Interview de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, à "Frankfurter Allgemeine Zeitung" le 8 février 2003, sur l'augmentation du budget militaire, la coopération franco-allemande pour la défense européenne et la commande allemande de 60 avions de transport militaire A400M. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, à "Frankfurter Allgemeine Zeitung" le 8 février 2003, sur l'augmentation du budget militaire, la coopération franco-allemande pour la défense européenne et la commande allemande de 60 avions de transport militaire A400M.

Personnalité, fonction : ALLIOT MARIE Michèle.

FRANCE. Ministre de la défense

ti : Q - La France a considérablement augmenté ses dépenses pour la Défense. Attendez-vous la même chose de l'Allemagne ?

R - J'attends cela de tous les pays européens. La France a décidé d'augmenter son budget de Défense de 1,7% à 2,2% du produit national brut en cinq ans. Nous faisons cela pour mieux protéger notre sécurité, pour nous acquitter de nos engagements internationaux, mais en gardant également le regard posé sur l'Europe de la défense. L'Europe de la défense doit garantir la sécurité des citoyens en Europe et défendre nos citoyens et nos intérêts dans le monde.

Q - N'avez-vous pas craint des protestations contre l'augmentation des dépenses militaires ?

R - Je crois que l'opinion publique en comprend la nécessité. La réaction des Français face à l'augmentation du budget de la Défense m'a fait forte impression. Les enquêtes d'opinion nous ont montré que les Français ont réagi de manière très positive. Ils savent que nous devons nous protéger face à la crise et à la menace du terrorisme. Aujourd'hui, presque tous les pays européens doivent faire face à des difficultés économiques et sont confrontés aux contraintes du pacte de stabilité. Mais le souci d'un équilibre budgétaire ne doit pas nous empêcher de protéger la sécurité de nos citoyens. Si les dépenses militaires doivent être limitées pour respecter le pacte de stabilité, alors je crois que nous devons assouplir le pacte de stabilité afin de pouvoir défendre nos citoyens contre un danger menaçant.

Q - Quel est le partenaire le plus important de la France dans la construction de l'Europe de la défense ?

R - Pour l'Europe de la défense, l'Allemagne est un partenaire indispensable. Cela étant, l'Allemagne n'est pas le pays qui entreprend les plus grands efforts en matière de défense, la palme revient naturellement aux Britanniques. Mais nous savons que, quand nous avons voulu faire avancer les choses, nous y sommes toujours parvenus lorsqu'il y avait concordance et volonté commune avec l'Allemagne.

Q - Croyez-vous que l'Allemagne puisse, financièrement, être capable de participer à la construction d'une Europe de la défense ?

R - Je sais que l'Allemagne a, pour le moment, de grandes difficultés financières. Mais j'ai constaté, à mon plus grand plaisir, que les décisions récentes du gouvernement allemand garantissaient la construction de l'Europe de la défense. Pour moi, il est important que l'Allemagne maintienne sa commande de 60 avions de transport du type A400M et qu'elle ait confirmé sa participation au programme Meteor. Je peux en outre constater que la brigade franco-allemande est l'un des éléments à partir desquels la prochaine troupe d'intervention rapide sera construite. Avec mon homologue, Peter Struck, nous avons un nombre de projets communs, avant tout dans le domaine de la formation, qui ne doivent pas seulement permettre une amélioration de l'interopérabilité, mais qui doivent également rendre possible une meilleure connaissance de l'un et de l'autre. Nous entretenons un lien privilégié avec l'Allemagne, car un réel rapport de confiance existe entre nos deux pays. Cela constitue une base solide pour l'Europe de la défense.

Q - Le financement des avions de transport A400M a suscité de nombreux débats à Berlin. Pensez-vous qu'il soit aujourd'hui garanti ?

R - Depuis les élections au Bundestag, le programme et le nombre des avions commandés ont été confirmés. Avec cette commande de 60 avions, les conditions du contrat ne plus en danger.

Q - Considérez-vous comme problématique le fait que le gouvernement doive obtenir l'accord du Bundestag avant l'envoi de troupes à l'étranger ?

R - Cela ne peut avoir de conséquences que sur la rapidité. Il existe des situations où il faut agir rapidement, si l'on veut anticiper le développement d'une crise. Le but de la construction d'une troupe d'intervention rapide est d'avoir des soldats qui puissent être prêts à intervenir en deux semaines, voire moins.

Q - Vous êtes une femme dans un monde d'hommes. Qu'apportez-vous à ce monde masculin ?

R - Une augmentation importante du budget de la Défense. J'ai de très bons rapports avec les troupes.

Q - Les relations entre la France et les Etats-Unis ont-elles changé depuis le 11 septembre 2001 ?

R - Non. Nos relations ont toujours été un peu spéciales. Nous considérons les Etats-Unis comme un pays ami, nous n'oublions pas ce qu'ils ont fait pour nous. Cela ne signifie pas que nous soyons d'accord sur tout et que nous n'ayons pas les mêmes vues sur une série de points. Nous en parlons ouvertement, ce qui énerve un peu Washington. Cependant, je crois que, d'une certaine manière, les Américains se méfient de ceux qui sont toujours du même avis qu'eux. Aujourd'hui, nous avons une relation de confiance totale.

Q - Quelles expériences avez-vous acquises aux Etats-Unis ?

R - J'étais à Washington une semaine avant que le Conseil de sécurité des Nations unies n'adopte la résolution 1441, soit dans une phase de grande tension. J'ai été accueillie très chaleureusement. Les Etats-Unis n'étaient pas d'accord avec notre position, mais nous ont écoutés. Nos efforts pour augmenter le budget de la Défense ont, sans aucun doute, permis d'améliorer la disposition des Américains à écouter. J'ai pu m'en rendre compte lors de ma première visite avec le secrétaire d'Etat américain, Donald Rumsfeld. Nous sommes considérés comme un partenaire crédible.

(Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 11 février 2003)


Rechercher