Interview de Mme Brigitte Girardin, dans "Les Nouvelles Calédoniennes" du 19 juin 2003, sur la prochaine visite de J. Chirac en Nouvelle-Calédonie et sur la loi de programme pour l'outre-mer, le 19 juin 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Brigitte Girardin, dans "Les Nouvelles Calédoniennes" du 19 juin 2003, sur la prochaine visite de J. Chirac en Nouvelle-Calédonie et sur la loi de programme pour l'outre-mer, le 19 juin 2003.

Personnalité, fonction : GIRARDIN Brigitte.

FRANCE. Ministre de l'outre-mer

Circonstances : Déplacement de Mme Girardin en Nouvelle-Calédonie du 14 au 20 juin 2003

ti : Les Nouvelles Calédoniennes : Délocalisation à Koné, traitement prioritaire des points sensibles : vous avez laissé votre empreinte sur ce troisième comité des signataires. Etes-vous satisfaite des résultats ?
B. GIRARDIN :
C'est vrai que j'ai voulu innover sur deux points, j'ai d'abord souhaité ne pas nous réunir à Paris ou à Nouméa comme nous en avions l'habitude pour montrer que le rééquilibrage entre le Nord et le Sud n'est pas un vain mot. La Nouvelle-Calédonie ne se résume pas à Nouméa !
J'ai aussi insisté pour que ce comité des signataires soit prioritairement consacré aux vrais sujets politiques qui posent problème. Il est inutile de passer des heures sur des dossiers techniques qui peuvent être traités au quotidien ! Et le résultat est plutôt concluant. L'ambiance était très bonne et nous avons parcouru un chemin important vers une meilleure compréhension des uns et des autres. Au final, je pense que nous allons progresser dans l'application de l'accord de Nouméa. Et ce n'est pas toujours facile. Certaines dispositions sont un peu ambiguës et chacun a sa propre interprétation¿


Les Nouvelles Calédoniennes : Justement, l'une de ces dispositions concerne le corps électoral. Le FLNKS parle d'"avancée positive", le Rassemblement affirme comprendre les Indépendantistes sans vraiment se prononcer. L'équilibre semble être très subtil¿
B. GIRARDIN :
L'important, c'est que le corps électoral ne soit plus un sujet de polémique et de crispation. Les positions se sont rapprochées et l'Etat en tirera les conséquences.
Dans ce type de dossier difficile, il n'y a ni vainqueur, ni vaincu. Ceci n'aurait aucun sens.


Les Nouvelles Calédoniennes : Jacques Chirac rendra t-il un arbitrage sur le corps électoral lors de sa visite officielle en juillet prochain ?
B. GIRARDIN :
Il y a effectivement beaucoup d'attente autour de cette visite. Je peux simplement dire que ce sera un moment fort pour la Nouvelle-Calédonie et tous les Calédoniens.

Les Nouvelles Calédoniennes : Les indépendantistes attendaient aussi un geste fort de l'Etat en faveur de l'usine du nord. Que leur avez-vous annoncé ?
B. GIRARDIN :
J'ai simplement tenu mes promesses en nommant auprès de moi un expert des questions minières. Son rôle est d'aider le gouvernement à bien évaluer les différents projets miniers. Je devrais recevoir dans les prochains jours un premier rapport technique et financier. Il permettra à l'Etat d'arrêter sa position et de s'impliquer dans le développement de ces projets miniers qui sont essentiels pour l'avenir de la Nouvelle-Calédonie.


Les Nouvelles Calédoniennes : Ce troisième comité des signataires a aussi été marqué par l'absence de l'Union calédonienne. Comment réagissez-vous à ce boycott ?
B. GIRARDIN :
Cette position d'une partie de l'Union calédonienne est regrettable. C'est vraiment dommage qu'ils aient raté votre occasion de dialoguer. Ils auraient très bien pu dire ce qu'ils avaient à dire autour de la table des discussions. Ce n'est jamais bon de refuser le dialogue. En tout cas, ce n'est pas mon état d'esprit !

Les Nouvelles Calédoniennes : Le prochain congrès du FLNKS devrait permettre l'élection d'un nouveau président. Attendez-vous ce moment avec impatience ?
B. GIRARDIN :
C'est vrai que cette élection devrait faciliter nos relations de travail. Mais l'absence de président n'a pas empêché le FLNKS d'être bien présent lors du comité des signataires. Je dois d'ailleurs dire que Paul NEAOUTYINE avait toute la légitimité de s'exprimer au nom du FLNKS puisqu'il avait été mandaté par le congrès de Maindou. De toute façon, je n'ai pas à faire de commentaires sur les problèmes internes du FLNKS. Quel que soit le camp, la division est toujours regrettable !

Les Nouvelles Calédoniennes : Votre loi programme va bientôt entrer en vigueur. Concrètement, que va t-elle apporter aux Calédoniens ?
B. GIRARDIN :
Elle prévoit un nouveau système de défiscalisation plus souple, plus transparent mais aussi plus facile à contrôler. Les projets miniers ne seront pas les seuls à être éligibles. D'autres dossiers essentiels à la Nouvelle-Calédonie pourront aussi en bénéficier. Je pense notamment aux communes qui doivent souvent faire face à des dépenses très lourdes quand il s'agit de construire des stations d'épuration ou de traiter les déchets.
L'autre avantage pour le Territoire, qui dispose d'un régime fiscal autonome, c'est la possibilité d'une double défiscalisation. En clair, lorsqu'un projet entrera dans le cadre d'une défiscalisation locale (loi Frogier), il pourra aussi être soutenu au niveau national. Auparavant, ce n'était pas possible.


Les Nouvelles Calédoniennes : Votre séjour en Nouvelle-Calédonie et le rythme de vos visites ont prouvé votre résistance. Comment faites-vous pour tenir ?
B. GIRARDIN :
Je vous rassure, je ne fais rien de particulier ! J'essaie simplement de bien dormir. De toute façon, ce travail me passionne depuis plus de 15 ans et je me sens en forme quand je suis outre-mer. Je ne peux pas dire la même chose quand je rentre à Paris¿

(Source http://www.outre-mer.gouv.fr, le 24 juin 2003)

Rechercher