Les comptes de l'agriculture pour 2002. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Les comptes de l'agriculture pour 2002.

ti : La Commission des comptes de l'agriculture de la Nation s'est réunie le 18 décembre pour examiner les comptes prévisionnels de l'agriculture française pour 2002. Pour l'ensemble de la branche, le résultat agricole net par actif diminuerait d'environ 1 % en termes réels en 2002 (contre +0.9% en moyenne sur les cinq dernières années), avec de fortes disparités selon les spécialisations.

La valeur de la production serait globalement stable en 2002 (-0,2%). Après deux années caractérisées par une baisse des volumes et une hausse des prix, la production agricole retrouverait une configuration plus conforme aux tendances passées : croissance des volumes (+3,5%) et baisse des prix (-3,6%)

Le volume de la production serait tiré par les produits végétaux (+6%). Les récoltes de céréales (à l'exception du maïs), des plantes industrielles, des pommes de terre et des fruits ont été abondantes. Les productions animales seraient proches de la stabilité. En revanche la production de vin, à l'exception du champagne, continuerait de baisser.

A l'exception du vin et des bovins, dont les prix se redresseraient quelque peu, 2002 connaîtrait une baisse générale des prix. Ceux des pommes de terre et ceux des fruits, produits dont les prix sont très sensibles au volume de production, ceux de la betterave, ainsi que des oléo-protéagineux pour lesquels les subventions ont été réduites, baisseraient particulièrement. Les produits animaux verraient aussi leurs prix baisser globalement (-2,3%), mais les évolutions seraient différenciées suivant les orientations : l'année 2002 représente le bas d'un cycle pour les porcins (-21%) alors que le prix des gros bovins se redresserait de 10%, mais resterait inférieur à son niveau d'avant la crise de 2000.

Les consommations intermédiaires ne connaîtraient pas en 2002 d'évolution marquée, les prix seraient stables et les volumes diminueraient légèrement. Les subventions d'exploitation diminueraient (-1,5 %) du fait de la réduction des aides exceptionnelles accordées aux éleveurs bovins. Le résultat agricole net en termes réels baisserait d'environ 2,7% par rapport à 2001. Compte tenu de la baisse du volume de l'emploi agricole estimée à 1,8%, le résultat agricole net par actif diminuerait d'environ 1% en 2002 .

Grâce à une forte progression du volume des récoltes et malgré des prix inférieurs à ceux de 2001, le résultat des exploitations de grandes cultures poursuivrait son redressement (+7%). Le revenu progresserait également en élevage bovin (+7% tous types d'élevage confondus). La bonne progression des prix des bovins et la nouvelle revalorisation des aides compensatrices européennes bénéficieraient plus à l'élevage allaitant qu'à l'élevage laitier affecté par la baisse du prix du lait.

Le résultat des exploitations maraîchères et florales serait quasiment stable, avec une faible baisse sur la production de légumes. En arboriculture fruitière, après la forte hausse de l'année 2001, le revenu diminuerait de 11%. Celui des exploitations viticoles serait également en baisse à la suite du volume des récoltes dans la plupart des régions à l'exception du champagne et des vins pour cognac. Le résultat des exploitations hors sol, très fluctuant, diminuerait de 37% à la suite de la baisse des prix du porc et de la baisse concomitante du volume et des prix de la production de volailles, mais resterait néanmoins au dessus de la moyenne de l'ensemble des exploitations.

L'excédent des échanges agro-alimentaires se redresserait quelque peu en 2002. Il serait de l'ordre de 8,2 milliards d'euros contre 7,5 milliards d'euros l'année précédente.

Rechercher