Déclaration de M. Léon Bertrand, secrétaire d'Etat au tourisme sur le développement du tourisme comme secteur important de l'activité économique, créateur de richesses et d'emplois, Paris le 9 décembre 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Léon Bertrand, secrétaire d'Etat au tourisme sur le développement du tourisme comme secteur important de l'activité économique, créateur de richesses et d'emplois, Paris le 9 décembre 2003.

Personnalité, fonction : BERTRAND Léon.

FRANCE. SE au tourisme

Circonstances : Clôture des premières Assises nationales du Tourisme à Paris-La Défense le 9 décembre 2003

ti :
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,


Avant de vous faire part des réflexions que m'inspirent ces premières Assises nationales du Tourisme, permettez-moi de vous remercier, toutes et tous, participants aux tables rondes, animateurs, intervenants, auditeurs, d'avoir répondu si nombreux à ce moment important du monde du tourisme, qui s'inscrit désormais, comme le rendez-vous annuel de tous les professionnels du tourisme que vous êtes.

Je remercie aussi l'ensemble des personnes qui se sont mobilisées pour organiser cette manifestation, moins de trois mois après qu'elle ait été décidée par le Premier Ministre.

Je ne ferai pas le bilan de toutes les contributions qui ont été évoquées préalablement, ni ne réagirai à toutes les idées que les ateliers ont fait jaillir, cela a été parfaitement restitué à l'instant.

Il sera temps, plus tard, de les analyser en détails.

Non, je me contenterai de vous exprimer ma satisfaction que ces Assises aient eu lieu et qu'elles aient connu le succès que nous constatons tous.

La tenue de ces premières Assises, c'est la consécration de ce que je défends depuis mon arrivée au Gouvernement.

Je défends la conception du tourisme comme véritable force économique.

Je défends la particulière transversalité de ce secteur, rendant primordiale une approche interministérielle du tourisme si l'on veut que l'action gouvernementale soit pertinente.

Je défends la nécessaire amélioration de la répartition des flux touristiques sur notre territoire, conscient que le tourisme est appelé à devenir encore plus, un axe majeur de son aménagement.

Je défends, enfin, la mobilisation des énergies, pour ne pas nous endormir sur nos lauriers de première destination mondiale, et donc d'accentuer l'effort de promotion et la qualité de notre offre.

Et bien, j'ai été entendu.

Le Comité Interministériel sur le Tourisme du 9 septembre, a confirmé l'engagement du Gouvernement sur ces thèmes.

La présence, hier, à nos côtés, de Gilles de ROBIEN, du Premier Ministre, Jean-Pierre RAFFARIN, ainsi que l'intervention, ce matin, de Francis MER, Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, témoignent bien de l'importance du tourisme pour le Gouvernement.

Bien sûr, en affirmant que j'ai été entendu, c'est chacune, c'est chacun d'entre vous qui l'a été.

C'est vrai, les aléas ne nous ont pas épargnés, au cours de ces derniers mois, mais permettez-moi d'exprimer toute ma confiance.

Ma confiance en l'avenir qui, si l'on se fonde sur les chiffres des vacances de la Toussaint et sur les projections pour la saison hivernale à venir, augure la bonne reprise que nous attendons tous.

Ma confiance en votre détermination et votre courage à tous.

Votre capacité de réactivité, d'adaptation, de mobilisation, au cours des mois difficiles que nous avons traversés, sont les meilleurs indicateurs du dynamisme de notre secteur.

Et je veux croire que votre volonté est renforcée par l'attention et l'aide que le Gouvernement vous apporte, comme en témoigne notre ténacité sur le délicat dossier de la baisse de la TVA sur la restauration.

Ma confiance dans les futures mesures que le Gouvernement prendra pour le tourisme.

Qu'il me soit permis de dire, ici, la fierté qui est la mienne d'appartenir à ce Gouvernement.

Dans tous les dossiers importants, et pas seulement ceux du tourisme, il travaille, il réforme, il avance.

Et, concernant le tourisme, quelle meilleure preuve de son engagement que le second Comité Interministériel qui se tiendra au printemps ?

Ce deuxième Comité sera l'occasion de faire le point sur les mesures prises lors du premier et de lancer de nouveaux chantiers autour des thèmes, entre autres, de l'emploi, de l'attractivité et de l'accès aux vacances pour tous.

C'est donc bien la stratégie d'une politique touristique sur le long terme que nous avons décidé de mener.

D'aucuns auraient pu s'imaginer que notre action s'inscrive sur le court terme, nous contentant de mener une politique sans surprise.

Il n'en est rien.

Bien sûr, j'ai souhaité la poursuite d'initiatives, telles que le label " Tourisme Handicap " auquel j'ai donné une nouvelle vigueur, en le transformant en norme nationale afin d'en accélérer le développement.

J'ai aussi souhaité que l'Etat poursuive son action en faveur du tourisme social.

Mais, j'ai aussi souhaité que notre politique touristique s'inscrive dans une démarche active, audacieuse qui tienne compte du poids sans cesse croissant de notre secteur dans l'économie nationale.

Nous ne sommes plus les parents pauvres de la réflexion politique.

Ces derniers dix-huit mois l'ont démontré.

Nous ne sommes plus les acteurs sympathiques dont on parle à l'approche des beaux jours ou des premières chutes de neige.

Nous ne sommes plus, à défaut, le sujet préféré des rédactions pour meubler des éditions à la recherche d'informations lors des périodes estivales.

Nous sommes une force pour notre pays, un atout pour la France et un facteur incontestable de création de richesses et d'emplois, d'aménagement du territoire et de rayonnement de nos savoir-faire en dehors de nos frontières.

Vous le savez tous et vous devez en être fiers.

Le Gouvernement partage désormais ce point de vue.

C'est pour cela qu'il s'est fixé des objectifs ambitieux pour l'avenir du tourisme français.

C'est pour cela qu'il consacre notre secteur, par deux réflexions interministérielles en moins de six mois.

Et c'est aussi pour cela, qu'il a souhaité l'organisation annuelle de ces Assises nationales.

Pour vous témoigner son soutien.

Vous réaffirmer son engagement.

Le mien est intact, il est même chaque jour renforcé.

Renforcé par la confiance que nous témoigne le Premier Ministre.

Renforcé aussi par les multiples contacts que j'entretiens avec vous, avec les professionnels et qui me confortent dans l'idée que nous sommes dans la bonne direction.

Renforcé par le partenariat que nous avons mis en place et qui sera infaillible, soyez en convaincus, chaque jour, en marge des décisions interministérielles, et plus encore quand il sera nécessaire de vous épauler.

Renforcé enfin par la reconnaissance internationale du tourisme.

Depuis le 7 novembre, l'Organisation Mondiale du Tourisme est une institution spécialisée des Nations Unies.

Cette décision entérinée prochainement par l'Assemblée générale de l'ONU, témoigne bien de l'importance que le tourisme va prendre dans notre économie mondiale.

Les chiffres de l'OMT sont éloquents : d'ici 2020, le nombre de touristes devrait doubler pour parvenir à 1,5 milliard par an et les recettes devraient quadrupler à 2.000 milliards d'euros.

Notre secteur est celui qui va connaître la croissance la plus significative au cours de cette prochaine décennie.

J'en veux pour preuve l'ouverture de la Chine.

Avec la reconnaissance par ce pays de l'espace Schengen en tant que destination autorisée, c'est à dire admise à recevoir de vrais touristes, c'est 100 millions de chinois qui vont partir à la découverte du monde.

Nous devons, dès aujourd'hui, nous organiser pour accueillir ces nouveaux arrivants,

Afin que ces flux importants profitent à l'ensemble des régions françaises.

Que pour les pays étrangers nous restions le modèle d'un développement touristique durable et maîtrisé.

Que, dans le cadre de l'exportation de nos savoir-faire, en solidarité avec les états qui ont besoin du tourisme pour se développer, nous puissions apporter toute notre expertise.

Qu'enfin, nous soyons en mesure de répondre aux nouveaux comportements des touristes dans leur relation avec les loisirs et leur mode de consommation des vacances.

Voilà de nouveaux défis que nous devons relever ensemble.

Chers amis,

J'ai confiance en vous.

Vous saurez répondre à ces évolutions.

Je sais que vous serez à la hauteur de l'image que le tourisme français véhicule dans le monde entier.

Je suis certain que notre tourisme est sur de bons rails, ces Assises en sont la preuve.

Je vous donne donc rendez-vous dans un an, pour qu'ensemble nous fassions le bilan de cette année 2004 qui sera, je n'en doute pas, celle de la reprise et du succès.

Je vous remercie.

(Source http://www.tourisme.gouv.fr, le 10 décembre 2003)

Rechercher