Déclaration de Mme Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, sur le rôle de la Fondation de la Casa de Velazquez, notamment dans la recherche française sur les mondes hispanophones et méditerranéens, Madrid le 20 novembre 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, sur le rôle de la Fondation de la Casa de Velazquez, notamment dans la recherche française sur les mondes hispanophones et méditerranéens, Madrid le 20 novembre 2003.

Personnalité, fonction : HAIGNERE Claudie.

FRANCE. Ministre délégué à la recherche et aux nouvelles technologies

Circonstances : Commémoration officielle du 75ème anniversaire de la Fondation de la Casa de Velazquez à Madrid, le 20 novembre 2003

ti :

Monsieur l'Ambassadeur,
Monsieur le Directeur,
Mesdames et Messieurs les Professeurs,
Mesdames, Messieurs,

C'est pour moi un grand plaisir d'être parmi vous aujourd'hui pour célébrer le soixante-quinzième anniversaire de la Casa de Velazquez.

Je me réjouis particulièrement de l'occasion qui m'est ainsi donnée de rendre hommage à une institution qui contribue avec autant de dynamisme et de succès au rayonnement de la recherche et de la création artistique française à l'étranger. Je tiens à rendre hommage au directeur Gérard Chastagnaret, qui a su donner tout son éclat à la manifestation qui nous réunit aujourd'hui.

La mission des écoles françaises à l'étranger, dont la Casa de Velazquez, bien que la benjamine, est l'un des piliers essentiels, me semble avoir une portée plus large encore que la simple diffusion de la culture française. A Madrid bien sûr, mais aussi à Athènes comme à Rome, au Caire comme en Asie, ces écoles, en favorisant les approches, les analyses, les confrontations croisées, oeuvrent, à leur manière, au rapprochement des civilisations, à leur compréhension mutuelle, gages d'une vraie relation de confiance et d'estime entre les nations.


Par la célébration de cet anniversaire, ce sont donc aussi des valeurs intellectuelles et humaines auxquelles nous rendons hommage : curiosité, ouverture d'esprit, compréhension, bref, tout ce qui fait la dignité de la pensée et de la création, tout ce qui doit insuffler sa vitalité à l'activité de recherche.

L'histoire de la fondation de la Casa de Velazquez éclaire bien cette volonté d'enrichissement réciproque grâce à laquelle elle a vu le jour, et qui lui donne sa configuration si particulière au sein des autres écoles françaises à l'étranger.

Créée au XXème siècle, chez un voisin européen, elle est le fruit d'une volonté conjointe de la France et de l'Espagne, volonté assumée et portée par le roi Alphonse XIII lui-même, comme le montre la très belle exposition que nous venons de visiter.

Ce geste fondateur, ce désir affiché de connaissance et d'ouverture mutuelle, confère à la Casa de Velazquez son caractère éminemment original, et nous la rend particulièrement attachante et proche.

Proche de nous, elle l'est aussi par la part qu'elle a prise dans les vicissitudes de l'histoire du XXème siècle, puisqu'elle fut notamment en première ligne dans la bataille de Madrid, pendant la guerre civile espagnole, et complètement détruite à cette occasion.

La Casa de Velazquez aurait donc pu être menacée, à plusieurs moments et à de multiples titres, et sa reconstruction témoigne qu'elle est au fond restée fidèle à l'esprit et à l'objectif de ses origines : être un projet partagé par-delà les contingences ou les aléas de l'histoire. Un projet qui unit fortement l'Espagne et la France.

Le rôle actuel de la Casa de Velazquez s'inscrit à bien des égards dans la continuité de son histoire.

- Rôle de recherche, tout d'abord, qui inclut non seulement la péninsule ibérique, mais aussi le monde méditerranéen et tout le monde hispanophone.

Les études hispaniques, il est important de le souligner, occupent en France une place sans équivalent dans les autres domaines linguistiques et, sans fierté nationale déplacée, n'ont sans doute pas d'équivalent en Europe et dans le monde non hispanique.

Mais la Casa de Velazquez a également favorisé les recherches archéologiques. Grâce à son action, nos connaissances sur les civilisations islamiques, dans la péninsule mais aussi au Maghreb, et notamment au Maroc, ont considérablement progressé.

D'ailleurs, l'étendue de ses domaines d'étude se double d'une variété de sujets qui force l'admiration : quelle autre institution peut se flatter d'avoir produit des oeuvres majeures aussi bien sur le Mexique colonial, l'architecture marocaine, l'archéologie romaine ou pré-romaine, la civilisation du siècle d'Or et le vignoble espagnol ?

- Fidèle à sa vocation initiale, la Casa de Velazquez est toujours restée, même dans les temps difficiles, un lieu de liberté pour la création et la pensée, un lieu de rencontre, un foyer d'humanisme, au sens le plus noble du mot. Cette mission est parfaitement illustrée, tant dans le domaine artistique, et je pense par exemple à la carrière du grand peintre espagnol José Guerrero, que dans le domaine de l'histoire des idées, à commencer par les travaux majeurs de Marcel Bataillon.

- Enfin, la Casa de Velazquez a su parfaitement trouver sa place dans l'Espagne démocratique, non plus comme refuge intellectuel mais comme partenaire, à la fois chaleureux et exigeant, des universités espagnoles dont le dynamisme est particulièrement reconnu dans le domaine des sciences humaines et sociales.

L'avenir qui se dessine pour la Casa de Velazquez, j'en suis persuadée, sera à la mesure des valeurs qui l'ont fondée et perpétuée.

La recherche est et sera bien entendu au c¿ur des activités de la Casa. L'ouverture internationale de nos jeunes chercheurs représente une des priorités de mon action, et le rôle de la Casa de Velazquez doit être renforcé en ce sens. Elle a ainsi vocation à fédérer autour de ses domaines de compétence et de ses grandes manifestations. Permettez-moi en ce sens de souligner l'importance d'un colloque comme " les sociétés méditerranéennes et le risque ", qui s'est tenu il y a un peu plus d'un mois. Le risque est aujourd'hui au c¿ur de l'ensemble des réflexions des scientifiques et j'ai choisi que la première édition de la manifestation Sciences et décideurs lui soit consacrée le 28 novembre prochain.

Au delà de son activité d'animation de la recherche, la Casa de Velazquez a, selon moi, vocation à appuyer son dispositif autour des écoles doctorales et de conforter ainsi sa mission d'accueil, notamment via l'attribution de bourses et les accords passés avec les Ecoles Normales Supérieures ou les autres établissements d'enseignement supérieur.

Les bénéfices que nous pouvons tirer de ces échanges concernent non seulement la recherche mais aussi, particulièrement dans le cas de la Casa de Velazquez, les pratiques et les expériences esthétiques. Nous savons tous le rôle d'avant-garde qu'a désormais acquis l'Espagne dans ce domaine, rôle qu'elle a peut-être simplement retrouvé, après le si exubérant et brillant "âge d'argent" de la culture nationale que furent précisément les années de création de la Casa.

- La Casa de Velazquez tient bien sûr un rôle fondamental pour que le partenariat entre la France et l'Espagne dans la construction de savoirs communs soit approfondi. Elle peut aussi contribuer à aller au-delà de ces partenariats, et favoriser l'émergence de communautés scientifiques pleinement intégrées, au sein desquelles la question même de la nationalité de chacun perd sa pertinence. Une telle conception de la recherche, axée sur le partage des savoirs et la coopération, existe déjà dans nombre de communautés scientifiques, mais il nous faut travailler à l'étendre encore davantage.

- Au-delà, la Casa de Velazquez, en liaison avec nos amis espagnols, peut devenir un outil essentiel de projection de la recherche européenne en direction du monde méditerranéen et de l'ensemble du monde hispanique, et favoriser ainsi l'élaboration de nouvelles thématiques, de nouveaux fronts de la recherche. Elle peut ainsi, en multipliant les angles d'approche, favoriser considérablement l'enrichissement de la recherche, accentuer sa dynamique, et contribuer à l'abolition des frontières intellectuelles ou artistiques.

Toute institution de recherche est porteuse, au sens le plus noble du terme, d'une utopie positive de progrès pour l'humanité. La Casa doit continuer à servir cette aventure sous-jacente aux sciences humaines et sociales comme à la démarche artistique. Je forme ainsi le v¿u que la Casa de Velazquez assume à l'avenir avec autant de réussite que par la passé cette responsabilité, qui a entraîné sa création et lui assure son rayonnement culturel et scientifique.


(Source http://www.recherche.gouv.fr, le 3 décembre 2003)

Rechercher