Déclaration de M. Jean-Jacques Aillagon, ministre de la culture et de la communication, sur le soutien de l'ANDAM (association pour le soutien des créateurs de mode) aux créateurs de mode, Paris le 25 juin 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Jacques Aillagon, ministre de la culture et de la communication, sur le soutien de l'ANDAM (association pour le soutien des créateurs de mode) aux créateurs de mode, Paris le 25 juin 2003.

Personnalité, fonction : AILLAGON Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Remise du prix de l'ANDAM à Paris le 25 juin 2003

ti : Monsieur le président, Cher Pierre,
Monsieur le président de la fédération française de la couture,
Monsieur le directeur général du Défi,
Mesdames et Messieurs les membres du jury,
Chers amis,


Vous recevoir, aujourd'hui, rue de Valois, m'est d'avantage qu'un plaisir. C'est surtout une manière de vous dire que vous y êtes les bienvenus. Que le monde de la mode est ici chez lui, dans ce Ministère auquel nulle forme d'art de création, de culture, n'est étrangère, car il a vocation à toutes les embrasser, les reconnaître, les soutenir.

L'initiative qui nous réunit aujourd'hui est justement le signe de l'attention que porte le Ministère de la Culture à la vitalité de la création dans le domaine de la mode, de sa volonté de s'engager aux côtés de ceux qui font de la France le pays où cette vitalité s'exprime avec le plus d'éclat, de s'engager aux côtés des créateurs qui manifestent, par leur travail, une capacité permanente à nous étonner en interrogeant, en renouvelant sans cesse les formes et les fonctions du vêtement.

Depuis près de quinze ans, l'ANDAM apporte son soutien aux créateurs de mode, sur la base d'un partenariat exemplaire entre l'Etat et le secteur privé. Ce partenariat repose sur une volonté partagée de faire converger les initiatives des pouvoirs publics et du milieu professionnel pour promouvoir, aux niveaux national et international, le dynamisme de la mode française. Je tiens à remercier très vivement notre partenaire constant et privilégié dans cette initiative, le DEFI, Comité de développement du textile et de l'habillement, à remercier également les partenaires qui nous ont, cette année encore, apporté leur concours, le Centre de documentation Yves Saint-Laurent, le groupe LVMH, le CIDIC, les Galeries Lafayette, Henri Bendel New York, et l'Association française d'action artistique.

L'action que nous conduisons ensemble est une action pertinente, positive, efficace. Elle consiste, d'abord, en un soutien financier, décisif en ce qu'il intervient au stade du lancement ou du développement d'une marque, c'est à dire au moment de plus grande fragilité de celle-ci. Je me réjouis, à cet égard, que le jury ait, cette année, choisi de décerner plusieurs prix aux mêmes créateurs, choisissant ainsi résolument d'éviter le saupoudrage, de manifester de vrais choix et de vrais engagements, et de décerner, en consolidant plusieurs bourses, de leur apporter un soutien réellement significatif, réellement opérationnel, réellement déclencheur.

Je tiens aussi à insister sur le fait que l'impact de l'action de l'Andam dépasse cette dimension économique, si importante soit-elle : elle constitue également un élément très fort de caution professionnelle, et de valorisation de l'image des créateurs primés.

La liste des lauréats de l'Andam, au cours de sa courte, mais déjà riche histoire, est éloquente. Y figurent, notamment, Martin Margiela, Jean Colonna, Christophe Lemaire, Viktor Rolf, Gaspard Yurkievich, Jeremy Scott, Laurent Mercier, Lutz, Tom Van Lingen. Nombre d'entre eux ont, depuis, conservé avec l'Andam, des relations de proximité et de fidélité, et sont, d'ailleurs, parmi nous aujourd'hui. Je tiens à les en remercier, et me réjouis qu'ils lui manifestent ainsi leur soutien, de même qu'elle leur a apporté le sien, à un moment de leur carrière.

Avant de laisser la parole à Pierre Bergé, président de l'Andam, je voudrais, en quelques mots, vous dire que je souhaite, au cours des prochaines années, développer les actions du ministère de la Culture en faveur de la mode. En poursuivant, tout d'abord, notre effort en direction des structures qui s'y consacrent, comme le Festival international des arts de la mode de Hyères, où j'ai eu le plaisir de me rendre au printemps, ou le Musée de la mode du Musée des arts décoratifs, qui présentera prochainement une grande exposition consacrée à Viktor Rolf , manifestant ainsi sa volonté de prendre en compte la dimension la plus contemporaine de la mode. Ou encore l'Andam, dont je souhaite qu'elle puisse à la fois renforcer son action de soutien aux jeunes professionnels, et la compléter, notamment par un volet patrimonial, puisqu'à partir de cette année, elle procédera à des acquisitions de pièces de ses lauréats, destinées à être mises en dépôt au Musée des Arts décoratifs.

Je souhaite, enfin, que le Ministère puisse engager des initiatives nouvelles, comme la programmation, au sein des grandes institutions, de manifestations liées à la mode, notamment au futur centre de l'image qui s'installera, en juin 2004, au Jeu de Paume, ou la constitution, à partir de cette année, au sein du Fonds national d'art contemporain, d'une collection spécifiquement dévolue à la photographie de mode contemporaine, dont n'existe, pour l'instant, en Europe, aucun équivalent.

Pour terminer ce bref préambule, je voudrais tout simplement exprimer aux lauréats 2003 de l'Andam mes très chaleureuses félicitations. Et leur souhaiter, pour la suite de leur carrière, tout le succès qu'ils méritent.

5Source http://www.culture.gouv.fr, le 1 juillet 2003)

Rechercher