Déclaration de M. Christian Jacob, ministre délégué à la famille, sur la mise en place du Comité national de parrainage, notamment les missions qui lui sont confiées, Paris le 30 septembre 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Jacob, ministre délégué à la famille, sur la mise en place du Comité national de parrainage, notamment les missions qui lui sont confiées, Paris le 30 septembre 2003.

Personnalité, fonction : JACOB Christian.

FRANCE. Ministre délégué à la famille

Circonstances : Installation du Comité national de parrainage, à Paris le 30 septembre 2003

ti : Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs,


Je suis heureux de vous accueillir aujourd'hui pour installer le comité national du parrainage.

Ce comité, nous l'avons créé avec le Garde des Sceaux par arrêté du 26 mai 2003 afin de favoriser les actions de parrainage d'enfants en France et promouvoir cette forme de solidarité entre les familles, entre les générations.

Si le parrainage a fait l'objet par le passé de réflexions et de travaux il reste encore mal connu.

Traditionnellement il s'adressait à des enfants confiés aux services de l'aide sociale à l'enfance, privés de liens familiaux.

Il s'agissait de leur offrir lors des vacances ou des week-ends une expérience de vie familiale.

Depuis une dizaine d'années il a connu une évolution sensible. Grâce notamment à l'action des associations, dont la plupart sont ici présentes et dont je tiens à saluer le remarquable travail, il s'est développé et diversifié.

Il s'adresse maintenant à tous les enfants qu'ils soient ou non suivis au titre de la protection de l'enfance.

Il constitue un mode d'accompagnement de l'enfant très souple, adaptable à la spécificité de chaque situation.

Au delà des enfants relevant de l'aide sociale à l'enfance, il peut s'agir :

D'enfants dont les familles connaissent des difficultés passagères,
D'enfants scolarisés en internat ou d'enfants hospitalisés,
D'enfants issus de l'immigration pour lesquels le parrainage permet une meilleure transmission des références culturelles d'origine,
Ou encore d'adolescents ayant besoin d'être soutenus dans un parcours de formation.

Vous le voyez, le parrainage revêt de multiples formes.

En ma qualité de Ministre délégué à la famille, je suis attaché à favoriser ces actions de parrainage car elles s'inscrivent dans une démarche de prévention et de soutien à la parentalité :

Prévention, car pour de nombreuses familles connaissant des situations d'isolement social ou familial, le parrainage permet de prévenir des difficultés plus importantes encore et d'éviter des interventions plus lourdes.
Soutien à la parentalité, car le parrainage apporte aux parents un appui, un accompagnement dans l'éducation et le développement de l'enfant.

Celui-ci s'exerce dans le respect des places de chacun, enfant, parrain, parents, car il ne s'agit pas de suppléer les parents mais bien de les aider.

Le parrainage constitue donc, au même titre que les réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents pour lesquels j'ai souhaité relancer une dynamique d'animation, une forme d'aide à la parentalité qu'il faut développer.

Parce qu'il permet de tisser un réseau de solidarité autour de l'enfant, entre familles, parce qu'il aide aussi à la construction des repères de l'enfant, à la transmission des valeurs, le parrainage présente des atouts considérables pour l'enfant et sa famille.

C'est pourquoi j'ai souhaité donner une application effective aux propositions qui avaient été formulées pour promouvoir le parrainage.

Je pense bien évidemment à celles du groupe de travail qui a été conduit en 2001 par Madame VERGEZ et auquel la plupart d'entre vous ont participé.

Le rapport de ce groupe, très riche, dresse l'état des lieux du parrainage et ouvre de nombreuses pistes pour le faire connaître et le développer. Il préconise notamment la création de ce comité.

Ses conclusions ont d'ailleurs été reprises par le groupe de travail "Services à la famille et soutien à la parentalité " que j'avais mis en place dans le cadre de la préparation de la conférence de la Famille 2003, présidé par Madame Françoise de PANAFIEU, députée de Paris et dont le rapporteur était Monsieur Hubert BRIN, président de l'UNAF.

Le comité national du parrainage va maintenant se mettre en place.

J'ai souhaité, dans un souci d'efficacité, que sa composition soit restreinte, 12 membres, sachant que sa présidente procédera à toutes les consultations et auditions qui lui paraîtront utiles.

Différentes missions lui ont été confiées :

Etablir une charte du parrainage :

- Le rapport de Mme VERGEZ a montré qu'au delà de la diversité des pratiques, le parrainage repose sur une éthique, un ensemble de valeurs comme le don, l'engagement dans la durée, le respect de la place de chacun.

- Ces principes, et d'autres, qui guident l'action de tous ceux qui pratiquent le parrainage doivent être définis car le parrainage a besoin d'un cadre d'intervention clair.

Mieux faire connaître le parrainage. Je souhaite que ce comité me fasse des propositions précises en ce sens car, les associations en témoignent, le parrainage souffre d'un déficit de connaissance.

- Les parrains sont trop peu nombreux, ce qui ne permet pas de répondre à la demande.

- De plus les professionnels de la protection de l'enfance n'y sont pas toujours sensibilisés, même si certains départements développent des expériences intéressantes de partenariat avec certaines de vos associations. Ces expériences mériteraient d'être largement valorisées.

Enfin établir des bonnes pratiques du parrainage peut-être sous la forme d'un guide et évaluer l'application des mesures prises pour développer le parrainage.

Vous le voyez votre programme de travail est chargé mais je suis certain que grâce à la richesse de vos expériences, de vos réflexions, de vos échanges, vous allez mener à bien ces missions.

Je tiens à remercier particulièrement Madame VERGEZ d'avoir accepté d'assurer la présidence de ce comité.

Son expérience dans le champ de la protection de l'enfance, la qualité de la réflexion qu'elle a déjà menée sur le parrainage la désignaient tout naturellement pour cette fonction qu'elle remplira, j'en suis certain, avec compétence et efficacité.

Je remercie également chacun d'entre vous d'avoir accepté d'être membre de ce comité : représentants des associations, des conseils généraux, des associations familiales, des administrations, personnalités qualifiées.

Je peux, quant à moi, vous donner l'assurance du soutien de mon département ministériel.

Mes services qui sont d'ailleurs représentés au sein de ce comité ne manqueront pas de me tenir personnellement informé de vos travaux et débats dont j'imagine d'avance la qualité et la richesse.

Je vous remercie de votre attention.

(Source http://www.famille.gouv.fr, le 1e octobre 2003)

Rechercher