Tribune de Mme Noëlle Lenoir, ministre déléguée aux affaires européennes, dans "20 minutes" du 16 septembre 2003, sur le rôle des relations franco-allemandes dans la construction européenne. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Tribune de Mme Noëlle Lenoir, ministre déléguée aux affaires européennes, dans "20 minutes" du 16 septembre 2003, sur le rôle des relations franco-allemandes dans la construction européenne.

Personnalité, fonction : LENOIR Noelle.

FRANCE. Ministre délégué aux affaires européennes

ti : Le couple franco-allemand a une longue histoire au coeur de la construction européenne. L'invention de l'Europe lui est très largement due. On lui doit la brigade franco-allemande et l'Eurocorps, la naissance d'une véritable industrie européenne de l'aérospatiale avec EADS, Airbus et Eurocopter, et enfin et surtout la création de l'euro : le meilleur passeport pour l'Europe. Après le succès inégalé de la coopération dans l'industrie de l'aéronautique, après la création du grand groupe pharmaceutique franco-allemand qu'est Aventis, d'autres champs de partenariats industriels peuvent être ouverts : dans les infrastructures de transport, la construction navale, l'énergie, sans oublier l'indispensable coopération scientifique, en matière de biotechnologie par exemple. La déclaration franco-allemande sur la croissance en dira plus sur le lancement de nouveaux projets de ce type.

La relation entre les deux pays a eu ses hauts et ses bas, mais le couple ne s'est jamais défait. Le président Chirac et le chancelier Schröder entretiennent de grandes relations de confiance et se rencontrent régulièrement pour débattre de tous les problèmes, et tout particulièrement de l'élargissement de l'Europe à 10 nouveaux membres. Pourquoi le couple franco-allemand est-il moteur de l'Europe ? Parce que nos deux pays veulent faire avancer l'Europe politique, celle des valeurs communes d'une société fondée sur le respect du droit et la tolérance. L'objectif de la construction européenne reste, en effet, la paix et la stabilité. L'Europe ne se résume pas au seul marché. C'est un espace où vivent des hommes et des femmes qui bâtissent ensemble leur destin commun.

L'Europe du XXIème siècle ne sera pas celle du XXème. Elle doit en effet faire face aux défis de la mondialisation, et elle est confrontée aux menaces qu'a révélées le 11 septembre. Ceci nous oblige à préciser le rôle que nous, Européens, voulons jouer dans le monde pour assurer notre sécurité, préserver, et même porter au-delà de nos frontières, nos valeurs démocratiques, dans le cadre de la prévention et de la gestion des crises internationales. Quant aux révolutions technologiques sans précédent que nous vivons, il nous faut les maîtriser pour qu'elles bénéficient à l'homme au lieu de lui nuire. C'est le rôle d'une Europe de l'éthique. Enfin, il nous faut peser sur la régulation d'un commerce international équitable en référence au développement durable que nous voulons voir prendre en compte à l'échelle de la planète.

C'est dans ce cadre que s'inscrit la dynamique de la relation franco-allemande, relation qui ne se veut pas exclusive, mais ouverte. C'est pourquoi, avec mon collègue ministre allemand des Affaires européennes, je travaille activement à la relance du "triangle de Weimar" - coopération entre la France, l'Allemagne et la Pologne -, qui reflète bien la nouvelle géographie du continent. La contribution franco-allemande à l'élaboration de la future Constitution européenne a été particulièrement constructive, et nos propositions ont été complétées par d'autres contributions de la France avec la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne, et même la Grèce sur l'Europe sociale. En renforçant l'Europe politique dans cette Constitution, notre objectif est de remettre le citoyen au centre de la démocratie européenne. Pour citer un philosophe allemand - Hegel - je dirais que "Rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion". C'est cette passion de l'Europe que nous partageons avec nos interlocuteurs allemands et que nous entendons continuer à partager avec nos autres partenaires

(Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 18 septembre 2003)

Rechercher