Déclaration de M. Laurent Fabius, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, sur la campagne d'information pour le passage à l'euro, campagne destinée tant aux particuliers, qu'aux entreprises, Paris, le 20 septembre 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Laurent Fabius, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, sur la campagne d'information pour le passage à l'euro, campagne destinée tant aux particuliers, qu'aux entreprises, Paris, le 20 septembre 2001.

Personnalité, fonction : FABIUS Laurent.

FRANCE. Ministre de l'économie, des finances et de l'industrie

Circonstances : Clôture de la rencontre "L'euro pour tous" à Paris le 20 septembre 2001

ti : Intervention
de Laurent Fabius, Ministre de l'Economie,
des Finances et de l'Industrie

Clôture de la rencontre "L'euro pour tous"

Jeudi 20 septembre 2001

Mesdames, Messieurs,


L'information générale sur l'euro progresse régulièrement dans l'ensemble de la population, à 103 jours du passage complet à l'euro et du retrait du franc. Son utilisation s'accroît assez fortement, mais nous partions bas : aujourd'hui nous en sommes à un million de chèques en euros par jour. Les derniers chiffres relatifs à la préparation des entreprises montrent une progression importante de cette préparation dans le commerce, ce qui est très important pour nos concitoyens, sans quoi l'euro demeurerait absent jusqu'au 1er janvier 2002. A cet égard, c'est une bonne décision que viennent de prendre et d'annoncer les grandes enseignes de la distribution, en s'apprêtant à généraliser au 1er novembre 2001 les paiements par carte en euro.

Dans cette affaire qui concerne déjà et qui va concerner plus encore chacun d'entre nous, je dois saluer les efforts qui sont faits et féliciter ceux qui font avancer l'euro. Je me dois aussi de porter tous les efforts vers ceux qui tardent, et d'être attentifs à ceux pour qui l'arrivée de la nouvelle monnaie risque d'entraîner un surcroît de difficultés dans la vie quotidienne parce qu'ils sont plus fragiles que les autres, en raison de leur âge, de leur isolement, de leur situation de précarité économique ou d'un handicap.

Le ministère de l'économie, des finances et de l'industrie a donc engagé un important programme d'accompagnement et de sensibilisation à l'euro. Il est fondé sur la mise en place de partenariats avec les acteurs de la société civile en contact direct avec ces publics. Le succès de ces initiatives repose en grande partie sur l'existence des relations de confiance et de proximité entre les différents acteurs.

C'est avant tout à travers les relations de confiance avec les médiateurs que vous êtes que doit passer l'apprentissage à l'euro des personnes les plus fragiles d'une manière la plus sereine possible.

Quatre axes ont guidé notre action :

1. Expliquer les raisons de la création de l'euro qui réunit déjà plus de 300 millions de personnes. Ce bouleversement des habitudes de chacun sera d'autant mieux accepté que les Français en comprendront le sens. Cela prend un relief particulier dans le contexte actuel.


2. Aider à la constitution de repères de prix en euros.Il est important que progressivement chacun se construise sa grille de prix en euros de produits courants (la baguette de pain, le timbre, le journal¿). Tout le travail qui aura été fait en ce sens au cours de cette année permettra à chacun de se repérer plus aisément lors de l'introduction des pièces et billets en euros le 1er janvier 2002. Il faut y aider dès maintenant.


3. Il était indispensable de toucher le plus grand nombre d'individus par des actions à la fois massives et de terrain.Vous savez en effet mieux que quiconque choisir le moment, utiliser le bon mot et rassurer les personnes qui manifestent certaines inquiétudes à propos de ce changement.


4. Il nous faut rassurer les Français sur la question générale des prix et de l'euro.J'ai rappelé que l'inflation reste dans l'ensemble bien maîtrisée. Mais nous constatons certains dérapages qu'il nous faut dénoncer en rappelant que l'euro sert souvent de faux prétexte à des augmentations. 300 enquêteurs de mon ministère sont mobilisés pour surveiller les prix, les résultats de leurs travaux seront régulièrement publiés. Des procès-verbaux systématiques en cas d'erreurs intentionnelles au détriment des consommateurs seront dressés.
Vigilance et transparence.

Contrairement aux idées reçues, les personnes de plus de 65 ans sont moins inquiètes de l'arrivée de l'euro que les 18-24 ans ;
56 % des femmes vivent cette échéance avec inquiétude contre 41 % des hommes ;
Les personnes à revenus modestes sont plus inquiètes que les autres.

Ces écarts qui sont constants depuis la création des baromètres de l'euro montrent l'importance des actions que vous menez sur le terrain. Pour répondre à ces préoccupations, le Gouvernement s'est donné quatre priorités :


Première priorité : permettre un accès égal à l'ensemble des outils d'information que nous avons créés. Tous les outils concernant l'euro doivent être accessibles aux déficients visuels et malentendants. Des documents en langue des signes, en braille ou en gros caractères ont été réalisés et sont diffusés par les associations. De nombreux bénévoles ont suivi des formations pour relayer localement la sensibilisation à l'euro des personnes handicapées. Ce sera bientôt le cas de 5 000 animateurs locaux qui travailleront avec des mal voyants.

Il nous faut aussi penser aux personnes ne maîtrisant pas ou pas bien notre langue. Ce mois ci sort une brochure en langue turque, un partenariat avec la SONACOTRA nous permettra de réaliser des dépliants pour les arabophones.


Deuxième priorité : favoriser l'émergence d'un fort mouvement de solidarité pour accompagner dans leur préparation les personnes âgées ou celles qui sont en situation de précarité. Deux grands programmes baptisés "Tous prêts pour l'euro", et "Les Euro-formateurs" ont été lancés. Vous avez fait le point cet après-midi sur leur état d'avancement :

- Le programme "Tous prêts pour l'euro" mené avec la Caisse des dépôts et consignations, auquel se sont associés La Poste et la Banque de France et qui vise à former plus de 20 000 intervenants sociaux ou bénévoles d'association, est réalisé pour près de la moitié. Il est indispensable que la mise en place de ce programme, qui est achevée dans 43 départements, soit terminée partout à la fin du mois d'octobre.

- Le programme "Les Euro-formateurs" qui vise à mobiliser et à former 4 600 retraités bénévoles, soit environ 1 par canton, est bien engagé puisque 3 000 personnes environ ont été formées.

Des efforts de mobilisation doivent être réalisés pour que sur l'ensemble du territoire ces programmes ambitieux portent rapidement leurs fruits. Je sais que vous y travaillez.
Troisième priorité : mettre à la disposition des publics les plus fragiles des convertisseurs francs/euros simples et faciles d'usage.

De nombreux opérateurs (banques, grande distribution) s'apprêtent à diffuser dans les semaines qui viennent des convertisseurs à de nombreux clients mais il revenait à l'Etat de s'assurer que tous disposeront bien de cet outil. C'est la raison pour laquelle, à l'issue d'un appel d'offres, une commande a été lancée pour la réalisation de deux types de convertisseurs financés par l'Etat que nous allons pouvoir découvrir sur l'écran :

- le premier sera réalisé à 1 200 000 exemplaires. Il sera diffusé à partir du 15 novembre par les grandes associations caritatives ou humanitaires qui travaillent avec nous et que je remercie.

- Le second (à 100 000 exemplaires), muni d'une synthèse vocale est destiné aux déficients visuels. Il sera disponible à la même date auprès des associations qui fédèrent une part importante de non voyants.

Vous avez évoqué au cours de la seconde table ronde le développement de certains partenariats, le lancement d'opérations nouvelles (avec la SONACOTRA, l'UNAPEI¿). Le ministère participera prochainement à un appel à projets baptisé "Coup de pouce pour l'euro" en association avec le Parlement européen, la Commission européenne, la RATP et la Fondation AUCHAN. Ce programme permettra aux associations, aux collectivités locales qui souhaitent mettre en place des initiatives locales de trouver une aide et un financement complémentaires.

Je voulais en terminant vous dire l'importance que le Gouvernement et moi-même accordons à la bonne préparation de l'ensemble des publics à l'euro et tout particulièrement des personnes les plus fragiles. Dans ce domaine, l'Etat remplira son rôle. Mais la réussite de ce grand projet collectif repose sur la mobilisation de chacun d'entre nous, des collectivités locales, des associations et des enseignants.

Je vous remercie du travail que vous avez déjà accompli, et vous remercie pour celui qui reste à faire. C'est en effet par ce travail de proximité mené sur le terrain que l'euro deviendra progressivement "l'euro pour tous". Le passage à la nouvelle monnaie est un projet collectif sans précédent. C'est ce vaste chantier que vous avez engagé pour que l'euro soit une opportunité pour tous.

Pour faciliter l'information de chacun, le site "euro" du ministère a été rénové. Il permettra une plus grande réactivité, rendra mieux rendre compte de l'actualité sur l'euro, notamment locale, et informera de façon plus complète sur les programmes mis en place en direction des publics fragiles. Je vous laisse en découvrir certaines pages sur l'écran. Il doit permettre de mutualiser nos efforts et de partager nos expériences.

Puisque vous découvrez également sur cet écran le compte à rebours de l'euro, je vous annonce qu'il en sera affiché un sur la façade de ce ministère à compter de dimanche prochain, qui correspond à la date ¿ - 100.

Encore une fois merci pour ce que vous avez fait et merci par avance pour ce que vous vous apprêtez à faire.


(source http://www.minefi.gouv.fr, le 28 septembre 2001)

Rechercher