin de semaine en Thaïlande. Mais pour l'heure, je suis à votre disposition si vous avez des questions à me poser.


(Source http://www.equipement.gouv.fr, le 06 septembre 2001)

Rechercher