Déclaration de M. Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, en réponse à une question sur les mouvements de personnels à la Caisse des dépôts et consignations, à l'Assemblée nationale le 18 décembre 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, en réponse à une question sur les mouvements de personnels à la Caisse des dépôts et consignations, à l'Assemblée nationale le 18 décembre 2002.

Personnalité, fonction : RAFFARIN Jean-Pierre.

FRANCE. Premier ministre

ti : Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les députés,
Monsieur le député, et si vous le permettez, monsieur le Premier ministre

Je voudrais vous répondre avec sincérité : monsieur Lebègue a été un bon directeur général de la Caisse des dépôts et de consignation et nous pensons qu'au bout de cinq ans, il n'est pas scandaleux de procéder au renouvellement des équipes. La nomination du vice-président de la Banque européenne de l'investissement à ce poste n'a vraiment rien de sectaire ; simplement, c'est une rotation normale dans l'exercice des responsabilités.

Monsieur le Premier ministre, je vous regarde en face car je connais votre sens de l'Etat. Je voudrais vous dire clairement que toutes les nominations auxquelles nous procédons sont marquées par l'esprit d'équilibre et de compétences. Je vous le dis, si vous voulez des exemples, je vais vous en donner : le directeur de cabinet de monsieur Richard est aujourd'hui préfet de région, le directeur de cabinet de monsieur Vaillant est aujourd'hui préfet de région, le directeur de cabinet de monsieur Jospin est aujourd'hui ambassadeur de France ; les collaborateurs de monsieur Jospin sont également ambassadeurs, le délégué à la DATAR a été inspecteur général de l'Education et aujourd'hui encore, un ancien député socialiste vient d'être nommé président de section au Conseil d'Etat. Je tiens à votre disposition la liste des nominations. Elles sont faites avec un esprit d'équilibre et franchement, voir dans la manière dont nous gouvernons du sectarisme , c'est vraiment voir l'action politique par le petit bout de la lorgnette. Nous voulons faire en sorte que la compétence soit vraiment le critère de sélection des responsables de la fonction publique.

Monsieur le Premier ministre, je suis à votre disposition pour voir avec vous la liste de toutes les nominations et vous verrez par exemple que sur un dossier aussi important que celui des finances publiques, aujourd'hui, le directeur du Trésor, ancien collaborateur de monsieur Jospin, est toujours en charge de cette mission. Donc, je crois que nous donnons l'exemple de l'esprit d'ouverture et je souhaite que l'action de mon Gouvernement soit sur ce plan comme sur d'autres, exemplaire.

(Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 19 décembre 2002)

Rechercher