Lettre ouverte de M. Jean-Marie Le Pen, président du Front national pour l'unité française, intitulée "SOS Démocratie" et adressée aux journalistes, regrettant que le Front national soit "exclu de l'espace médiatique", Saint-Cloud le 9 mars 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Lettre ouverte de M. Jean-Marie Le Pen, président du Front national pour l'unité française, intitulée "SOS Démocratie" et adressée aux journalistes, regrettant que le Front national soit "exclu de l'espace médiatique", Saint-Cloud le 9 mars 2001.

Personnalité, fonction : LE PEN Jean-Marie.

FRANCE. Front national pour l'unité française, président

ti : A la veille de la double consultation électorale des cantonales et des municipales, le Front National dénonce le caractère scandaleusement totalitaire du déroulement de la campagne dans les médias télévisuels, radiophoniques ou de la presse écrite.

Le Front National, qui présente pourtant 1700 candidats aux cantonales et 6700 aux municipales, qui a en outre obtenu 15% des suffrages aux trois dernières élections nationales (législatives, présidentielles et régionales), a été exclu de l'espace médiatique, et ainsi victime d'une opération délibérée d'étranglement politique.

En effet, cette exclusion ne peut-être que la conséquence d'une consigne secrète de boycott, et constitue à la fois une violation grave et concertée de la Loi, laquelle exige de respecter le principe d'équité en matière d'information des citoyens, une discrimination politique du Front National à raison de ses opinions patriotiques, et la persécution d'un parti d'opposition.

Le Front National rappelle que le rapport annuel du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel établit qu'au cours de l'année 2000, les six chaînes nationales de télévision ont consacré à la politique 205 heures d'émissions, dont 0 heure 25 minutes au FN, soit 0,20%.

Au cours de cette campagne, la plupart des média n'ont pas invité le FN, plus particulièrement les chaînes publiques (France 2, France Inter, France Info).

La presse parisienne, à titre d'exemple (Le Figaro, Libération, Le Parisien Libéré, France Soir, La Croix, Le Monde), n'a pas consacré une seule ligne au meeting de clôture de la campagne, tenu mercredi 7 mars à Paris devant 2000 personnes, avec Jean-Marie Le Pen et Charles De Gaulle, tête de liste du Front sur la capitale.

S'il fallait une preuve du complot du silence, la voilà !

En outre, abusant de sa position de Premier Ministre, monsieur Jospin a confisqué une part importante des journaux d'informations au bénéfice des tournées qu'il a effectué pour soutenir ses ministres ou ses amis politiques.

Le Front National demande à ses candidats de former contre les résultats électoraux des recours pour " man¿uvre portant atteinte a à la sincérité du scrutin ". Il va en outre, dans les jours prochains, engager de ce chef des poursuites judiciaires.

Jean-Marie Le Pen, président du Front National, en appelle à la conscience morale et professionnelle des journalistes, et lance à l'opinion publique nationale et internationale un SOS contre ces violations graves des règles fondamentales de la démocratie.

(source http://www.front-national.com, le 22 mars 2001)

Rechercher