Interview de M. Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, à TF1 le 7 mai 2002, sur la formation de son gouvernement, la nécessité de rétablir l'autorité républicaine, de relancer le dialogue social et d'entreprendre des réformes notamment en matière de fiscalité. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, à TF1 le 7 mai 2002, sur la formation de son gouvernement, la nécessité de rétablir l'autorité républicaine, de relancer le dialogue social et d'entreprendre des réformes notamment en matière de fiscalité.

Personnalité, fonction : RAFFARIN Jean-Pierre, POIVRE D'ARVOR Patrick.

FRANCE. Premier ministre

ti : PATRICK POIVRE D'ARVOR
Invité de ce journal, je vous l'avais promis, Jean-Pierre RAFFARIN, bonsoir.

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Bonsoir.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Merci de nous réserver vos premières déclarations. Tout d'abord, pardonnez-moi cette question un peu iconoclaste, vous êtes là pour combien de temps ? Est-ce que vous êtes là pour un mois ou pour après les législatives si la droite les gagne ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Patrick POIVRE d'ARVOR, il ne vous a pas échappé que c'était un gouvernement d'action. Quand vous voyez, d'abord, l'union qui est constituée pour travailler ensemble, quand vous voyez les capacités et les compétences qui sont rassemblées, c'est pour agir. Et on n'agit pas ni dans l'immédiat ni à court terme, on agit forcément à long terme. En plus, nous avons une mission qui nous est confiée par le président, c'est un gouvernement de mission. Et cette mission¿

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Pas de transition, donc¿

JEAN-PIERRE RAFFARIN
C'est une mission qui est de moderniser ce pays autour d'un certain nombre d'objectifs majeurs, l'autorité républicaine, il faut rétablir l'autorité républicaine et faire preuve d'une grande fermeté. Il faut aussi relancer et promouvoir le dialogue social. Très très prochainement, nous rencontrerons les partenaires sociaux. Et puis, il faut aussi parler à la jeunesse qui s'est mobilisée, qui est entrée un peu en République ce dimanche dernier avec le deuxième tour à l'élection présidentielle. Donc, nous avons des objectifs d'envergure avec une véritable union, authentique, vraiment le climat de constitution de ce gouvernement était très positif, avec une volonté de servir. Ce n'est pas ici, pour franchir une étape nouvelle, ce n'est pas d'être à Matignon pour penser à autre chose, c'est pour s'occuper du travail qui est à faire au service des Françaises et des Français. Penser au terrain, préparer le travail législatif évidemment, mais rester toujours proche de ceux qui nous font confiance, de ceux qui, dans ce pays, puissent souhaiter vraiment des réformes importantes.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Alors, on va détailler tout cela, on dit que vous avez choisi¿ vous avez été choisi parce que vous êtes du " Juppéo-compatible ", c'est la main du maire de Bordeaux qui était derrière votre choix ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
J'ai des relations de confiance avec Alain JUPPE, c'est très clair, mais j'ai été nommé par le président de la République.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Et c'est vous qui avez choisi votre gouvernement, ce n'est pas le président de la République qui a tenu la plume ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Je ne suis pas un solitaire, un individualiste, j'ai beaucoup consulté, j'ai beaucoup concerté, et donc, c'est d'ores et déjà un premier travail d'équipe.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Un gouvernement qu'on annonçait ramassé, mais finalement, quand même, 27 membres, ça fait beaucoup ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
C'est un gouvernement qui mobilise beaucoup de compétences, parce que les dossiers sont très importants. Et puis, le mécontentement des Français a été réel dans ces élections, l'inaction pendant cinq ans a été vraiment condamnée par les électeurs. Donc, il faut engager le travail rapidement en profondeur et dans bien des domaines. Quand on parle de réformes de l'Etat ou quand on parle de réinstaurer l'autorité de l'Etat, il va de soi qu'il s'agit là d'action d'envergure et donc, il faut des équipes complètes et compétentes.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Alors, est-ce que ce gouvernement va tenir compte, d'abord, des résultats du premier tour, du deuxième tour évidemment, mais aussi de ce qui s'est passé le 1er mai, et notamment, quand même de ce vote qui a été un vote de gauche en partie sur Jacques CHIRAC ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
C'est un élan républicain, nous, notre logique de travail n'est pas d'essayer de mobiliser là une partie de la France contre l'autre. Notre objectif est de travailler pour tous les Français et de répondre à ce qu'ont demandé les Français, que la politique agisse, qu'elle parle moins, qu'elle pense moins aux ambitions personnelles et puis, qu'elle agisse davantage sur le terrain, c'est ça notre travail. Donc, nous avons un devoir d'action au service des Français et non pas de prolonger une campagne électorale présidentielle en cherchant à opposer la moitié de la France à l'autre moitié, au contraire, nous devons travailler pour tout le monde. Quand on veut réinstaurer et défendre vraiment ce concept d'autorité républicaine, il faut que ce concept ait vraiment, je dirais, sa légitimité dans ce vote massif, qui a réélu le président de la République, c'est ce qu'ont demandé les Français. Là, on a une forte légitimité pour plus de République, mais pas une République qui se contente de Liberté, Egalité et Fraternité tout en haut, sur nos mairies, mais sur le terrain, dans nos communes¿

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Parce qu'il y a beaucoup de "blabla", disent souvent les Français, quand on les interroge, quand on parle de politique, ils disent : ils parlent beaucoup, ces politiques, et ils n'agissent pas toujours, ou ils promettent et ils ne tiennent pas.

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Oui, c'est pour ça qu'on a rassemblé des compétences. Quand on parle de liberté aujourd'hui, la liberté d'entreprise, on a un grand chef d'entreprise qui va conduire la politique économique avec nous. Quand on parle d'égalité, quand on parle aujourd'hui d'égalité et qu'on parle de retraite, vous croyez que la situation est égalitaire en France, vous croyez que la France est équitable en matière de retraite ? C'est pour ça qu'avec François FILLON, on a un dossier très important. Et quand on parle de fraternité, quand notre République parle de fraternité, où est la fraternité dans les quartiers où la sécurité n'est pas assurée ? C'est pour ça qu'avec Nicolas SARKOZY, on veut s'attaquer au dossier de la sécurité, mais sur le terrain, dans le concret. La tâche est très difficile, et donc, il faut la prendre avec modestie, mais avec détermination, du travail en commun, mais de la vraie fermeté pour atteindre nos objectifs.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Alors modestie, humilité, le mot revient souvent dans votre bouche, vous n'êtes pas énarque, c'est une qualité, parfois, on a reproché une certaine arrogance de la technocratie française, ça fait longtemps qu'il n'y a pas eu un non-énarque à Matignon ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Moi, je suis un élu régional, je connais bien ce pays, j'ai beaucoup circulé et je vois le formidable potentiel des forces vives, tous ces acteurs économiques sociaux, les petites entreprises, les artisans, les ingénieurs, il y a des forces formidables qui sont à libérer dans ce pays. Mais naturellement, il ne faut pas les enfermer dans des procédures, des mesures lourdes et pesantes, il faut, au contraire, aérer tout cela, avec compétence, mais pas avec prétention, je crois vraiment que la politique trouvera, comme dit Luc FERRY, son réenchantement si elle parle au c¿ur des gens, c'est pour ça que je suis très heureux qu'il y ait un grand humaniste à l'Education.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Vous nous parliez des PME, vous avez été ministre des PME pendant deux ans, et au fond, vous n'avez eu que cette expérience ministérielle, est-ce que cela suffit pour asseoir une autorité politique ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
L'autorité, vous savez, on la trouve dans l'action, dans les méthodes de travail et dans la détermination et la ténacité, ça, je peux vous dire que question détermination et ténacité, j'ai ma dose. Pour le reste, il est évident qu'on va travailler avec l'esprit d'ouverture avec les uns et les autres, j'ai une bonne expérience régionale, vous savez, une région, c'est un petit Matignon, on y voit tous les problèmes, mais si vous voulez me dire que j'ai encore beaucoup de choses à apprendre, c'est vrai, j'ai encore beaucoup de choses à apprendre, mais là, je compte sur cette relation de confiance et de proximité avec le président de la République, qui est un grand homme d'expérience.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Par exemple, quelle peut être la mesure phare que vous allez annoncer dès vendredi, c'est-à-dire dès le premier Conseil des ministres ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Alors, d'abord un travail collectif, donc, un Conseil des ministres vendredi, un séminaire gouvernemental samedi. D'abord, la première des mesures, ça va être de travailler à la mise en route d'un audit. Quand on rentre dans une maison neuve, il faut faire l'inventaire, et donc, on regarde bien quelles sont les situations, notamment les situations budgétaires¿

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Est-ce que vous pensez que les comptes sont un peu faussés ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Je veux y voir clair. Je veux y voir clair pour savoir exactement quelles sont les possibilités d'action, et donc, nous avons un travail d'audit. Nous avons, ensuite, tout un travail législatif à préparer, car¿

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Tout en sachant que vous n'avez pas le droit de¿ enfin, vous avez la possibilité, mais ça sera difficile, compte tenu du fait¿

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Nous avons le devoir de travailler¿

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Oui, mais vous ne pouvez pas faire voter des lois¿

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Mais l'Assemblée, en effet, ne sera réunie qu'après les élections législatives. Mais les textes doivent être préparés, consultés, concertés, donc, nous devons nous mettre au travail très rapidement, c'est déjà, pour un grand nombre de ministres, engagé, pour préparer les textes législatifs. Et puis, il y a toutes ces actions de terrain, ces actions qui vont enraciner nos propositions, notamment en matière de sécurité, quand on parle de groupement d'interventions, quand on parle de centres d'éducation renforcés, quand on parle de plus de proximité dans la Justice, avec la Justice de paix, tout ça va être mené sur le terrain en concertation avec des expériences et des opérations pilotes pour donner à nos propositions le concret du territoire.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Quand est-ce que le fameux Conseil de sécurité intérieure, qui doit regrouper toutes les forces justement de l'ordre de ce pays, va se réunir sous l'autorité du chef de l'Etat ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Puisque c'est sous l'autorité du chef de l'Etat, c'est le chef d'Etat qui en décidera la réunion.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
D'accord. Donc, en principe, première mesure phare dans le domaine de la sécurité, est-ce que dans le domaine de la fiscalité, vous allez pouvoir tenir cette fameuse promesse que, par deux fois, ici-même, Jacques CHIRAC a répétée, c'est-à-dire baisse des impôts, et notamment baisse de l'impôt sur le revenu, à savoir 5% dès maintenant, est-ce que ça vous est possible sans avoir à voter, puisque là, vous ne pouvez pas le faire ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
C'est un engagement auquel nous tenons beaucoup, c'est nécessaire pour des raisons économiques, pour libérer les forces vives, c'est aussi très important pour toutes les classes moyennes. C'est aussi un message fort de confiance pour tous ceux qui par leur travail constituent leurs revenus et qui aujourd'hui paient trop d'impôts. Et donc, c'est un message très important que nous voulons adresser, en effet, dans ce que nous appelons les réformes du temps court, celles qui doivent être engagées rapidement. Et puis, il y aura les réformes du temps long, celles pour lesquelles on aura besoin du temps, comme allié. Nous avons une stratégie de réformes, car nous voulons aller vite sur un certain nombre de dossiers pour en effet tenir nos promesses, mais nous voulons tenir compte du dialogue et de la concertation sur un certain nombre d'autres dossiers où là nous avons besoin de l'écoute, de manière à ce qu'on puisse associer les acteurs à ces réformes. Je crois que ce qui est très important dans la dynamique que nous voulons développer, c'est de bien voir que nous allons avancer à la même vitesse sur tout ce qui concerne l'autorité républicaine et le dialogue social. Ce sont les deux piliers de l'action gouvernementale que je vais conduire.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Puisque vous parlez d'autorité, est-ce que, par exemple, en matière de Justice, vous allez remettre les procureurs de la République sous l'autorité du Garde des sceaux avec¿

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Vous connaissez les promesses des engagements du chef de l'Etat dans sa campagne électorale, nous tiendrons ses engagements, ça fait partie de notre programme de travail immédiat.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Et toujours en matière de Justice, " Le Canard Enchaîné " dit aujourd'hui que vous avez déjà préparé une loi d'amnistie sur les délits économiques et financiers, c'est possible ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Ecoutez, dans toute cette campagne, j'ai lu beaucoup de choses complètement inexactes. Et donc, en ce qui concerne cette information, je ne lui accorde pas plus de crédit qu'à toutes les informations inexactes que déjà, on a pu entendre. Vous savez, moi, je suis trop enraciné, trop pragmatique pour donner de l'importance au virtuel.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
S'il fallait vous résumer, justement, pour conclure, puisque les gens ne vous connaissaient pas beaucoup, ils sont en train de vous découvrir, pour beaucoup ce soir, à la télévision, quels qualificatifs, et éventuellement, quels défauts vous vous accorderiez ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN
Mais moi, je suis déterminé, j'ai mes rondeurs, mais j'ai mon énergie, et je suis déterminé à essayer de faire en sorte qu'on change les méthodes de gouvernement, moins de prétention, moins d'arrogance, plus de travail d'équipe, moins de parcours individuel, plus de collectif dans la loyauté et la confiance au service des citoyens. Un ministre, c'est un serviteur, je le rappelle à tous.

PATRICK POIVRE D'ARVOR
Merci Jean-Pierre RAFFARIN d'avoir répondu à notre invitation.


(Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 13 mai 2002)

Rechercher