Lettre de mission de M. Jean-Jacques Aillagon, ministre de la culture et de la communication, à Mme Catherine Clément, philosophe, sur l'évaluation et l'analyse de l'offre de service public de France Télévisions, en particulier dans les domaines éducatifs et culturels, Paris le 7 juin 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Lettre de mission de M. Jean-Jacques Aillagon, ministre de la culture et de la communication, à Mme Catherine Clément, philosophe, sur l'évaluation et l'analyse de l'offre de service public de France Télévisions, en particulier dans les domaines éducatifs et culturels, Paris le 7 juin 2002.

Personnalité, fonction : AILLAGON Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

ti : Madame,

La télévision est, avec l'école, le seul moyen universel de toucher chacun de nos concitoyens, de faire naître en lui le désir et le goût de la culture, d'éveiller la sensibilité des jeunes, de favoriser l'intégration par la diffusion d'une culture commune.

C'est pourquoi la loi du 20 septembre 1986 a confié aux chaînes du service public des obligations particulières dans les domaines éducatifs et culturels. Ainsi, il est fait obligation aux sociétés du secteur public de la communication audiovisuelle de présenter "une offre diversifiée de programmes en modes analogique et numérique dans les domaines de l'information, de la culture, de la connaissance" (article 43-11 de la loi). Ces sociétés, poursuit le texte, "favorisent le débat démocratique, les échanges entre les différentes parties de la population, ainsi que l'insertion sociale et la citoyenneté. Elles assurent la promotion de la langue française et mettent en valeur le patrimoine culturel et linguistique dans sa diversité régionale et locale. Elles concourent au développement et à la diffusion de la création intellectuelle et artistique et des connaissances civiques, économiques, sociales, scientifiques et techniques ainsi qu'à l'éducation à l'audiovisuel et aux médias".

De ces obligations, qu'il appartient au Conseil Supérieur de l'audiovisuel de faire respecter, doivent découler une singularité, une couleur particulière, un regard différent. La télévision publique s'appuie du reste, dans ce domaine, sur un héritage, une tradition, un savoir-faire, des compétences et des talents qui s'enracinent pleinement dans sa mission originelle.

Les attentes sont, de ce fait, particulièrement fortes et pressantes à son égard. Attentes des responsables politiques et des pouvoirs publics. Attentes des acteurs de la vie culturelle et des créateurs de tous horizons. Attentes, enfin et surtout, des téléspectateurs.

Pour éclairer le Gouvernement, particulièrement en ce qui concerne la programmation de France 2 et France 3, chaînes généralistes de France Télévisions, je souhaite vous confier une mission, que je vous demande de mener en concertation avec le président de cette société et ses collaborateurs, ainsi qu'avec le président du CSA et ses services. Cette mission consistera à évaluer et analyser l'offre existante, sa qualité, son volume, sa position dans les grilles, ainsi qu'à faire des recommandations et des propositions permettant d'intéresser le plus large public à toute la diversité de la vie culturelle : livre, débat de société, cinéma, documentaire, spectacle vivant, architecture, patrimoine, création plastique, en France, en Europe et dans le monde.

Vous pourrez associer à votre travail les personnalités qualifiées de votre choix, et procéder à toute consultation que vous jugerez utile. Mes services, et notamment mon cabinet et la direction du développement des médias, sont à votre disposition pour vous aider dans l'accomplissement de votre mission. Je serais très heureux que vous me remettiez votre rapport avant la fin de l'année.

Avec mes remerciements, je vous prie de bien vouloir agréer, Madame, l'expression de mes respectueux hommages.


(source http://www.culture.gouv.fr, le 1 juillet 2002)

Rechercher