Déclaration de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, sur les activités du Groupement de sécurité et d'intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN), à Beynes (Yvelines) le 27 octobre 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, sur les activités du Groupement de sécurité et d'intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN), à Beynes (Yvelines) le 27 octobre 2003.

Personnalité, fonction : ALLIOT MARIE Michèle.

FRANCE. Ministre de la défense

Circonstances : Visite du Groupement de sécurité et d'intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN), à Beynes (Yvelines), le 27 octobre 2003

ti : Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le préfet,
Monsieur le directeur général,
Mesdames et messieurs,


Pour commencer, je voudrais vous dire combien je suis heureuse d'avoir passé ces deux heures avec vous.

Vous faites partie d'un groupement prestigieux.

Prestigieux parce qu'il est à la fois connu de l'ensemble des Français et en même temps, parce qu'il garde à leurs yeux un certain mystère.

Vous êtes connu par le nombre, l'importance et le caractère symbolique de vos interventions. Je dois dire que j'ai moi même appris le nombre de ces interventions en venant ici aujourd'hui. J'en connaissais certaines, mais il est vrai que vous intervenez presque chaque jour comme vous venez de l'indiquer.

Votre groupement garde aussi une grande part de mystère. Comme nous avons pu le constater lors de cette visite, les techniques et les tactiques que vous utilisez, et que vous perfectionnez chaque jour, exigent aussi un haut niveau de confidentialité. Cette discrétion est en effet indispensable parce que vous êtes souvent le dernier recours face à des menaces qui sont toujours plus pernicieuses. Il y a effectivement les interventions courantes, comme celles qui concernent les forcenés, mais il peut y avoir, et c'est une menace que nous devons tous prendre au sérieux, les risques beaucoup plus importants qui peuvent relever notamment d'attaque terroriste.

Le prestige et l'efficacité du groupement de sécurité et d'intervention de la gendarmerie trouve le fondement dans le statut militaire qui est le vôtre, mais aussi dans les valeurs militaires qui animent votre action. C'est d'abord dans son statut militaire que cette unité trouve sa pleine efficacité. Le terrorisme de masse, dont l'attentat du 11 septembre a été la manifestation la plus médiatisée et la plus cruelle, complique le spectre des situations qui peuvent mettre en péril la sécurité des Français et, d'une façon plus générale, celle de l'ensemble des Européens.

Spécialiste du contre-terrorisme, votre unité est un outil incontournable dans le dispositif anti- terroriste de la France et nous savons que nous pouvons compter sur votre efficacité. Seule une unité à statut militaire a, en effet, la capacité d'apporter une réponse adaptée à toutes les situations et à tous les stades de la crise, depuis le temps de paix jusqu'au temps de guerre.

La gendarmerie, de ce point de vue, se révèle irremplaçable dans la gestion des situations complexes qui dépassent le rôle de la police civile sans pour autant justifier le recours aux armées. Vous savez que je réfléchis actuellement aux moyens qui permettraient de la mettre plus en lumière et d'utiliser davantage cette capacité de la gendarmerie. Vous le savez parce que vous êtes envoyés dans ce type de situation. Je pense à l'Afghanistan, à la Côte d'Ivoire, mais nous voyons de plus en plus, que ce soit à travers les Balkans ou dans bien des crises africaines, combien nous nous trouvons souvent dans ces situations intermédiaires, où l'adaptation de votre arme est finalement celle qui correspond le mieux aux besoins qui peuvent se manifester.

Cependant, et je tiens à le souligner devant tous et notamment en votre présence devant la presse, le groupement de sécurité et d'intervention de la gendarmerie ne serait pas ce qu'il est et n'aurait pas son efficacité sans les hommes et les femmes, même si elles sont peu nombreuses, qui les composent, sans leur qualité et sans les valeurs qui les animent. Ces valeurs, ce sont celles de l'institution militaire : disponibilité, cohésion, professionnalisme, courage. Votre disponibilité est totale. C'est d'ailleurs elle qui garantit votre capacité à vous projeter à tout instant et sur tout point du territoire national et parfois au-delà du territoire national.

Je veux vous dire que je sais ce que cela implique, pour vous, mais également pour vos familles, des contraintes que cela représente, l'abnégation qui vous est demandée pour faire face à ces missions.

Votre professionnalisme est, par ailleurs, cette deuxième des qualités militaires que je citais précédemment. Il est connu de tous sur l'ensemble des missions qui vous sont confiées. Il est reconnu non seulement en France, mais également à l'étranger. Je voudrais citer ici la protection des hautes personnalités, au premier rang desquels d'ailleurs figure le premier personnage de l'Etat, mais également hors de nos frontières les ambassadeurs et les représentants des Nations unies, notamment à Kaboul. Vous conduisez en effet des missions un peu partout dans le monde au profit de nos diplomates ou d'autres responsables d'instances internationales. Et je sais, je tiens d'ailleurs à vous en porter témoignage, pour avoir rencontré monsieur Brahimi (le Représentant du Secrétaire général en Afghanistan) à deux reprises à Kaboul, combien ces personnalités apprécient votre présence et votre action qui leur permet de travailler dans des conditions difficiles mais en ayant, je dirais, plus de sérénité parce que vous êtes là.

Votre courage n'est plus à rappeler. C'est souvent au péril de votre vie, comme ce fut le cas à Marignane le 26 décembre 1994, que vous répondez toujours présents, dans les moments les plus difficiles pour sauver des vies, pour sauver les vies des innocents. Je tiens à souligner un point qui était particulièrement frappant aujourd'hui, c'est que c'est ce souci de préserver des vies vous a conduit aussi à développer une capacité supplémentaire, celle de la négociation. La qualité et la pertinence de votre capacité en matière de négociation font désormais de votre unité un modèle pour nombre d'unités étrangères. C'est cet exceptionnel savoir-faire que vous mettez en oeuvre quotidiennement durant vos missions de sécurité intérieure, au profit de nos concitoyens, qui est ainsi souligné.

Vous êtes effectivement pour tous, ceux qui garantissez la sécurité et finalement la liberté d'esprit des plus faibles, parce que l'on sait que l'on peut toujours compter sur vous. Cette capacité de négociation souligne également un autre point, c'est combien vous êtes sensible au fait de ne pas faire couler le sang, ni celui des innocents, ni même celui de ceux contre lesquels vous luttez, qu'il s'agisse de terroristes ou simplement de malfrats.

Vos matériels, comme vos capacités d'observation et votre savoir-faire, sont ainsi mis au service de la vie, en même temps que de la sécurité. Cela mérite aussi d'être souligné pour aller contre certaines images caricaturales qui peuvent être celles des armées. Ce que j'ai constaté tout au long de ma connaissance progressive des armées, et ce que j'ai constaté encore aujourd'hui, c'est combien vous étiez respectueux de la vie d'une façon générale et combien même, dans les cas les plus difficiles et les plus dramatiques, vous essayez toujours au maximum d'épargner la vie de tous ceux que vous avez en face de vous.

J'ai assisté aujourd'hui à une impressionnante démonstration de votre savoir-faire, et je suis particulièrement frappée de votre capacité à savoir gérer une crise. Je crois que, pour un membre du gouvernement, c'est un élément important de satisfaction. Nous vivons dans un monde de plus en plus incertain, où le risque terroriste vient aujourd'hui augmenter encore les risques d'insécurité permanente, et il est important de savoir qu'il y a des hommes et des femmes comme vous qui, aujourd'hui, savent servir l'Etat avec tout leur savoir-faire, leur courage et leur détermination.

Je voudrais donc simplement vous dire que ce que vous faites est connu du chef de l'Etat et du gouvernement. Nous vous en sommes reconnaissants, et nous vous faisons une totale confiance dans l'exercice de cette mission.

Je voudrais personnellement vous remercier très sincèrement et vous dire une seule chose : " continuez comme ça ".

Merci à vous.

(Source http://www.defense.gouv.fr, le 12 novembre 2003)

Rechercher