Déclaration de M. Hubert Védrine, ministre des affaires étrangères, à la presse macédonienne, sur l'engagement de la France auprès de la Macédoine et sur la mise en oeuvre de l'accord cadre d'Ohrid du 11 août 2001, Paris le 11 janvier 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Hubert Védrine, ministre des affaires étrangères, à la presse macédonienne, sur l'engagement de la France auprès de la Macédoine et sur la mise en oeuvre de l'accord cadre d'Ohrid du 11 août 2001, Paris le 11 janvier 2002.

Personnalité, fonction : , , VEDRINE Hubert.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères

Circonstances : Conférence ministérielle de la Francophonie : premier entretien de M. Védrine avec M. Slobodan Cazule, nouveau ministre macédonien des affaires étrangères à Paris le 11 janvier 2002

ti : J'ai été très heureux de rencontrer le nouveau ministre macédonien des Affaires étrangères, M. Slobodan Cazule.

Je lui ai confirmé l'engagement de la France auprès de la Macédoine, comme nous l'avons fait ces dernières années où nous avons toujours agi pour aider au renforcement de la stabilité et au développement de la Macédoine.

Nous avons examiné les différents problèmes actuels. La France souhaite la poursuite du processus politique qui a été impulsé depuis août. On sait que des Français importants, au sein de la diplomatie européenne, ont apporté toute leur contribution et leur conviction à ce processus.

Tout cela continuera. Nous souhaitons aussi que toutes les autres étapes concernant l'amnistie, l'autonomie locale, tout ce qui fait partie du processus politique, puissent progresser. Nous connaissons la difficulté à mettre en place tout cela et nous rendons hommage au courage et au sens de l'intérêt général des différents responsables politiques pour qu'ils maintiennent ce processus, ce dynamisme.

Nous souhaitons être à côté de la Macédoine dans son effort de rapprochement avec l'Union européenne. C'est en effet très important politiquement mais aussi économiquement.

Et enfin, sur le plan bilatéral, nous avons parlé de la question de Radio-France Internationale qui devrait pouvoir émettre à Skopje et avoir la possibilité de développer les émissions en macédonien. Ce sont des perspectives dont le ministre macédonien a parlé avec le président de RFI hier et que je soutiens.

(Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 14 janvier 2002)

Rechercher