Déclaration de M. Robert Hue, président du PCF, sur l'élection présidentielle 2002, sa candidature, son intention de combattre la droite et sa proposition d'"audace sociale", Paris le 31 janvier 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Robert Hue, président du PCF, sur l'élection présidentielle 2002, sa candidature, son intention de combattre la droite et sa proposition d'"audace sociale", Paris le 31 janvier 2002.

Personnalité, fonction : HUE Robert.

FRANCE. PCF, président

ti : Je m'adresse à vous, quelles que soient vos opinions, votre situation sociale, ou vos intentions de vote, pour vous dire ce que j'ai sur le coeur, et pourquoi je veux, avec vous, construire une autre politique à gauche.

On voudrait escamoter le débat démocratique auquel vous avez droit. On vous répète que l'élection se réduit à un seul choix : ou bien le retour en arrière avec Jacques Chirac, ou bien la simple poursuite de la politique actuelle avec Lionel Jospin.
Je suis sûr que vous attendez autre chose. N'est-ce pas ce qu'expriment les grandes mobilisations sociales que connaît notre pays ? Il y a des problèmes. Ils sont graves. Il faut leur trouver des solutions. Vous devez pouvoir vraiment dire, dans le débat et par votre vote, ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas ; décider souverainement de votre avenir.

Battre la droite
C'est cela qui doit être au coeur de cette élection. C'est pour cela que je suis candidat : je veux contribuer de toutes mes forces à faire entendre votre voix, vos attentes, vos exigences. La voix, naturellement, du monde auquel j'appartiens : le monde salarial, celui des hommes et des femmes de conditions modestes, les milieux populaires. La voix de la jeunesse, en quête d'un avenir qui vaille la peine qu'on se bouge pour le réaliser. La voix et les aspirations communes à des millions de nos concitoyens qui ne se retrouvent pas dans ce que dit et fait la "classe politique".

Comme la majorité d'entre vous, je suis indigné lorsqu'on cède au grand patronat et à la finance, au détriment des salariés. Les grands patrons du Medef dictent son programme à la droite : privatisation des services publics ; démolition de la sécurité sociale et de tout ce qui protège encore votre travail, votre santé, votre famille ; abandon devant la mondialisation capitaliste qui transforme tout en marchandise - jusqu'à la santé, la formation, la culture...- et qui provoque partout l'aggravation des inégalités et une angoissante dégradation de l'environnement.
Nous sommes des millions à ne pas vouloir cela ! Je veux, dans cette élection, contribuer de toutes mes forces à empêcher le retour de la droite.

Mener une autre politique à gauche
Mais ne tournons pas autour du pot : je propose à la gauche une autre politique que celle pratiquée actuellement. Je mesure d'autant mieux ce qui a été fait de positif depuis 1997, que je sais les efforts que les députés et les ministres communistes ont déployés pour y parvenir. Vous aussi pouvez le mesurer, par exemple en pensant à ce qui se serait passé pour vous si la droite avait continué à diriger le pays !
Le bilan ne peut cependant nous satisfaire : la France reste minée par les inégalités et les discriminations. Les puissances de l'argent continuent trop souvent à imposer leurs choix. On cède devant leurs exigences, alors que vos exigences, à vous, on ne les écoute pas assez.

Volonté politique, audace sociale
C'est pour qu'on vous entende que je veux porter dans cette élection des réponses radicalement nouvelles. Le temps est venu de la volonté politique, de l'audace sociale : d'une autre politique à gauche. Le "ni droite ni gauche", c'est l'impuissance. La demi-gauche, c'est l'insuffisance. La gauche doit être bien à gauche. Communiste, c'est dans ce sens que je peux apporter quelque chose. C'est à cela que visent les propositions que je mets en débat dans tout le pays.

Il faut avoir l'audace de mettre au service de la justice sociale les moyens colossaux aujourd'hui gâchés dans la spéculation et la finance ; pour une grande politique d'emploi, de formation, de promotion sociale, de salaires et de revenus décents pour toutes et tous.
Il faut avoir l'audace de développer et transformer les services publics pour qu'ils servent réellement la vie, la sécurité et l'environnement de chacune et de chacun
Il faut avoir l'audace de dire non à la mondialisation capitaliste et aux volontés dominatrices des puissants de la planète, pour construire avec les autres peuples une Europe et un monde de coopération et de paix.
il faut avoir l'audace d'une citoyenneté nouvelle refusant toutes les discriminations pour que la personne humaine et son développement - dans leurs dimensions sociales, démocratiques, et culturelles - deviennent partout prioritaires.

Utile
Je crois que c'est cela qu'on attend de la gauche. C'est pour que ces attentes, ces exigences puissent s'exprimer, pour que vous puissiez vous faire entendre et respecter, que je mets ma candidature à votre disposition.
Je m'engage à porter ces exigences avec vous lors de l'élection présidentielle, et au-delà. C'est ce qu'exprimeront les votes pour ma candidature. Plus ils seront nombreux, plus il faudra en tenir compte, quel que soit le vainqueur de cette élection. Et si la gauche l'emporte, c'est fort de vos exigences exprimées par vos votes que j'agirai avec mes amis pour que la politique mise en oeuvre corresponde à vos attentes.

Oui, ensemble, nous pouvons voter utile le 21 avril pour redonner toutes ses couleurs à la gauche, pour une autre politique à gauche, conforme à ce que vous attendez.


(Source http://www.roberthue2002.net, le 6 février 2002)

Rechercher