Déclarations de M. Hubert Védrine, ministre des affaires étrangères, sur le Proche-Orient et la situation en Afghanistan, en réponse à des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, Paris le 24 octobre 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclarations de M. Hubert Védrine, ministre des affaires étrangères, sur le Proche-Orient et la situation en Afghanistan, en réponse à des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, Paris le 24 octobre 2001.

Personnalité, fonction : , , VEDRINE Hubert.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères

ti : SITUATION EN AFGHANISTAN
REPONSE DU MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES,
M. HUBERT VEDRINE,
A UNE QUESTION D'ACTUALITE
A L'ASSEMBLEE NATIONALE

(Paris, 24 octobre 2001)

L'Afghanistan compte 25 millions d'habitants. Depuis des années, en raison d'événements sans rapport avec les actions actuelles, qui sont légitimes, on compte 3 à 4 millions de réfugiés au Pakistan, en Iran et en Asie centrale. A cause de la sécheresse et des guerres antérieures, 8 millions d'Afghans ont besoin d'être aidés. Enfin, on compte 1 million de personnes déplacées depuis le début du conflit.

Ce peuple souffre des événements qui se sont succédé depuis vingt ans. Le 6 octobre dernier, il a été débloqué 700 millions de dollars supplémentaires.

Il est urgent d'agir.

Cette somme est à peine suffisante. En outre il y a des problèmes d'acheminement. Les Américains eux-mêmes reconnaissent que la solution des parachutages - qui a provoqué des polémiques inutiles - n'est pas la bonne, mais si le CICR arrive à aller jusqu'à Kaboul, Hérat ou Mazar-e-Charif, on ne peut pénétrer plus profondément dans le pays et ce sera le cas tant qu'il n'aura pas été arraché aux griffes des Taleban comme nous avons été quelques-uns à le dire avant même le 11 septembre.

L'aide française bilatérale est de 208 millions de francs auxquels s'ajoutent 64 millions de francs pour le programme européen ECHO. Elle passe par les ONG, l'ONU et le CICR.

Mais notre préoccupation ne se borne pas à cette aide d'urgence. Le plan pour l'Afghanistan que nous avons présenté il y a quelques jours comporte un volet politique et la construction d'un Afghanistan moderne, ce qui implique un immense programme agricole et un immense programme de déminage, sans quoi les réfugiés ne reviendront pas dans leurs villages. Il faut donc déjà penser à cette suite et là, l'Europe a un grand rôle à jouer.

(Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 26 octobre 2001)
____________________________________________________________________________________
PROCHE-ORIENT
REPONSE DU MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES,
M. HUBERT VEDRINE,
A UNE QUESTION D'ACTUALITE
A L'ASSEMBLEE NATIONALE

(Paris, 24 octobre 2001)

Oui, nous appelons, comme vous, Israéliens et Palestiniens à sortir du piège infernal où ils sont tombés. Oui, nous appelons à l'arrêt des violences et des occupations de territoire.

Il faudrait que nous soyons entendus, sans quoi la situation ne peut que continuer à se dégrader. Il n'y a pas d'autre solution qu'une issue négociée : personne ne conteste en France qu'il faut un Etat palestinien viable, qui sera davantage une garantie qu'une menace pour la sécurité d'Israël. Un tel Etat ouvrirait des perspectives de coopération, ce qui permettrait d'aboutir à ce Proche-Orient en paix dont Shimon Pérès a souvent parlé. Nous ne cesserons jamais d'appeler à la paix et nous nous efforçons, avec nos partenaires européens et les Etats-Unis, de former une sorte de coalition mondiale pour la paix au Proche-Orient.

(Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 26 octobre 2001)

Rechercher