Conseil des ministres du 23 avril 2003. Le pétrole dans la politique énergétique de la France | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 23 avril 2003. Le pétrole dans la politique énergétique de la France

Personnalité, fonction : FONTAINE Nicole.

FRANCE. Ministre délégué à l'industrie

ti : La ministre déléguée à l'industrie a présenté une communication relative aux enjeux de la politique énergétique de la France en matière de pétrole.

L'importance stratégique du pétrole, importé à 98%, pour l'économie et, par conséquent, la pertinence des objectifs de sécurité d'approvisionnement et d'indépendance énergétique ont été soulignées.

L'augmentation des prix du pétrole liée aux évènements d'Irak est restée limitée et de courte durée et n'a donc guère porté atteinte au pouvoir d'achat des ménages. Grâce à l'appréciation de l'euro, les prix à la pompe sont ainsi restés significativement inférieurs aux prix constatés en 1999 et 2000.

Cette relative stabilité est à porter au crédit de l'OPEP qui a accepté d'approvisionner les marchés pétroliers pour éviter toute pénurie ainsi qu'à la qualité de la concertation entre l'OPEP et l'Agence Internationale de l'Energie qui regroupe la majorité des pays consommateurs.

Forte de cette expérience, la France réaffirme la priorité accordée au dialogue consommateurs - producteurs et se félicite de la création en 2003 d'un secrétariat permanent du Forum International de l'Energie. Celui-ci permettra de faire progresser, au niveau international, le consensus en faveur de la stabilité des prix du pétrole à un niveau raisonnable.

La France accueille également favorablement les initiatives récentes de la Commission Européenne (" Livre Vert " et propositions de directives sur la sécurité des approvisionnements pétroliers et gaziers).

A plus long terme, elle est consciente des impasses auxquelles la croissance des consommations d'énergie conduit, impasse environnementale du fait de l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre et économique du fait de l'épuisement progressif des réserves.

Elle entend donc assurer la transition de son économie vers une société beaucoup plus sobre en matière de consommation d'hydrocarbures en suivant deux axes complémentaires : la maîtrise volontaire des consommations grâce à une évolution des comportements et à des investissements, la recherche et le développement de nouvelles filières énergétiques permettant d'économiser le pétrole et de mieux respecter l'environnement.

Les politiques à conduire pour y parvenir sont actuellement débattues dans le cadre du débat national sur l'énergie et feront ensuite l'objet d'une loi d'orientation sur les énergies.

Rechercher