Conseil des ministres du 22 octobre 2003. Statut d'autonomie de la Polynésie française. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 22 octobre 2003. Statut d'autonomie de la Polynésie française.

Personnalité, fonction : GIRARDIN Brigitte.

FRANCE. Ministre de l'outre-mer

ti : La ministre de l'outre-mer a présenté un projet organique et un projet de loi portant statut d'autonomie de la Polynésie française.

Ces projets de loi permettront à ce pays d'outre-mer de bénéficier des nouvelles dispositions de l'article 74 de la Constitution qui prévoit que certaines des collectivités d'outre-mer régies par le principe de la spécialité législative peuvent accéder à l'autonomie dans la République.

La Polynésie française se voit dotée d'importantes compétences nouvelles. Elle pourra également participer, dans certaines matières et sous le contrôle de l'Etat, à des compétences que celui-ci conserve ; ce contrôle s'exercera tant en droit qu'en opportunité.

Une reconnaissance accrue est accordée aux langues polynésiennes sans que soit remise en cause la place de la langue française, langue officielle de la République

De nouveaux dispositifs juridiques permettent de mieux garantir les droits qui s'attachent au statut d'autonomie. L'architecture des institutions propres à la Polynésie française demeure, pour l'essentiel, celle qui a été définie par la loi organique du 12 avril 1996.

Le nouveau statut garantit l'ancrage de la Polynésie française dans la République. L'Etat conserve la totalité de ses compétences régaliennes et dispose des moyens de les assumer en matière de défense, politique étrangère, monnaie, justice, sécurité et ordre publics, garantie des libertés publiques.

Le projet de loi organique introduit dans le statut des garanties démocratiques qui n'y figuraient pas jusqu'à présent : les communes sont dotées de compétences propres, les droits des élus minoritaires sont confortés, le droit de pétition et le référendum décisionnel local sont instaurés.

Ce projet de statut marque une nouvelle étape des relations anciennes et confiantes qu'entretient la métropole avec la Polynésie française dans le respect de l'unité et de l'indivisibilité de la République.
[UD 2]

Rechercher