Déclaration de M. Christian Pierret, secrétaire d'Etat à l'industrie, sur la mise en oeuvre d'une nouvelle politique de développement durable en matière de risques industriels, conciliant le développement économique avec les dimensions sociales et la question environnementale, Paris, le 11 décembre 2001. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Pierret, secrétaire d'Etat à l'industrie, sur la mise en oeuvre d'une nouvelle politique de développement durable en matière de risques industriels, conciliant le développement économique avec les dimensions sociales et la question environnementale, Paris, le 11 décembre 2001.

Personnalité, fonction : PIERRET Christian.

FRANCE. SE à l'industrie

Circonstances : Table ronde sur les risques industriels, à Paris le 11 décembre 2001

ti : Quelle politique pour un développement durable industriel ?

La place essentielle de la chimie dans l'industrie française

Je voudrais, pour ma part, développer une réflexion sur la situation industrielle de notre pays. Il va de soi que pour l'ensemble des industries à risques, il y aura un avant et un après Toulouse. La relation entre l'entreprise et ses salariés, de même que la relation entre l'entreprise et son environnement, sont aujourd'hui modifiées. Les victimes de Toulouse nous rappellent désormais l'impérieuse nécessité de tirer les enseignements de ce drame. De fait, les usines à risques sont très nombreuses sur notre territoire puisqu'il existe plus de mille établissements classés SEVESO.

Or ce chiffre est aussi révélateur de la place essentielle qu'occupent les industries concernées dans le tissu économique français. La chimie française emploie ainsi quelques 250 000 personnes et elle représente 16 % de la valeur ajoutée de l'industrie. De même que la présence sur le territoire d'une industrie chimique forte est un atout pour notre pays, les raffineries et les stockages de dépôts pétroliers sont indispensables à notre approvisionnement.

Par ailleurs, je tiens à rappeler que des investissements importants ont déjà été réalisés dans ces secteurs pour la protection des salariés et de l'environnement. Ainsi, même si cet argument n'est qu'une maigre consolation, les taux d'accidents du travail sont deux fois plus faibles dans la chimie que dans la moyenne de l'industrie. L'accident de Toulouse a cependant démontré qu'il fallait aller plus loin dans la quête de sécurité. Nous allons donc devoir mettre en oeuvre une nouvelle politique de développement durable en matière de risques industriels. Celle-ci devra concilier développement économique, prise en compte des dimensions sociales et prise en compte de la question environnementale. Ces trois piliers doivent rester indissociables, sous peine de remettre en cause toute la logique du développement durable.



Mettre en oeuvre une politique de développement durable

Cette nouvelle politique ne peut provenir que de l'Etat, mais elle doit aussi résulter de la mobilisation et de la concertation de tous les acteurs concernés. De nombreuses propositions ont été formulées dans le cadre des débats régionaux et il faudra que chacune d'entre elles soit examinée en détail. Je note, dès à présent, que le besoin d'une plus grande implication des riverains et d'une meilleure association des salariés a été souligné à de nombreuses reprises. En outre, il faudra également se poser la difficile question des moyens nécessaires pour que nos industries puissent limiter les périmètres de danger, sans remettre en cause leur capacité à faire face à une pression concurrentielle internationale toujours plus forte. Cette difficulté dévoile précisément le sens du développement durable.

A cet égard, l'expérience des autres pays industrialisés de l'Union européenne sera certainement utile à notre réflexion.

Sur la base de ces pistes, comme d'autres qui pourraient apparaître aujourd'hui, le Gouvernement est déterminé à ce que des réponses équilibrées soient apportées au problème. Ces réponses doivent permettre de concilier la nécessaire protection des salariés et des habitations, le développement urbain et le maintien d'une industrie forte et compétitive.

(Source http://www.débat-risques.environnement.gouv.fr, le 3 janvier 2002)

Rechercher