Tribune de M. Jacques Chirac, Président de la République, dans "Les Nouvelles de Kaboul" du 9 septembre 2002, sur la reconstruction de l'Afghanistan et l'aide de la France à l'Afghanistan. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Tribune de M. Jacques Chirac, Président de la République, dans "Les Nouvelles de Kaboul" du 9 septembre 2002, sur la reconstruction de l'Afghanistan et l'aide de la France à l'Afghanistan.

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Commémoration du premier anniversaire du meurtre du Commandant Ahmed Shah Massoud, chef opposant aux Talibans, Kaboul le 9 septembre 2002

ti : Depuis plusieurs mois, l'Afghanistan nous a donné une leçon d'espoir et de volonté.

Après un quart de siècle de guerre, il nous a montré qu'il n'y avait pas de fatalisme de la violence, de la haine et de la division. Ce qui semblait irréalisable hier est en train de se construire aujourd'hui : les premières bases d'un Etat de droit ont été jetées, la reconstruction économique et sociale est en cours, l'insécurité recule peu à peu. A force de détermination, l'Afghanistan retrouve sa place dans le concert des nations.

Cette révolution de la liberté et du droit est une chance pour le peuple afghan, qui a le premier souffert d'un régime aveugle et sectaire.

En prenant leur destin en main, les Afghans se sont hissés une nouvelle fois à la hauteur de leur histoire. Ils ont choisi la dignité contre l'humiliation, la modernité contre une vaine exaltation du passé, la fidélité à leurs racines contre une aventure sans issue. J'ai toute confiance dans le Président Karzaï, à l'action duquel je voudrais rendre à nouveau hommage ici, pour mettre en oeuvre ce choix courageux.

Un Afghanistan libre et sûr, c'est une chance aussi pour la communauté internationale. Le système qui a été éradiqué constituait une menace pour tous. En apportant son appui aux actions barbares des groupes terroristes, il alimentait l'instabilité régionale et mondiale. Le démantèlement des principaux foyers du terrorisme en Afghanistan, auquel la France a participé avec lucidité et professionnalisme, est un premier succès. Il ne doit pas entamer notre détermination à lutter sans relâche, par l'ensemble des moyens à notre disposition, contre ce fléau que constitue l'une des plaies les plus inquiétantes de notre temps.

La France est déterminée à accompagner l'Afghanistan sur le chemin nouveau et exigeant dans lequel ce pays s'est engagé. L'exceptionnelle tradition d'échanges et d'amitié qui lie nos deux peuples est sortie renforcée des épreuves récentes. L'aide que nous apportons aux autorités afghanes en matière de sécurité, mais aussi dans le domaine de l'éducation et de la culture, est la marque de notre confiance dans l'avenir d'un pays qui force le respect.

Le combat pour la justice d'un Etat et la liberté d'un peuple n'est jamais définitivement gagné. La France est et restera aux côtés de l'Afghanistan dans ce combat, qui a valeur d'exemple pour le monde plus sûr et plus solidaire que nous voulons bâtir ensemble.

Rechercher