Interview de M. Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué à l'enseignement professionnel, dans "Libération" du 4 décembre 2001, sur l'intégration des écoles Diwan au service public, la laïcité et l'enseignement des langues régionales dans l'enseignement primaire. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué à l'enseignement professionnel, dans "Libération" du 4 décembre 2001, sur l'intégration des écoles Diwan au service public, la laïcité et l'enseignement des langues régionales dans l'enseignement primaire.

Personnalité, fonction : MELENCHON Jean-Luc, DAVIDENKOFF Emmanuel.

FRANCE. Ministre délégué à l'enseignement professionnel

ti : Le projet d'intégration des écoles Diwan vous pose problème...

La pratique de Lionel Jospin depuis quatre ans consiste à accepter les débats puis à les arbitrer. Je ne peux pas accepter qu'on fasse comme si d'avance il était d'accord avec tout et n'importe quoi. Mes opinions en la matière sont constantes, comme celles de Jack Lang, d'ailleurs. Je ne suis pas d'accord avec l'intégration de Diwan au service public.

D'abord, parce que c'est dangereux. On parle de l'intégration dans le service public d'un établissement dit "à caractère propre". Pourquoi ce qui vaudrait pour Diwan aujourd'hui ne vaudrait pas demain pour n'importe quel établissement de même nature, notamment pour les établissements privés confessionnels? On prend le risque de faire voler en éclats le laborieux et coûteux compromis qui a été trouvé.

Diwan est gratuite.

Et alors? Ça ne garantit pas la laïcité.

Diwan se dit laïque...

La laïcité, c'est le refus, de la part du service public, de valider quelque option particulière que ce soit. C'est le refus des enfermements - religieux mais aussi linguistiques. C'est rendre possible la présence de tout le monde à l'école. A Diwan, ce n'est pas possible puisqu'il faut accepter de parler breton du matin au soir, y compris au réfectoire et dans la cour de récréation.

Ça ne se fait pas vraiment...

Officiellement, si. Le débat serait d'un autre ordre si Diwan commençait par dire que le français est la langue de tous les Français et non enseigné comme une langue étrangère. L'enseignement d'une langue régionale ne pose aucun problème du point de vue de la laïcité. Mais il ne doit pas être obligatoire ou se faire par immersion, c'est-à-dire en interdisant aux jeunes de parler à l'école leur langue nationale: le français. C'est un enfermement.

Certains disent qu'attaquer la langue c'est attaquer l'identité bretonne.

On ne peut pas identifier la Bretagne bretonnante à Diwan. C'est un piège. La Bretagne est fondatrice des libertés républicaines. C'est le "club des Bretons" qui a fait basculer la Révolution du bon côté. Elle est en tête des régions qui ont payé un lourd tribut pour reconquérir l'Alsace et la Lorraine. Elle est dans le peloton de tête de la Résistance. Je suis contre l'assimilation de la Bretagne à ses extrémistes linguistiques.

Diwan donne de bons résultats pédagogiques...

Des petits Français parlent bien français? Mais ça me paraît assez normal! De plus, leurs parents s'impliquent beaucoup. Ça aide! Ce n'est pas un argument contre l'enfermement. Sinon, on admet les logiques du type "du moment que chacun est heureux dans son petit ghetto pourquoi s'en mêler?". C'est ce que disent les lâches. Moi, chaque Français m'intéresse.

Jack Lang estime que la République n'est pas menacée par 2000 enfants apprenant en breton. Vous, si ?

La République n'est pas fragile mais les principes le sont. Toujours. Ça concerne 2000 élèves aujourd'hui. Si on dit oui à l'intégration, cela en concernera peut-être 3000 demain, 5 000 après-demain et c'en sera fini de l'indivisibilité du service public.


François Bayrou avait fait de Diwan des écoles sous contrat. Vous êtes contre ?

Légalement, c'était possible. Mais, à titre personnel, je pense que ça peut se discuter. Tout ce qui est de l'ordre de l'enfermement me paraît contraire à l'idéal laïque. Décider qu'on va organiser toute la scolarité d'un enfant dans une langue qui n'est pas celle que parlent tous les habitants du pays révèle une dimension psychologique qui m'effraye. J'assimilerais cela davantage à une pratique sectaire qu'à une pratique éducative. Et puis, ne soyons pas naïfs: dans ce type de situations, il y a des stratégies groupusculaires.

Lesquelles ?

Les intégristes linguistiques développent aussi un projet politique dont l'école est un maillon essentiel. Je ne ferai pas semblant de l'ignorer. Et je n'oublie pas les racines historiques sulfureuses de ces fondamentalistes. D'ailleurs, un conseil général a exigé qu'on change le nom d'une de ces écoles car c'était celui d'un nazi!

C'est toujours vrai ?

Tout ça est une queue de comète de l'exaltation des années 68-70 qui mélange de vrais naïfs et des obstinés qui viennent de loin. Il n'y a rien de pire que de céder au terrorisme intellectuel qui permet à des gens de préempter la représentation de toute une région. Faire sombrer la Bretagne dans la caricature de Diwan est odieux.

Propos recueillis par Emmanuel Davidenkoff.


(source http://www.enseignement-professionnel.gouv.fr, le 2 janvier 2002)

Rechercher