Déclaration de M. Yves Cochet, ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement, sur la fermeture de l'usine de production de Mox de Cadarache, Paris le 22 mars 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Yves Cochet, ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement, sur la fermeture de l'usine de production de Mox de Cadarache, Paris le 22 mars 2002.

Personnalité, fonction : COCHET Yves.

FRANCE. Ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement

ti : "Le Monde a titré dans son édition datée du 22 mars que je m'opposais à la fermeture d'une usine nucléaire dangereuse, en l'occurrence celle de la Cogema à Cadarache.

La DGSNR, placée sous la co-tutelle, et donc l'autorité, de mon ministère - ce qui aurait dû suffire à éviter un tel contresens - a confirmé le 20 mars que la production de MOX devait cesser à Cadarache à horizon fin 2002-début 2003. Il s'agit là d'une décision liée à la sûreté des installations, prise en 1999, qu'il ne saurait être question de remettre en cause. Contrairement à ce qu'indique Le Monde, comme Dominique Voynet l'était avant moi, je suis bien évidemment pleinement partisan de cette fermeture, rapide et si besoin est par voie réglementaire.

Cette fermeture à échéance fin 2002-début 2003 laisse un délai à la Cogema et permet aux pouvoirs publics de prendre toutes les dispositions nécessaires pour gérer dans de bonnes conditions les conséquences sociales de cette fermeture à Cadarache.

Pour ce qui concerne le dossier déposé par la Cogema, demandant l'augmentation de production de MOX à Marcoule, pour une quantité équivalente à celle qui était produite à Cadarache, il n'y a pas de décision a prendre dans l'immédiat. Il reste plusieurs mois pour évaluer exactement les besoins en fonction des contrats en cours ; cela est parfaitement compatible avec le délai d'arrêt de la production annoncé par la DGSNR.

Je reste donc pour ma part plus que jamais favorable à la fermeture de l'usine, dangereuse, de Cadarache, que l'on ne peut faire dépendre de l'ouverture ou de l'extension d'un autre site."


(source http://www.environnement.gouv.fr, le 25 mars 2002)

Rechercher