Conseil des ministres du 18 décembre 2002. Les négociations au sein de l'organisation mondiale du commerce . | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 18 décembre 2002. Les négociations au sein de l'organisation mondiale du commerce .

Personnalité, fonction : LOOS François.

FRANCE. Ministre délégué au commerce extérieur

ti : Le ministre délégué au commerce extérieur a présenté une communication sur les négociations au sein de l'organisation mondiale du commerce.

Ces négociations ont été lancées en novembre 2001 à la conférence ministérielle de Doha et devraient être conclues avant le 1er janvier 2005.

Dans cette négociation, la France s'efforcera de rappeler les enjeux du cycle de Doha : une nouvelle impulsion aux échanges internationaux, des engagements équilibrés, une contribution positive au développement et une gouvernance renforcée, prenant notamment en compte les préoccupations du développement durable.

Les intérêts des pays en développement, dont beaucoup sont restés à l'écart de la croissance du commerce international depuis vingt ans, devront être pris en compte. A cet égard, le Gouvernement accorde une grande importance à un traitement favorable des pays en développement sur la question de l'accès aux médicaments pour lutter contre les pandémies.

La France a beaucoup à gagner de cette négociation en termes de croissance et d'emploi, par exemple, avec la baisse des droits de douane sur les produits industriels qui permettra de développer les exportations des entreprises françaises, en particulier vers les pays émergents.

La poursuite de l'ouverture des marchés mondiaux des services sera également bénéfique à la France qui est le troisième exportateur mondial. Il conviendra cependant de protéger certains secteurs sensibles, tels que l'éducation, la santé et les services culturels et audiovisuels.

Dans le domaine de l'agriculture, l'Union européenne - premier importateur et second exportateur mondial de produits agricoles - sera un acteur central de la négociation. Dans ces négociations, elle devra veiller à assurer la préservation de son modèle agricole, fondé sur la multi-fonctionnalité.

Le Parlement sera associé au déroulement des négociations et un dialogue sera maintenu avec les organisations professionnelles, les syndicats et les organisations non-gouvernementales. Le Gouvernement est attaché à la transparence des négociations et sera à l'écoute de la société civile sur les questions de mondialisation.

Rechercher