Interview de M. Jacques Chirac, Président de la République, à RFI le 1er septembre 2002, sur les relations bilaterales entre la France et le Tchad. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Jacques Chirac, Président de la République, à RFI le 1er septembre 2002, sur les relations bilaterales entre la France et le Tchad.

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Voyage de M. Jacques Chirac au Tchad le 1er septembre 2002

ti : QUESTION : Que pouvez-vous nous dire de votre entretien. Il y a environ trente ans qu'un président de la République française n'a pas effectué une visite au Tchad. Trouvez-vous cela normal ? Quelles en sont les raisons ?

LE PREDIDENT : J'ai été particulièrement touché par l'accueil chaleureux reçu lors de notre arrivée tout à l'heure. Alors, je remercie ceux qui sont venus nous témoigner leur amitié, l'ensemble du peuple tchadien.

Tout d'abord, je regrette, c'est vrai, le fait que, comme vous l'évoquez, qu'il n'y ait pas eu de visite officielle depuis longtemps. Mais je puis vous dire que le Président Idriss DEBY m'a invité et je répondrai volontiers à son invitation.

Aujourd'hui, ce n'est pas un visite officielle c'est une escale d'amitié, une escale personnelle, mais qui me permettait d'avoir un échange de vues avec le Président sur les problèmes de l'Afrique en général, de cette région en particulier et aussi sur les relations entre nos deux pays. Nous avons notamment évoqué les problèmes de stabilité et de sécurité de cette région. La France est évidemment très attachée, comme le Tchad, à la stabilité, à la non-ingérence et à la sécurité de cette région.

Nous avons également évoqué les problèmes de coopération bilatérale. Nous avons décidé de réunir dans les deux mois qui viennent c'est-à-dire très, très vite, la Commission mixte de coopération tchado-française à N'Djamena.

La délégation française sera conduite par le ministre de la Coopération et dès que cette commission aura lieu, j'ai invité le Président Idriss DEBY à une visite officielle en France, ce qui nous permettra de régler les derniers problèmes qui n'auraient pas pu être réglés par la commission mixte. Donc, le président a accepté d'effectuer très bientôt une visite officielle en France, après quoi je lui rendrai amicalement et avec plaisir sa visite.

QUESTION : Comment jugez-vous la coopération entre le Tchad et la France ?

LE PRESIDENT : L'état de notre coopération est excellent à tous égards. Il y a certes des manifestations d'amitié mais pour être très franc, je trouve que cette coopération est insuffisante et que donc nous devons l'améliorer, l'augmenter, la renforcer tant dans les méthodes que sur le fond. C'est ce dont nous sommes convenus et ce sera l'objet de la prochaine commission mixte.

Rechercher