Conférence de presse conjointe de M. Jacques Chirac, Président de la République, M. Bill Clinton, Président des Etats-Unis et M. Romano Prodi, Président de la Commission européenne, sur les relations entre l'Union européenne et les Etats-Unis dirigés successivement par MM. Bill Clinton et Geoge Bush, Washinton, 18 décembre 2000. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conférence de presse conjointe de M. Jacques Chirac, Président de la République, M. Bill Clinton, Président des Etats-Unis et M. Romano Prodi, Président de la Commission européenne, sur les relations entre l'Union européenne et les Etats-Unis dirigés successivement par MM. Bill Clinton et Geoge Bush, Washinton, 18 décembre 2000.

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Réunion du Sommet Union européenne-Etats-Unis, à Washington, le 18 décembre 2000

ti : QUESTION - Monsieur le Président CHIRAC, c'est une page qui se tourne aujourd'hui, quel va être l'avenir des relations transatlantiques ?

LE PRESIDENT - Le Président CLINTON aura laissé une trace profonde dans l'histoire du monde contemporain et notamment dans l'histoire des relations transatlantiques. Sans lui, je ne pense pas que la construction européenne aurait été exactement ce qu'elle a été. Donc j'ai tenu, aujourd'hui, à lui rendre hommage. Et puis, l'Union européenne va poursuivre sa voie en s'élargissant, en s'approfondissant, et sans aucun doute dans le cadre d'un partenariat fraternel avec les Etats-Unis. Cela va de soi.

QUESTION - Monsieur le Président, j'imagine que, comme pour beaucoup de personnes, le Président CLINTON va vous manquer. Je crois que vos relations étaient bonnes avec lui. Comment voyez-vous l'avenir avec le nouveau Président, qui a peut être une approche différente des problèmes européens ?

LE PRESIDENT - Je voudrais redire que l'action du Président CLINTON a été extrêmement positive pour l'Europe et aussi pour la relation transatlantique. Et pour cela, je voudrais exprimer ma reconnaissance, l'estime, l'amitié de tous les Européens à l'égard du Président CLINTON. Le chemin est maintenant ouvert et je ne doute pas qu'il y ait une volonté réciproque, aux Etats-Unis comme en Europe, de continuer à avancer la main dans la main, pour le progrès, dans le domaine humain comme dans le domaine politique, de la construction de nos pays. Et, dans l'esprit qu'évoquait à l'instant le Président CLINTON, je veux dire dans un esprit de solidarité universelle, je ne doute pas que nos relations avec le nouveau Président américain seront également excellentes.

Rechercher