Tribune de Mme Brigitte Girardin, ministre de l'outre-mer, dans "Le Quotidien de La Réunion" du 9 janvier 2003, sur ses voeux pour les Réunionnais, intitulée "Les bonnes résolutions pour 2003". | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Tribune de Mme Brigitte Girardin, ministre de l'outre-mer, dans "Le Quotidien de La Réunion" du 9 janvier 2003, sur ses voeux pour les Réunionnais, intitulée "Les bonnes résolutions pour 2003".

Personnalité, fonction : GIRARDIN Brigitte.

FRANCE. Ministre de l'outre-mer

ti : Pour la Réunion, 2003 sera aussi une année d'action. Mes objectifs pour l'outre-mer sont connus : assurer l'égalité économique avec la métropole et garantir l'ancrage des collectivités d'outre-mer dans la République.

L'atout de l'outre-mer, ce sont ses jeunes, nombreux et dynamiques, qui ne demandent qu'à entreprendre et trouver leur place dans la société. C'est pourquoi, je souhaite faire de 2003 l'année de l'emploi et de la formation.


Le passeport mobilité, en vigueur depuis l'été 2002, permet déjà de prendre en charge le coût du transport des jeunes qui viennent se former en métropole ou dans une autre collectivité territoriale. Les inquiétudes qui s'expriment, notamment à la Réunion, au sujet des emplois-jeunes ont été entendues. Tous les contrats jeunes iront à leur terme et chaque jeune bénéficiera à l'issue de son contrat d'un accompagnement individualisé. Un dispositif spécifique de sortie des emplois-jeunes a d'ailleurs été mis en place en outre-mer pour le secteur associatif et les collectivités locales.

D'autres réformes importantes sont attendues en 2003. La loi-programme de 15 ans que nous soumettrons au Parlement veut rompre avec l'emploi précaire. Il ne peut, en effet, y avoir, en outre-mer, d'emplois durables sans investissements et d'investissements sans mécanisme de défiscalisation efficace. La loi-programme facilitera, par un dispositif de défiscalisation et d'exonération de charges, la création de richesses, la prospérité économique, et donc l'emploi viable. Et je veux le dire avec force : seul l'emploi durable garantira à chacun sa place dans la société et la dignité par le travail.

Enfin, l'égalité territoriale est une condition nécessaire à l'égalité économique. Et j'espère dans les mois qui viennent donner une véritable signification à la notion de " continuité territoriale " en limitant la contrainte de l'éloignement géographique.

L'outre-mer profitera aussi de la décentralisation voulue par le Chef de l'Etat et le Premier ministre. La réforme constitutionnelle, en cours d'adoption, apportera à chacune des collectivité territoriales une meilleure prise en compte de ses spécificités mais aussi la stabilité institutionnelle, grâce à des garanties démocratiques sans précédent. Mentionnée nommément dans la Constitution, chaque collectivité d'outre-mer voit, dorénavant, plus que jamais, garantie son ancrage dans la République française.


Tout comme en métropole, réaffirmer l'autorité de l'Etat était un préalable à toute action efficace au service des citoyens. Nous avons répondu rapidement, avec le Ministre de l'intérieur, au problème de l'insécurité, particulièrement préoccupant. La lutte contre la délinquance a donc été dynamisée dans le strict respect des lois et des principes de notre République.

Réaffirmer l'autorité de l'Etat, c'est aussi refuser les comportements inciviques et irresponsables. Replacer l'Etat dans son rôle d'arbitre. La fermeté face au mépris de la loi ira de pair avec le rétablissement nécessaire du dialogue social. Car, sans rétablissement de l'Etat de droit, sans renaissance du dialogue social, aucun progrès économique n'est possible.

Tous ensemble, avec les élus et les socio-professionnels, nous devons bâtir la République rénovée et plus juste que nos compatriotes d'outre-mer appellent de leurs voeux.

(source http://www.outre-mer.gouv.fr, le 14 janvier 2003)

Rechercher