Conseil des ministres du 3 avril 2002. Les nouvelles perspectives pour l'enseignement supérieur. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 3 avril 2002. Les nouvelles perspectives pour l'enseignement supérieur.

Personnalité, fonction : LANG Jack.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale

ti : Le ministre de l'éducation nationale a présenté une communication sur les nouvelles perspectives pour l'enseignement supérieur.

La politique universitaire s'est traduite par le plan social étudiant qui a permis d'augmenter le taux et le nombre des aides accordées aux étudiants (30% d'entre eux bénéficient de bourses dont globalement le taux a crû de 15%).

L'action du Gouvernement a permis d'accroître progressivement l'efficacité de la formation de publics plus hétérogènes qu'autrefois par des dispositifs pédagogiques nouveaux : mise en place de véritables " équipes de formation ", soutien à l'innovation, en particulier dans le cadre des DEUG scientifiques, ce qui a constitué une première réponse à la désaffection des étudiants pour les études de sciences.

Elle a fait prendre un essor nouveau à la " formation tout au long de la vie " grâce aux textes concernant la validation des acquis de l'expérience.

Parallèlement, une politique volontariste a permis de donner les impulsions nécessaires à une grande diversification des parcours d'études. Celle-ci facilite les réorientations, la professionnalisation et la construction par l'étudiant d'un itinéraire correspondant à son projet personnel.

Dans le même esprit, la création de campus numériques permet de développer l'enseignement à distance à l'intention des publics les plus divers : à ce jour, 77 projets ont été validés, qui associent près de 200 établissements.

La création de l'espace universitaire européen constitue le deuxième grand champ d'intervention de l'action gouvernementale. Celle-ci s'est notamment traduite par la mise en place d'une architecture des études fondées sur trois grades (licence, master, doctorat), par la généralisation du système de crédits européens (ECTS) et la création de 12 000 bourses trimestrielles de mobilité.

De nouvelles mesures ont été prises pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes dans le cadre de rapports rendus plus réguliers entre l'université et monde de l'entreprise.

Enfin a été donnée aux universités la possibilité de participer plus directement au développement économique par la création de services d'activités industrielles et commerciales (SAIC).

Rechercher