Déclaration de Mme Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, sur le développement de l'accès public à internet, notamment par la signature d'une charte "Netpublic" entre l'Etat et l'Association des maires de France, Paris, le 14 octobre 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, sur le développement de l'accès public à internet, notamment par la signature d'une charte "Netpublic" entre l'Etat et l'Association des maires de France, Paris, le 14 octobre 2003.

Personnalité, fonction : HAIGNERE Claudie.

FRANCE. Ministre délégué à la recherche et aux nouvelles technologies

Circonstances : Remise des labels Ville Internet 2003, Paris, le 14 octobre 2003

ti : Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les Maires
Mesdames, Messieurs les Maires
Mesdames, Messieurs les Conseillers municipaux,
Mesdames, Messieurs,


Je suis heureuse de signer ce jour avec vous, monsieur le président de l'association des maires de France, cette charte "Netpublic" des espaces publics numériques. Vous êtes particulièrement à l'honneur ce matin, monsieur le président Hoeffel, et avec vous de très nombreux maires de nos communes, car sans la conviction de nombreux maires, de grandes villes, de moyennes villes, de communes urbaines ou rurales, l'action de l'Etat, et l'action de terrain de l'association Villes-Internet, ne trouveraient pas de relais.

Le programme de votre colloque de ce matin montre bien l'importance de l'AMF dans cette action, et il est naturel pour moi d'avoir choisi cette manifestation pour signer la charte Netpublic des espaces publics numériques.

J'ai eu l'occasion de me rendre compte sur le terrain de l'action de l'association Villes-Internet, et de la pertinence de leur label. Je me suis rendue en un an dans deux villes internet 4 arobases, Joinville-le-Pont et Vandeuvre-lès-Nancy, et ai vu la qualité du travail effectué par ces élus, ceux-là comme vous tous ici présents aujourd'hui.

Je tiens à souligner d'ailleurs que dans les deux villes que j'ai visitées, ce sont des femmes élues, Sylvie Mercier à Joinville et Françoise Nicolas à Vandeuvre, qui animent cette politique de développement des points d'accès et des usages de l'internet par tous nos concitoyens.

Les espaces publics numériques sont, bien entendu, un élément important de la politique de démocratisation et d'initiation aux usages de l'internet que vous menez dans vos communes. Ce ne sont bien évidemment pas les seuls moyens, vos sites internet d'information ou de téléprocédures y contribuent eux aussi.

En ce qui concerne les espaces publics numériques, je tiens à citer certaines des fonctions importantes qu'ils remplissent :

D'abord vis-à-vis des femmes, comme je l'avais souligné à Joinville. Permettre aux femmes qui s'initient au multimédia et à Internet de voir leurs acquis et compétences reconnues par exemple par le Passeport Internet Multimedia constitue à mes yeux une étape importante dans le processus de recherche d'emploi ou de formation. Je pense en particulier aux périodes de congé de maternité ou de congé parental pendant lesquelles une formation légère à l'informatique et à Internet peut être envisagée.

Ensuite vis-à-vis des demandeurs d'emplois, puisqu'une enquête fort intéressante a montré que c'était de loin le premier usage en vigueur dans les espaces publics numériques.

Enfin, vis-à-vis des handicapés, c'est souvent pour eux un lieu d'insertion, qui leur permet un accès accompagné à internet, et souvent l'utilisation d'internet est fondamentale pour aider les handicapés à communiquer.

La présente charte que nous signons ce jour concrétise la politique de redynamisation des espaces publics numériques que j'ai annoncée à Joinville le 28 mars 2003. Elle fait partie des décisions du dernier Comité Interministériel pour la Société de l'Information, que le Premier Ministre a réuni le 10 juillet dernier à mon initiative.

Elle concrétise de manière effective un partenariat entre l'Etat et les collectivités locales qui faisait défaut auparavant. En effet la politique des espaces publics numériques est à mener dans le cadre de la décentralisation, avec des collectivités locales qui comprennent le bénéfice immédiat que peuvent en tirer leurs administrés, nous en avons l'exemple aujourd'hui.

La charte repose sur un certain nombre de principes simples comme :

- La simplification des appellations des espaces publics numériques, regroupés sous un même label Netpublic déposé par l'Etat.
- Le développement des synergies : faire fonctionner en réseau plusieurs espaces publics numériques dans une même ville ou un même département.
- L'adossement à des espaces physiques existants comme des bibliothèques municipales ou des agences ANPE, plutôt que créer des espaces ex-nihilo.
- La généralisation du passeport internet multimedia, je l'ai mentionné.
- L'accès à tous, aux handicapés notamment, pour qui Internet est souvent vital pour leur communication.

Je conclurai en rappelant que L'Etat continue à jouer un rôle d'impulsion et d'animation important dans cette dynamisation des espaces Netpublic, à cet égard je rappellerai quelques éléments décidés par le dernier CISI du 10 juillet :

- La présente charte Netpublic.
- La généralisation du Passeport Internet multimédia.
- L'achèvement du programme Netpublic-Cyberbases de la Caisse des Dépôts, avec près de 400 espaces, programme qui est à présent rentré dans une phase de contractualisation active avec les collectivités locales: par exemple Pays-de-Loire, Champagne-Ardennes, Auvergne, Midi-Pyrénées.
- Une politique de soutien à la recherche d'emplois sur Internet, un des premiers usages comme je l'ai mentionné, avec un programme de 20 millions d'euros sur trois ans.
- Enfin, j'ai le plaisir de vous annoncer que la MAPI, qui au cours de sa mission de trois ans a lancé la politique des espaces publics numériques, voit sa mission reprise par la délégation aux usages de l'internet, créée au sein de mon Ministère, et confiée au sous-directeur des technologies dans l'Education, Benoit Sillard.

Je vous remercie de votre attention et souhaite que vous tous, maires, adjoints, conseillers municipaux, responsables associatifs, vous puissiez contribuer à l'initiation de tous nos concitoyens à Internet.


(source http://www.recherche.gouv.fr, le 16 octobre 2003)

Rechercher