Déclaration de M. Gilles de Robien, ministre de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer, sur l'industrie touristique comme clé du développemnt économique et social du pays, Paris le 8 décembre 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Gilles de Robien, ministre de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer, sur l'industrie touristique comme clé du développemnt économique et social du pays, Paris le 8 décembre 2003.

Personnalité, fonction : ROBIEN Gilles de.

FRANCE. Ministre de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer

Circonstances : Ouverture des Assises Nationales du Tourisme 2003 au CNIT à Paris - La Défense le 8 décembre 2003

ti :
Monsieur le Ministre,
Mesdames, Messieurs,


Souvenez-vous, le 9 septembre 2003, le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, avait tenu un comité interministériel du tourisme, (CIT), le premier depuis 20 ans.

Le but de cette réunion était de poser "les bases d'une nouvelle politique de la France en matière de développement touristique afin de conforter sa place de leader mondial et d'apporter une réponse aux événements qui ont perturbé l'activité touristique au cours de ces dernières années".

L'importance du tourisme dans notre pays, les mutations importantes qu'il connaît et les défis qu'il a à relever imposent la mobilisation du Gouvernement, à l'évidence.

Les assises nationales décidées lors du CIT constituent une occasion privilégiée d'enrichir la réflexion en cours.

I- Le tourisme français : un secteur important et des défis
II-
Première destination mondiale, première industrie française, le tourisme est l'une des clés du développement économique et social de notre pays.

L'industrie touristique concerne deux millions d'emplois directs ou indirects et génère un excédent du poste voyage de la balance des paiements de 15,1 milliards d'euros. La consommation touristique est passée quant à elle de 88,7 milliards d'euros en 1996 à 101,4 milliards d'euros en 2002.

Ces chiffres ne doivent pas nous faire oublier que le tourisme, secteur sensible, connaît depuis les attentats du 11 septembre 2001 des difficultés sans précédent, qui l'ont affecté à des degrés divers : guerre en Irak, naufrage du Prestige, SRAS, attentats¿

Dans ce contexte de concurrence accrue, le tourisme français doit faire face à des défis nouveaux.
Parmi les plus importants, sur lesquels ces premières assises du tourisme permettront d'approfondir la réflexion, j'en citerai quatre :

- l'accélération de la croissance touristique mondiale. L'Europe accueille aujourd'hui 400 millions de visiteurs étrangers par an et l'Organisation Mondiale du Tourisme prévoit un doublement dans les vingt années à venir. - l'apparition de nouvelles destinations et le développement de produits touristiques de qualité chez nos principaux concurrents ainsi que leur valorisation dans le cadre d'une politique de promotion agressive et ambitieuse.

Je disais tout à l'heure à Léon Bertrand qu'à Dubaï leur objectif est de passer à 70 millions de visiteurs.

- le développement de nouvelles technologies de l'information et de la communication qui a engendré des changements de comportements chez les consommateurs.

- la difficulté croissante pour les professionnels d'anticiper les demandes tant les comportements des consommateurs évoluent rapidement et leurs attentes deviennent toujours plus complexes et imprévisibles.

La position forte de la France sur le marché mondial ne peut donc être prise pour acquise, loin s'en faut.

II- Nous relèverons ensemble ces défis grâce à nos atouts et à nos ambitions grâce à la qualité.

La France dispose de la richesse et de la diversité de ses régions, de ses paysages et de son extraordinaire patrimoine.

Les acteurs du tourisme ont su démontrer professionnalisme, motivation et capacité d'adaptation pour faire face aux difficultés conjoncturelles qui les ont frappés.

Le soutien indéfectible des pouvoirs publics, illustré par le CIT, aujourd'hui par l'organisation de ces assises, témoigne de la volonté du gouvernement de relever à vos côtés, les défis.

La première de ces ambitions est de rééquilibrer l'offre touristique sur notre territoire. Il faut que nos espaces ruraux qui recèlent de vraies richesses puissent mieux participer à l'essor touristique de notre pays.

Une autre ambition vise à développer une offre de qualité si nous voulons préserver notre première place dans le monde, consolider nos résultats et demeurer une référence internationale. Le tourisme français doit poursuivre son effort d'amélioration de la qualité de service et d'accueil et surtout, mieux le valoriser auprès de ses clientèles actuelles ou futures.
C'est le sens du Plan qualité France qui a été proposé par le CIT et dont le comité de pilotage a été installé le 2 décembre dernier par Léon BERTRAND.

Il nous faut enfin adapter le dispositif public d'observation statistique et d'évaluation économique.

Les Assises vont nous permettre de vous restituer les connaissances statistiques et économiques, vous informer sur les principales données conjoncturelles et prospectives du secteur. Mais elles seront, je le souhaite très vivement, une traduction concrète de ce nouveau partenariat que Léon BERTRAND et moi-même entendons instaurer avec les acteurs du tourisme.

Je sais que la richesse de vos expériences alimente le débat et la réflexion.

Au moment où le Gouvernement définit et met en oeuvre une nouvelle ambition et une nouvelle stratégie nationale du tourisme pour la France, il est indispensable d'être à l'écoute de chacun d'entre vous, professionnels du secteur privé ou public, vous qui connaissez, mieux que quiconque, la réalité du terrain.

Ces journées de travail sont un temps de réflexion et de concertation auquel j'attache une grande importance.

Vos travaux, j'en suis sûr, vont permettre d'alimenter, amender, pourquoi pas réorienter, les chantiers en cours.

Par avance, je vous en remercie.

(Source http://www.equipement.gouv.fr, le 10 décembre 2003)

Rechercher