Déclaration de M. Jack Lang, ministre de l'éducation nationale, sur les mesures prises en faveur de l'éducation physique et sportive dans les programmes et cursus d'enseignement, y compris dans l'enseignement supérieur et sur la place du sport dans la campagne nationale sur "le respect ça change l'école", Paris le 28 janvier 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jack Lang, ministre de l'éducation nationale, sur les mesures prises en faveur de l'éducation physique et sportive dans les programmes et cursus d'enseignement, y compris dans l'enseignement supérieur et sur la place du sport dans la campagne nationale sur "le respect ça change l'école", Paris le 28 janvier 2002.

Personnalité, fonction : LANG Jack.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale

Circonstances : Réception de l'équipe de France de football des moins de 17 ans, à Paris le 28 janvier 2002

ti : Jack LANG s'adresse aux espoirs du football national
(Equipe de France de football des moins de 17 ans)


Monsieur le Président de la Fédération Française de Football,
Monsieur l'entraîneur de l'équipe de France,
Messieurs les joueurs,


C'est avec beaucoup de plaisir que j'accueille ce matin les joueurs de l'équipe de France de Football des moins de dix-sept ans qui ont remporté la coupe du monde de cette catégorie qui s'est déroulée du 14 au 30 septembre dernier à Trinité et Tobago.

Vous avez, comme vos aînés de l'équipe de France professionnelle vainqueurs de la coupe du monde et de la coupe d'Europe, fait vibrer le coeur de nombreux français, le sport que vous pratiquez étant le sport le plus populaire.

Votre victoire a donné aux Français un moment de bonheur et un sentiment de fierté. Ils ont vu en vous une relève en constitution qui laisse espérer une voie pour le remplacement des immenses champions qui sont des références pour beaucoup de Français et certainement des modèles pour vous-mêmes.

Vous le savez, j'attache une très grande importance à toutes les activités qui permettent de développer toutes les sensibilités chez les jeunes et de former des citoyens responsables, engagés et respectueux d'eux-mêmes et des autres.

J'ai, parmi les très nombreux éléments qui interviennent dans la formation des jeunes, donné une impulsion forte à deux sujets dont notre rencontre peut constituer un trait d'union et votre réussite une concrétisation. Il s'agit de mon action dans le domaine de l'Education physique et sportive, et du sport ainsi que de la préparation des jeunes de notre pays au statut de citoyen dont la campagne nationale pour le respect que j'ai lancée depuis le mois d'octobre dernier est une illustration.


Les mesures prises en faveur de l'EPS et du sport

Je considère que l'EPS, comme les enseignements artistiques, est une discipline importante pour le développement équilibré de l'élève.

J'ai tenu à donner à cette discipline une place lui conférant la même dignité que toutes les autres disciplines.

J'ai pris une vingtaine de décisions pour traduire cet objectif dans les cursus de formation.

Toutes ces mesures traduisent ma volonté de garantir à tous les jeunes, dès leur plus jeune âge et tout au long de la scolarité, une éducation complète et exigeante qui intègre les activités sportives.

Il s'agit de multiplier les passerelles avec le sport pratiqué hors des établissements et de favoriser la pratique de l'EPS tant à l'intérieur des établissements scolaires et universitaires comme discipline d'enseignement, qu'à l'extérieur dans le cadre des associations.

Je ne rappellerai pas toutes ces mesures, si certains souhaitent plus d'information, mes conseillers leur donneront plus d'explication.

Je ne développerai que quelques-unes d'entre elles intéressant les différents niveaux d'enseignement.

A l'école, l'EPS est réaffirmée en tant que discipline obligatoire. Dans le souci de faciliter sa pratique et d'offrir aux maîtres qui le souhaitent de pouvoir assurer une partie de leur service dans cette discipline, j'ai décidé d'ouvrir dès la formation des maîtres en IUFM des dominantes dans trois spécialités : l'EPS, les arts et les langues. Ainsi, sans revenir sur le principe de l'unicité du maître à l'école élémentaire, les professeurs des écoles volontaires pourront, par des échanges de service avec leurs collègues, effectuer la moitié de ce service en EPS.

Au collège "le cahier des exigences pour le collégien". qui vient d'être publié ces derniers jours garantit le niveau des compétences et des savoirs en EPS qui sont vérifiés lors du brevet d'études fondamentales.

Cette discipline peut également, avec d'autres disciplines, entrer dans les itinéraires de découverte "nature et corps humain" en classes de 5e et 4e.

Au lycée, outre l'évaluation de l'EPS au baccalauréat à partir d'un référentiel national de façon à aller vers plus d'équité, j'ai pris une mesure très attendue par les élèves qui souhaitent valoriser dans leur cursus de formation et leur attrait pour le sport, ce qui est, je pense, le cas de la plupart d'entre vous ; il s'agit de l'officialisation de l'enseignement complémentaire en EPS dans toutes les séries ES, S, L, SMS, STT, STI, STL.

Cet enseignement complémentaire de 4 heures s'ajoute à l'enseignement obligatoire de 2 heures en première et en terminale, et sera évalué au baccalauréat. Il sera affecté d'un coefficient 2, en plus du coefficient 2 prévu pour l'enseignement obligatoire.

J'ai également souhaité, en accord avec ma collègue ministre de la Jeunesse et des Sports, Mme Marie-George BUFFET qu'une attention particulière soit apportée aux sections sportives ouvertes dans les collèges ou les lycées. Nous avons en effet tous les deux beaucoup insisté dans la conférence de presse que nous avons tenue le 7 juin 2001 sur l'impérieuse nécessité d'offrir aux sportifs de haut niveau une formation adaptée leur permettant conjointement à la réalisation de performances sportives de poursuivre des études les plus approfondies possible en vue de leur insertion professionnelle future.

L'avenir des sportifs de haut niveau est une responsabilité collective des ministres en charge de ces jeunes.

Pour atteindre cet objectif, l'Education nationale a créé des dispositifs spécifiques, les sections sportives, que les plus anciens connaissaient sous le titre de sections sports et études.

Dans ces sections sportives, l'organisation des enseignements sur l'année est adaptée en fonction des impératifs des préparations et des compétitions auxquelles participent les élèves. Je tiens à cette occasion à souligner, pour les en remercier, l'engagement de tous les personnels de ces établissements pour répondre à ces exigences complexes.

Il existe actuellement 1900 sections sportives en collèges et en lycées qui accueillent 40.000 élèves dans 50 disciplines sportives.

Ces structures constituent l'antichambre de la préparation au sport de haut niveau qui se poursuit dans les pôles espoirs., certains d'entre vous ont peut-être effectué leur scolarité dans ces classes.

Je tiens à noter qu'elles permettent parfois de repêcher des élèves en grande difficulté qui décrochent des études.

Ces classes connaissent un grand succès mais pour maintenir la qualité, il m'est apparu indispensable de mieux coordonner les ouvertures.

J'ai donc demandé que soit élaborée une charte des sections sportives.

Elle est préparée sous l'égide de la direction des enseignements scolaires dans le cadre d'une commission comprenant des fédérations sportives concernées et le ministère de la Jeunesse et des Sports.

Elle sera bientôt définitivement arrêtée et je la signerai en mars prochain. Je dois signaler à M. le Président que sa fédération prend une part active à la préparation de cette charte et je l'en remercie.

A l'université, face à l'engouement des jeunes pour la filière STAPS, j'ai demandé qu'une réflexion soit engagée sur la professionnalisation de ces études, car tous les étudiants ne pourront pas devenir des professeurs d'éducation physique et sportive. Le professeur Jean CAMY auquel j'ai confié une mission sur ce sujet m'a remis un rapport d'étape. Il apparaît après examen avec les professionnels des métiers du sport, que des débouchés peuvent être proposés à des étudiants titulaires de diplômes professionnels de niveau BAC + 2, des DEUST notamment.

Je fais recenser dès à présent les besoins des professionnels et je proposerai aux universités volontaires d'ouvrir ces formations dès la rentrée 2002.

Je ne terminerai pas ce survol, certes trop rapide des mesures que j'ai arrêtées, sans vous indiquer la mesure la plus symbolique qui place l'EPS au même rang que toutes les autres disciplines, il s'agit de création d'une section d'école normale supérieure en EPS. Elle sera ouverte à l'école normale supérieure de Cachan et implantée dans son antenne de Kerlan à Rennes.

Faisant le lien entre le sport et le respect, je veux signaler ici ma préoccupation relative au sport scolaire, lieu privilégié de formation à la citoyenneté dans le cadre des associations sportives que sont l'USEP et l'UNSS.

Le rapport que m'a remis l'inspecteur général Michel LEBLANC fait apparaître qu'il est indispensable de relancer ce champ d'activité. Il formule des propositions très intéressantes qui devront être mises en oeuvre.


Le sport et le respect

L'une des missions fondamentales de l'école est la formation des citoyens. Dans la période présente, le développement inquiétant d'incivilités, de perte du respect d'autrui et de montée de la violence m'ont amené à réagir et à organiser au plan national une grande campagne sur le respect.

Les enseignants interrogés m'ont indiqué de nombreuses situations où l'apprentissage du respect pourrait progresser.

Il s'agit du respect de l'institution elle-même, du respect des élèves envers les autres élèves ou envers les enseignants, du respect des parents envers l'école, du respect des lieux et du matériel. Il s'agit de mettre en valeur la notion de respect mutuel, de respect réciproque.

Le sport collectif est un domaine par excellence où le respect sous ces différentes formes trouve une application concrète permanente : respect des joueurs, de l'arbitre, des règles, des spectateurs.

Il implique au haut niveau d'exigence où vous intervenez un respect de soi par la maîtrise de ses entraînements, de son alimentation et sa vie en général.

Par votre expérience, vous êtes des exemples pour nos jeunes. Je vous demande avec insistance, comme le font déjà des sportifs d'autres disciplines, de devenir des ambassadeurs du respect.

Les Français sont fiers de vous, vous devez être fiers de l'image que vous donnez à ceux qui vous admirent.

Je veux profiter de la rencontre que nous avons pour dire toute ma reconnaissance à tous ceux qui se sont déjà engagés dans cette campagne.

Bien sûr, tout d'abord les élèves et leurs maîtres, mais également les sportifs connus ou inconnus.

Je veux tout spécialement remercier les sportifs de renommée mondiale et les artistes populaires qui, dans chacune des manifestations que nous organisons, en fonction de leur disponibilité, nous accompagnent depuis le mois d'octobre 2001.
Il s'agit de :
- Daniel COSTANTINI, parrain de la campagne "le respect ça change l'école", entraîneur de l'équipe de France de handball championne du monde,
- Brahim ASLOUM, boxeur, champion olympique
- Frédéric DIEFENTHAL, acteur
- Mouss DIOUF, acteur
- Daniel PENNAC, auteur
Ils interviennent dans les écoles, collèges, lycées pour parler avec les élèves :
- de respect et de sport
- des valeurs de l'olympisme

Ils interviennent à l'occasion de manifestations différentes :
- soit à l'occasion d'une rencontre dans un établissement scolaire,
- soit à l'occasion d'un tournoi de football
- soit à l'occasion d'un festival, celui de la publicité à Méribel notamment,
- soit à l'occasion de la préparation d'une comédie musicale.

Je peux également citer les partenariats spécifiques qui ont été montés avec :
- la Fédération française de handball. Lors des manifestations, on parle du respect et les joueurs portent le maillot de la campagne. Il en a été ainsi au challenge Marrane, il en sera ainsi pour le tour de France des stades et le tournoi de Bercy.
- Le tour de France des stades de football. Le ministère, l'UNSS et Mouss DIOUF organisent le tour de France des stades de football : à Lens, Marseille, Nantes, Bordeaux et Paris. A cette occasion sont organisées des rencontres en levée de rideau entre d'anciens champions, des artistes et des lycéens.
- La semaine du judo organisée par la ville de Boulogne à laquelle le ministère s'associe et Lardi BENBOUDAOUD sera le porte parole pour le respect.

Il est important que vous sachiez que les spots télévisés et la campagne dans son ensemble ont été bien reçus par nos concitoyens.

Les enseignants et les élèves ont également une opinion positive à l'égard de cette campagne.

Les efforts faits par tous ceux que je viens de citer et les acteurs de l'Education nationale en général rencontrent un écho favorable auprès de nos concitoyens. Cela démontre combien l'apprentissage du respect à l'école est une nécessité.

Je terminerai en vous félicitant à nouveau ainsi que vos entraîneurs pour l'exploit sportif que vous avez réalisé. Je souhaite votre participation active à la campagne nationale sur "le respect ça change l'école".

Je considère que le sport est un moment privilégié pour l'éducation au respect. Ceci conforte mon action qui vise à faire de l'Education Physique et Sportive une discipline qui doit avoir la même importance que toutes les autres. Toutes mes décisions prises à l'égard de l'EPS vont dans ce sens.

(source http://www.education.gouv.fr, le 29 janvier 2002)

Rechercher