Déclaration de M. Roger-Gérard Schwartzenberg, ministre de la recherche, sur les objectifs assignés au GIS 'Institut de recherches cliniques et biomédicales sur la vision, Paris le 22 mars 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Roger-Gérard Schwartzenberg, ministre de la recherche, sur les objectifs assignés au GIS 'Institut de recherches cliniques et biomédicales sur la vision, Paris le 22 mars 2002.

Personnalité, fonction : SCHWARTZENBERG Roger-gerard.

FRANCE. Ministre de la recherche

Circonstances : Signature de la convention constitutive du GIS 'Institut de recherches cliniques et biomédicales sur la vision' à Paris le 22 mars 2002

ti : Je suis très heureux d'être aujourd'hui, avec vous, ici aux Quinze-Vingts, pour cette signature de la convention constitutive d'un Groupement d'Intérêt Scientifique (GIS), consacré aux maladies de la vision.

Ce GIS est dénommé "Institut de recherches cliniques et biomédicales sur la vision".

Développer les recherches sur la vison

Il importe, en effet, de développer les recherches sur la vision et sur les pathologies oculaires.

En effet, comme le note le Préambule de cette convention, " les progrès réalisés dans la recherche ophtalmologique ces dernières années ont été majeurs, tout en laissant cependant inchangé le nombre de personnes affectées de cécité ou de mal voyance.

Ce paradoxe résulte de l'inaccessibilité d'un certain nombre d'affections à une thérapeutique curative ou palliative, et surtout, de l'allongement de la durée de vie. "

En France, les ressources actuelles sont à la fois limitées et dispersées, alors qu'il importe de lancer des programmes de recherche de grande envergure et fondés sur la synergie des efforts.

De plus, il est nécessaire de fédérer les programmes nationaux afin que la recherche française sur la vision puisse participer aux réseaux d'excellence européens, qui vont être mis en place avec le 6ème PCRD (Programme cadre de recherche et développement) de l'Union européenne.

D'où l'idée, concrétisée aujourd'hui, de créer, sur un site unique de premier plan, un Institut chargé d'impulser, de développer et de coordonner les recherches cliniques et biomédicales sur la vision.

Cet Institut prend donc la forme d'un Groupement d'intérêt scientifique (GIS).

Cette stratégie de mise en synergie de nos forces de recherche que j'ai inaugurée début 2001 avec le GIS " Infections à Prions ", dont chacun sait le succès, reçoit donc aujourd'hui avec vous une nouvelle illustration.

Ma démarche est de respecter la spécificité de chacun et de proposer des regroupements thématiques ciblés, où chaque partenaire s'engage sur une base volontaire et avec ses propres forces.


Les partenaires

Les six partenaires de ce GIS seront :

l'INSERM,
l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI),
le Centre hospitalier national d'ophtalmologie des Quinze-Vingts,
la Fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild,
l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris,
le CNRS.
Le Centre hospitalier des Quinze-Vingts est le siège de cet Institut.

A cette fin, il réalisera, dans son enceinte, un bâtiment destiné à accueillir les laboratoires de recherche et les entreprises de biotechnologies appliquées aux affections oculaires.

Renforcer la relation entre recherche biomédicale et recherche clinique

Cet Institut vise notamment à renforcer la relation entre la recherche biomédicale, soutenue par le GIS, et la recherche clinique, menée au sein du Centre hospitalier national d'ophtalmologie des Quinze-Vingts, des établissements de l'Assistance Publique (en particulier dans les centres d'investigation clinique de l'Hôpital Saint-Antoine et du Centre hospitalier national d'ophtalmologie des Quinze-Vingts), et de la Fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild.

Il est important d'avoir ce continuum naturel entre recherche fondamentale et recherche clinique, l'une apportant les progrès récents de la génomique et du retour à la physiologie intégrative, l'autre recentrant les problématiques sur les questions cliniques, souvent essentielles aux questionnements et à la démarche de la première.

Etablir un lien avec les entreprises de biotechnologies
Je vous félicite d'avoir inscrit le développement d'entreprises de biotechnologies dans votre projet.

Ici encore, il doit exister une continuité naturelle entre la meilleure recherche et son application possible.

Je sais que vous avez un projet d'implantation sur le site d'un Centre d'investigation clinique et d'un Centre d'investigation technologique. Ceux-ci seront des outils précieux pour le développement de nouvelles thérapeutiques et de nouveaux procédés de soins, qui permettront demain de soulager les millions de patients qui souffrent de troubles de la vue, et dont beaucoup malheureusement la perdent.

Comme vous le savez, le ministère des Finances et le ministère de la Recherche ont adopté en novembre 2001 un Plan qui comporte toute une série de mesures financières en faveur des entreprises de biotechnologies.

La France figure au 3ème rang en Europe pour le nombre de sociétés de biotechnologies (240), mais les applications économiques de notre excellence scientifique restent encore insuffisantes.

Il importe d'aller plus loin, en développant, comme vous le faites, une culture de partenariat entre recherche publique et secteur privé.

Il y a aujourd'hui en France 2 millions de personnes frappées par la cécité ou la mal voyance grave. Personne ne peut rester insensible au drame personnel que cela constitue, et au drame social lié à la perte d'autonomie.

La participation à l'Institut de la longévité

Votre Institut a déjà toute sa place pour animer l'un des axes prioritaires de recherche de l'Institut de la longévité que j'installerai le 26 mars.

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le maître d'¿uvre scientifique est ici le Pr José Sahel, qui est également responsable de la thématique " cécité liée à l'âge " de l'Institut de la longévité.

Je souhaite donc que votre Institut permette de sauver demain de nombreuses vues et, par là même, d'améliorer de nombreuses vies. Vies de personnes âgées, mais aussi de personnes plus jeunes.

Un slogan, déjà ancien qui est appliqué à tout autre chose, dit : "La vue, c'est la vie".

Préserver la qualité de la vue, c'est préserver la qualité de la vie.

Merci à l'avance à votre Institut de l'action qu'il développera dans ce but : améliorer la santé pour chacune et chacun.


(Source http://www.recherche.gouv.fr, le 26 mars 2002)

Rechercher