Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur les expositions et animations culturelles conduites par le Sénat au Musée du Luxembourg et à l'Orangerie, Paris le 26 juin 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur les expositions et animations culturelles conduites par le Sénat au Musée du Luxembourg et à l'Orangerie, Paris le 26 juin 2002.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian.

FRANCE. Sénat, président;FRANCE. RPR

Circonstances : Inauguration de l'exposition " Himalaya, carrefour des mondes " à l'Orangerie du Luxembourg, à Paris le 26 juin 2002

ti : Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,


Je suis heureux de vous accueillir pour ce nouvel acte de la politique culturelle conduite par le Sénat pour valoriser ses atouts patrimoniaux que sont le jardin et ses grilles, le Musée du Luxembourg et l'Orangerie.

L'Orangerie vient d'accueillir la troisième édition d'ArtSénat, manifestation d'art contemporain désormais reconnue et qui, cette année, s'est prolongée, en raison du thème choisi " Art ou Nature ", dans le jardin où étaient disséminées des sculptures contemporaines. Le premier thème de cette manifestation fut " le jardin des délices ", le deuxième, dans ce jardin où résonnent tant de rires d'enfants, " l'enfant et les sortilèges ". Ces thèmes témoignent que le Sénat ne se contente pas d'accueillir des manifestations disparates mais cherche à les faire entrer en résonance avec le lieu et à tisser avec cet environnement des liens plus riches.

Le Musée, après l'exposition Raphaël, présentera à partir du 23 octobre une très importante exposition rétrospective consacrée à Modigliani, alternant ainsi, fidèle à son histoire de Musée de Marie de Médicis et de premier Musée d'art moderne, la renaissance italienne et l'art moderne.

En juillet, trois représentations de Don Giovanni auront lieu dans le jardin.

Le jardin présente également une création de trois calligraphes chinois, hébreu et arabe qui ont écrit chacun en fleurs et en plantes dans leur langue le mot " Paradis " qui est souvent décrit d'ailleurs comme un jardin. Ce parterre mystique se trouve autour de la statue de Bacchus, ce qui est une autre évocation du Paradis¿

Les Grilles, après La Terre vue du Ciel, un siècle de photos de sport, les volcans et glaciers, vous emmènent aujourd'hui à la découverte d'un Himalaya qui, comme le dit Eric Valli, n'est pas une barrière infranchissable mais un carrefour de civilisation. C'était donc une justification supplémentaire pour que la Chambre Haute vous conduise vers les sommets.

Je tiens à remercier les artistes, en premier lieu, les éditeurs, toute l'équipe d'organisations, les généreux mécènes qui ont permis l'organisation de ces événements et, bien entendu, les services du Sénat qui ont apporté, comme toujours, leur concours dévoué, éclairé et efficace.

Les photos d'Eric Valli n'ont pas besoin de beaucoup de mots car vous avez tous été conquis par l'atmosphère sombre et chaleureuse qui les enveloppe, par ces paysages grandioses et ces visages intenses.

Mais il ne s'agit pas seulement cette fois-ci d'un reportage photographique mais d'une invitation à la découverte d'un peuple. C'est la raison pour laquelle Himalaya est multiforme. Stèle dans le jardin, petits drapeaux portant au vent toutes nos prières et intentions, village dans l'orangerie, projections dans le jardin, Himalaya est un festival autant qu'une exposition.

Pour la première fois, le public pourra assister dans le jardin aux projections nocturnes du film d'Eric Valli, " Himalaya, l'enfance d'un chef ", plusieurs fois primé et qui a la force d'un récit initiatique.

Dans ce village est évoqué l'atelier du peintre Norbou qui réalise, sous les yeux du public, une des immenses fresques dont il a le secret. Des photos du début du siècle évoquent, avec mélancolie, une société disparue. Enfin, je ne peux que me réjouir que dans ce bâtiment du Sénat, on ait choisi d'évoquer la vie de l'Himalaya à travers celle d'une tribu matriarcale, ce qui confirme bien que le Sénat, trace les voies de l'avenir.


(source http://www.senat.fr, le 11 septembre 2002)

Rechercher